#08 Naissance de Laïa – Le Havre

28 Jan
Laïa devait naitre le 4 juin 2006, c’est  « ma date de terme théorique » sauf que le mot théorique a été oublié.
Je me suis rendu à l’examen « de terme » ce dimanche-là …. Reçu et examinée on m’a « décollée les membranes »  sans me demander mon avis et renvoyée avec un « demain vous êtes là à 8h à jeun ! »
J’ai eu des contractions toutes la nuit, rien d’alarmant mais je n’ai pas dormir et c’est fatiguée qu’à 8h je me suis présentée « pour accoucher ». On m’a mis en chambre d’attente et on m’a ignorée jusqu’à 13h et encore j’ai sonnée car je mourrais de faim. J’ai eu le droit à un bol de soupe et 2 cachet pour « aider le travail ».
Les examens sont brutaux : le médecin ne laisse pas passer les contractions et force le passage, je hurle de douleur mais il continue en prétextant que je suis douillette. Dilatée à 1cm à 8h je suis à 3cm à 13h et à 5cm à 22h. Je suis épuisée, affamée et je n’ai plus envie d’accouchée …
22h –  la relève de nuit arrive « la péridurale c’est tout de suite ou jamais ! » à bout de force je l’accepte de bon cœur. Les choses se précise un peu, salle de travail, pose de la péridurale, poche des eaux percée et ocytocine en perfusion, moi qui voulais un accouchement « nature », je m’endors épuisée.
1h30 –  « réveiller vous madame va falloir pousser ! vous êtes à complète ! », sauf que je ne sens rien : «la femme tronc ». On me dit quand pousser, je m’exécute  … c’est long 20 min de poussée… une belle épisio et ma puce pousse son premier cri.
Heureuse je prends ma fille en peau à peau et entends la sage-femme qui dit à l’infirmière «  ils se sont plantés sur le terme,  elle aurait pu rester 15 jours de plus  !!!». Sur le coup je ne réalise pas…
Je sais que la mise au sein précoce est primordiale ma puce tétouille pendant les 6 points d’episio et les 2h d’attente en salle.
Arrivée en chambre à 3h30 mon mari est « jeter » dehors et me voilà seule avec mes douleurs qui se réveillent et ma puce qui dort.
5h30 : contrôle de la tension ,6h30 : température, 7h30 : petit déjeuner, 8h30 : ménage, 9h30 : « debout madame rendez-vous de pédiatre à 10h », je traverse péniblement le couloir pour attendre sur une chaise inconfortable, épuisée je fais un malaise, l’infirmière me couche dans mon lit et monte les barrières  « on vous rapporte le bébé quand c’est fini ! »
30 min puis 1h passe je sonne, on me rapporte mon bébé dans un incubateur « elle est devenue bleue mais ça va, surtout la sortez pas, elle à froid ! ». Je m’effondre en pleure dans les bras de mon mari qui arrive. Elle sortira de sa boite 5 h plus tard complètement endormie pour une mise au sein inutile.
Les jours passent Laïa dort, il faut la réveiller pour les mise au sein, elle a du mal à s’accrocher et s’endort après 2 min.  La montée de lait est douloureuse, je suis épuisée et doute de mes capacités à l’allaiter, je sonne a plusieurs reprises mais les discours sont différents, « on n’a pas que ça faire »,  « si elle dort c’est qu’elle a assez ».
Une nuit où Laïa était inconsolable malgré mes tentatives de mise au sein je sonne et demande qu’on la prenne un peu en nurserie, l’infirmière me réponds « faut vous en occuper on sera pas toujours là ».
A J+5 c’est la panique elle a perdu 400g,  l’infirmière voit mon désarroi et propose de tirer mon lait pour lui donner en complément. La courbe remonte doucement. Je sors 2 jours plus tard avec une ordonnance pour un tire-lait une dizaine de « nourrettes » de LA et ordre de la pesée dans 2 jours. Heureusement je connais l’infirmière de PMI elle m’épaule au mieux mais Laïa ne grossit pas.
Les compléments de mon lait ne suffise pas, c’est les larmes aux yeux que je regarde mon mari donner les 1er biberons de LA. Laïa mettra 17 jours à récupérer son poids de naissance.
Laïa a 1 mois ½ elle prend 3 bib de LA  par jour, pèse 700g de plus qu’à la naissance, je vois ma production baisser de jours en jours et refuse d’arrêter l’allaitement.
Je contacte l’association SOLIDARILAIT et je suis reçu par jeanne-Yvonne Tremel, consultante en lactation. Je lui fais part de mon désir d’arrêter le lait artificiel et lui explique les conditions de naissance de Laïa. Avec son soutien, je suis restée 3 jours alitée avec ma fille en proposant le sein au moindre signes d’éveil,  j’ai  supprimé tous les biberons et ai relancée ma production de lait.  En 2 semaines Laïa prend 500g et 3 cm, mon allaitement est sauvé !!!!!
Ma fille est un bébé aux besoins intenses, qui pleure beaucoup, et dort très peu, portée en écharpe elle tête à volonté, et dort sur moi.
Poids plume, 7kg a 12 mois, un pédiatre me culpabilise de ne pas la nourrit assez et d’en faire « un enfant roi », je n’y retourne pas.
Elle accepte de mangée solide a 14 mois fait ses nuits a 22 mois, et tète jusqu’à 33 mois.
 Aujourd’hui elle à 5 ans ½  pèse 21 kg pour 1m17, mange de tout, parle avec tout le monde et garde comme moi de magnifiques souvenirs de son « Tétou ». (elle allaite toutes ses poupée et les porte en écharpe)
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :