La naissance de ma fille Lyla ou comment j’ai appris la patience, Loire-Atlantique 2008

30 Jan

La blessure hospitalière

Le grand frère de Lyla, Louis, est né le 27 octobre 2006, a la maternité de l’hôpital de ***. Malgré les bons échos que j’avais eus et que j’ai encore de cette maternité, je garde un souvenir catastrophique et très éprouvant de l’accouchement et du séjour. Je me suis sentie tout simplement détruite et violée par un protocole médical froid, distant et infantilisant. Pour d’autres femmes, c’est ce qui les rassure. Je dois avouer cependant que d’un point de vu strictement médical, la naissance de Louis a été naturelle mais sans être physiologique :

  • Naturelle parce que le travail s’est déclenché spontanément, que la poche des eaux n’a pas été rompue, que je n’ai pas eu d’injection d’ocytocine, ni péridurale, ni d’épisiotomie (après menaces de procès, insultes et un coup de pied bien placé …mais j’y ai tout de même échappé). Enfin, Louis n’a pas été sondé, ni aspiré.

  • Pas physiologique parce qu’une voie veineuse m’a été imposée, parce qu’on m’a empêchée de manger et boire, parce que sur 2h de travail, un monitoring continu de 50 minutes m’a été imposé, parce que mon besoin de calme, de pénombre et de chaleur n’a pas été respecté (touchés vaginaux a répétition sans me prévenir, lumière vive, entrée et sortie des soignants sans aucune discrétion), parce que n’étant bien qu’à quatre pattes ou sur le coté, on m’a forcé physiquement a mettre mon enfant au monde sur le dos, les pieds dans les étriers, parce qu’on m’a parlé de la péridurale tout au long de la dilatation alors que je voulais juste qu’on me fiche la paix, parce qu’après une sortie rapide et naturelle du placenta, il était de routine de me presser le ventre très fort sans même me prévenir ou s’interroger sur la nécessité médicale de ce geste, qui après vérification était bien inutile. Louis a été pesé, mesuré, lavé et habillé dans la demi heure qui a suivi sa naissance même si j ai tout de même eu droit à un petit peau a peau de 15 minutes.

  • Enfin, je ne compte plus les faux conseils le manque de discrétion, les betises et les réflexions déplacées dispensés par tous les soignants de cette maternité tout au long de mon long séjour de 5 jours interminables. Tous partaient d’un postulat simple : « C’est votre premier bébé, vous ne SAVEZ pas, nous si. ».

En quête de la magie de la naissance

Voilà comment, d’après un ressenti très personnel, j’estime que cet instant magique a été transformé en une épreuve traumatisante. J’en ai donc déduis très naturellement qu’un accouchement en structure n’était pas fait pour moi, ni mes bébés.

Après avoir réalisé à quel point j’étais blessée de cette expérience (Louis avait 4 mois je crois), je n’ai eu de cesse de faire des recherches (Internet, lectures, échanges avec d’autres parents, avec des soignants) pour savoir s’il existait un autre moyen de donner la vie, ou si j’étais condamnée a mourir un peu a chaque fois qu’un petit être viendrait agrandir notre famille.

J’ai entendu parler de l’AAD (Accouchement accompagné à domicile) tout en découvrant une toute autre façon de vivre sa parentalité : le portage, l’allaitement long, l’éducation non violente…Il a fallu y convertir celui qui partageait ma vie depuis 7 ans et ce ne fut pas une mince affaire. Mais devant mes blessures passées, ma volonté de vouloir donner le meilleur a ceux qui nous sont le plus chers –nos enfants- et ma ténacité, il a finit par saisir le véritable enjeu de tout ce travail de recherche et de remise en question : réparer ce traumatisme.

C’est ainsi que lorsque Louis eu fêté son premier anniversaire, j’ai demandé à A (mon mari) de me faire un autre enfant. Mes motivations étaient floues : était-ce seulement pour me « guérir » ? Est-ce que lui était prêt ? Et si Louis était encore trop petit ? La seule chose que je savais, c’est qu’au fond de moi, cet appel de la maternité, de la chair me retournait les entrailles. Il était temps pour mon corps de fabriquer a nouveau un tout petit.

Les essais ne furent pas longs et au cours de mon premier cycle, j’étais a nouveau enceinte. J’étais un peu scotchée et surprise. Comment était-ce possible si vite ? A était aussi surprit que moi et un peu désappointé. Mais ce bébé était déjà là, en moi, nous ne pouvions plus reculer.

Après la joie, se sont succédés comme pour ma première grossesse, les maux, qualifiés de petits par une grosse majorité du corps médical : nausées, vomissements, fatigue extrême, constipation…et pourtant j’avais pris le parti d’être heureuse pour cette grossesse. Sans cesser de me plaindre de ces symptômes, parasites de mon bonheur, j’ai tout de même eu une grossesse très sereine.

Mettre au monde, une histoire de femmes

Cette sérénité est due au rôle capital qu’à joué une femme dans cette superbe aventure : B. C’est la maman d’un ami. Jeune adulte, j’ai vécu chez elle quelques mois quand je me suis envolée en peu précipitamment du nid parental, devenu trop étroit pour mes envies irrépressibles de liberté. Ce fut une période de transition riche en anecdotes et en confidences. Et puis je l’ai quitté a son tour pour m’installer enfin dans la vie réelle.

Durant 9 ans, nous ne nous sommes jamais perdues de vue. Je ne sais pas pourquoi. Je savais son expérience. Mère de 3 garçons, elle avait donné naissance a son 3e enfant chez elle, avec un homme sage-femme, après une sérieuse remise a question et la découverte de son besoin de « naturel ». Elle a donc joué le rôle de « Doula » sans même savoir ce que ce terme signifiait. Après s’être renseigné, elle se qualifia elle-même d’accompagnante, jugeant que sa seule expérience de mère ne faisait pas d’elle une Doula , laissant cette appellation à celles qui ont bénéficié d’une formation spécifique et qui revendiquent ce titre.

Elle m’a donc accompagnée avec beaucoup de tendresse et de dévotion tout au long de ces 9 mois. Elle fut tour a tour ma confidente, ma masseuse personnelle, ma psy, mon aide-ménagère, mon amie….

Avant de lui demander d’être auprès de moi pour ce parcours, afin que je bénéficie de son expérience d’AAD, j’ai eu peur qu’elle ne prenne une place maternelle. Ma maman est ma maman et personne ne pouvait la remplacer, aussi éloignée soit-elle. B a su jouer son rôle et rester a sa place. Ma maman, elle, comme a chaque grossesse était présente autant qu’elle le pouvait (elle vit a plusieurs centaines de kilomètres de nous) grâce a Internet, au téléphone et Airfrance.

Pour ne pas me sentir malade mais seulement enceinte, j’ai fait le choix de me limiter aux examens médicaux qui étaient vraiment nécessaires et de refuser les autres, par principe et aussi selon mon envie du moment (tant que cela ne mettait en danger personne). Echos mensuelles, O’Sullivan, Test trisomie, toxoplasmose mensuelle, je les ai évités. Je me suis donc centrée sur mon enfant, l’écoute de mon corps en bénéficiant du suivi d’une femme particulièrement sage : F****. Elle assure tout le suivi médical de la grossesse des mamans qui font des choix jugés marginaux par le collège des obstétriciens français (AAD, ANA, plateau technique …)Malheureusement elle ne pratiquait pas l’AAD.

A force de recherches j’ai fini par trouver une adresse mail. Une SF AAD plus qu’a part. C’est ma dame en blanc (c’est un choix dont je ne connais pas l’origine mais c’est ainsi, elle ne s’habille que de blanc). Elle n’est pas dans les pages jaunes, elle n’est pas conventionnée. C’est celle qu’on trouve par le bouche a oreilles, c’est celle qui vous connaît mieux que personne et qu’il faut convaincre. Je savais qu’elle cessait son activité dans les années a venir et qu’elle ne prenait pas de nouvelles familles et pourtant il fallait absolument que ce soit elle (je n’avais pas tellement le choix, dans mon département, les autres SF étaient trop loin ou indisponibles pour des raisons de santé). Alors je lui ai envoyé un mail avec le récit de la naissance de Louis pour qu’elle sache ma douleur et ma détermination à la panser. J’ai terminé mon mail en lui expliquant que c’était elle ou personne d’autre, quitte à faire mon petit seule.

Elle m’a répondu en me proposant une rencontre, chez elle, lieu des « consultations ». Je ne sais pas si cela arrive à d’autres femmes, mais je suis tombée en amour. Confiance, calme, sérénité. Moi, la maman speed, je me suis pris une grosse claque. Mais c’était bien elle, J. A, assez septique avant de la rencontrer, est sorti de ce « rendez-vous » enchanté de connaître une femme aussi remarquable et professionnelle. Elle pourrait donc nous accompagner pour cette naissance. J’entamais mon 3e mois de grossesse.

Nous nous sommes revus une seconde fois lors de mon 7e mois. Je commençais à avoir peur et a douter de mes capacités, c’était le bon moment pour la revoir. Elle a su trouver les mots justes, encore.

En dehors de ces rencontres physiques, elle était d’une très grande disponibilité par téléphone et par mail, à des heures pas très protocolaires.

Et puis l’heure de cette 3e rencontre avec elle, la 1ere avec mon bébé, sonna enfin.

La leçon d’humilité

A la façon dont Louis était né, je m’étais préparée mentalement à faire face a une naissance très rapide et j’avais même envisagé que J n’arrive pas a temps. Je me sentais prête et assez forte pour gérer à nouveau un événement très fort et très violent. Mais Lyla en a décidé autrement.

Comme pour ma première grossesse, dès 6 mois, j’avais de nombreuses contractions. Je ne souhaitais pas être examinée lors de mes consultations mensuelles. Et c’est moi-même, lorsque j’étais inquiète, qui procédait a un examen du col. Il se modifiait vite. Vers 7 mois, j’ai tout de même demandé a F de me donner son avis et le verdict fut l’exacte description de ma propre observation : col effacé, postérieur, ouvert a 2. Finalement, il était plus prudent que je me repose un peu et Louis fut confié a sa mamy Ginette en journée durant 2 semaines afin que je récupère.

Paradoxalement, j’étais moins inquiète et plutôt en confiance. De plus, il était évident pour moi que Lyla arriverait très en avance. Elle était prévue pour le 9 septembre et pourtant…

Le Jeudi 14 août, j’avais rendez-vous avec mon ostéopathe afin de mettre en place mon bassin et mon sacrum trop malmenés lors de mon premier accouchement (la position sur le dos fait des dégâts considérables à ces endroits). Depuis déjà 2 semaines, j’avais de nombreux pré travail, tard le soir que seul un bain pouvait calmer. J’avais le sentiment que le travail débutait mais qu’il était bloqué de façon mécanique par une mauvaise position de mon bassin, ce que me confirma l’ostéopathe. Après cette séance, je me sentais bien mieux et dans la journée qui a suivi, Lyla n’a pas cessé de bouger très fort, de pousser sur ses pieds et d’appuyer fort sur le col. Le Vendredi 15 août, à 5h du matin, j’ai été réveillée par une très grosse contraction, longue et entraînante, comme une vague. J’étais heureuse, c’était le début. Nous attendions, le soir même des amis qui devaient passer deux jours chez nous. Cela ne me dérangeait pas de les savoir présents lors de la naissance car ils avaient eux-mêmes fait leur petite fille à la maison avec la même SF. Toute la journée, les contractions allaient et venaient : toutes les demi-heures, toutes les heures …. Je tenais J au courant par texto.

Le Samedi 16 août, pas de changement, les contractions restaient douloureuses et fortes mais assez espacées pour que je continue a vivre normalement : siestes, cuisine, repas, ballades ….il fallait juste que je m’accroupisse et que je me concentre pour accepter cette douleur. Le soir venu, je suis sortie à une petite soirée avec des amis. Mon ballet les a beaucoup amusés mais ils étaient tout de même un peu inquiets d’envisager une naissance, là, au milieu du salon …A minuit je suis rentrée dormir.

Le Dimanche 17 août, les contractions sont devenues encore plus fortes mais toujours espacées d’au moins une demi-heure. Et puis je n’avais pas trop le temps d’y prêter attention, nous étions invités à un repas d’anniversaire prévu ce midi là. Encore une fois, les personnes présentes étaient amusées, certaines compatissantes, en voyant le travail bel et bien engagé.

En fin de journée, je commençais réellement a en avoir marre. Après avoir couché Louis, nous avons décidé de tout mettre en œuvre pour que Lyla se décide enfin : séance d’haptonomie, massages, huiles essentielles et bougies, un bain très chaud et un gros câlin. A minuit, je me suis couchée pleine d’espoir. Avant d’éteindre la lumière, j’ai consulté mes mails une dernière fois. En même temps que je lisais un mail de J m’apprenant qu’elle ne serait sûrement pas là cette nuit (un autre bébé arrivait), une violente contraction me plie en deux. Il fallait que ce soit le seul soir d’indisponibilité de ma SF, pour que ma fille se décide enfin !!! J’ai eu un grand moment de panique. Il était hors de question d’aller à la maternité, je n’y étais même pas inscrite, par choix et par peur d’y mettre les pieds. Contre toute attente, A m’a fait couler un bain et m’a expliqué qu’il comprenait mon angoisse de la maternité et que si vraiment notre SF ne venait pas, nous saurions bien faire face tous les deux. Il se sentait prêt. J’étais terriblement émue et reconnaissante de cette décision. Quel courage !

Alors, pour la première fois, malgré de nombreuses fausses alertes avant, nous avons préparé notre lit, les serviettes, l’huile de massage…Tout est prêt, elle pouvait venir.

Je crois que c’est pour cela que j’ai vraiment fini par laisser venir Lyla et le travail a commencé, pour de vrai. Sur le dos entre les contractions, accroupie pendant, A m’aidait a me mouvoir dans l’eau. Malgré mes cris, Louis dormait paisiblement. Mes larmes coulaient de rage : pourquoi cela durait-il si longtemps ? A finit par appeler J vers 1h. Elle lui expliqua qu’elle était toujours disponible pour venir mais pas pour longtemps et que si l’autre maman la rappelait, elle irait la voir. Encore à ce moment je n’étais pas certaine que ce soit pour cette nuit. Depuis 3 jours, je doutais, sans être très sure. Je ne pouvais pas la faire venir de si loin (une heure de route) pour une fausse alerte. A 2h, A la rappelle et elle demande à me parler. Je lui explique mon incertitude mais elle m’entend hurler lors de la contraction suivante et finalement décide de venir. A 3h, elle arrive, quitte ses chaussures, s’avance pieds nus dans la pénombre (il n’y a que deux bougies allumées, dans la salle de bain.). Elle écoute le cœur de Lyla pendant quelques minutes, tout va bien. Elle m’explique que l’autre maman en est à son 3e bébé a la maison et que le papa est prêt a faire face seul. Je me sens moins coupable de leur voler J.

A m’apporte à boire et à manger, je barbotte toujours et je décide de retourner au lit. A va se coucher et J et moi, nous restons en tête à tête. Elle s’assoit sur une chaise a coté du lit et je me mets sur le coté Nous parlons, de tout et de rien, nous essayons d’éclaircir tout ce qui me retient encore et qui m’empêche de m’abandonner totalement. Les contractions s’espacent, puis cessent totalement. Il est 5h environ. J’en ai marre, je me lève pour manger, je me fait un sandwich et pèle une pomme. Ca n’avance plus. Après une longue hésitation, moi qui ne voulais pas que l’on me touche, je demande a J de me dire si mon col s’ouvre ou pas. Elle ne pratique pas ce geste d’ordinaire, ce n’est pas dans ces méthodes de travail. Pourtant elle accepte : j’en suis a 5-6 cm. Cela me donne du courage, ça avance…doucement, certes, mais ça avance.

Elle m’explique que j’ai trop peur de cette douleur, que je dois plonger dedans et l’accepter enfin, ne plus rien retenir. J’ai aussi l’impression que je savoure cette naissance alors que j’ai subie celle de Louis. J’accouche deux fois, c’est donc plus long…Et puis j’avais « décidé » que ce serait une naissance rapide et Lyla m’apprend la patience et l’humilité. Je ne contrôle pas tout, je dois l’accepter et lacher-prise. J écoute à nouveau Lyla, tout baigne.

Les contractions reprennent, toujours espacées d’une demi-heure. J’ai le temps de récupérer entre chaque.

Il est 6h, je me refais couler un bain et je vais voir A pour lui demander de venir. Nous restons tous les deux, J s’éclipse. Et le ballet aquatique recommence, nous sommes très synchrones. Puis ça devient plus fort, je vois le jour se lever sur cette quatrième journée de travail et le désespoir me gagne.

Nous sommes le Lundi 18 août et j’en ai marre, JE VEUX QU’ELLE SORTE !!!!A va chercher J, elle s’installe par terre à coté d’A et souri doucement. Je lui dis que je n’en peux plus, que je veux qu’elle me perce la poche des eaux. Elle m’explique qu’elle ne fera rien : c’est à moi de mettre au monde ma fille, si je peux l’atteindre, je peux la percer moi-même…sinon, je dois être patiente et accepter.

Et là, je repense a cette fameuse phase de désespérance et je me marre. Je suis en plein dedans et ça veut dire que Lyla sera vite là. C’est la dernière ligne droite. Je sors du bain et je demande à A d’appeler B. Elle ne répond pas. Je suis triste, j’ai besoin d’elle.

Me voici dans ma chambre, sur mon lit, tantôt sur le coté, tantôt a quatre pattes, le torse appuyé sur mon ballon rose. A est parti s’occuper de Louis qui boit son biberon et joue calmement dans le salon. J me tiens la main, soutiens ma jambe, me caresse les cheveux…Je lui dis mon bonheur d’être là, chez moi, d’entendre mon fils jouer juste a coté.

Et je pousse. Tout doucement, puis comme une forcenée. Mes cris assez brefs et stridents se fonts plus longs. Je suis plus souvent sur le coté. Je décide de rester à quatre pattes mais ça fait trop mal, ça pousse. Je voudrais me recoucher. J me dit que c’est à moi de décider, mais que si ça fait aussi mal c’est parce que c’est une position efficace. Il est temps que plonge enfin dans cette vague de douleur ….

B appelle, elle vient d’avoir le message, c’est la seule fois qu’elle oublie son téléphone, elle est déçue de ne pas être là. J’exige sa présence, « sinon je ne la fait pas ! ». Elle se met en route, elle habite à 45 minutes d’ici. Je ne saurais pas vraiment dire pourquoi sa présence était indispensable à ce point. Peut-être parce que je n’avais tout simplement pas imaginé qu’elle ne soit pas là.

Mes contractions qui étaient très espacées se rapprochent enfin, il est 9h. Je vais mourir, je rugis de rage, je pousse. On dirait un animal en furie. Elle va sortir, il faut qu’elle sorte. Mais j’ai trop mal, je ne vais jamais y arriver et B n’est pas là. Je ne peux pas sans elle. Mais A est a coté. Je suis rassurée de le savoir là, avec Louis, tout proche. J me masse le dos en descendant en même temps que je pousse. J’ai une subite envie de vomir, c’est Lyla qui se place et qui descend, c’est très bon signe. Je grogne, je râle, je feule, c’est un festival que cris félins. Je suis en dedans de moi, tout, autour de moi, s’est écroulé et je ne suis qu’une boule de douleur et de cris. La seule chose que je perçois encore, ce sont les doigts de J qui courent le long de mon dos, attirant vers le bas, comme un aimant, le corps le Lyla.

J me dit que les « sentinelles » arrivent, elles annoncent l’arrivée du bébé …elle fait référence à ce qui restait dans mon intestin …Quelle poétesse tout de même ! La poche des eaux bombe à la sortie, mon bassin s’écarte et SPLACH !! Je sens le liquide amniotique couler le long de mes cuisses et je patauge dedans avant qu’il ne soit épongé par l’épaisseur des couettes posées sous moi.

La tête de Lyla pointe, elle est pleine de cheveux, même à quatre pattes, je vois tout dans le miroir situé dans mon dos. Je réalise que ma fille sort de moi et je suis pétrifiée. J appelle A mais B est à la porte et il lui ouvre. Elle est là, enfin, Lyla peut naître.

Je pousse une seule fois et j’ai l’impression de me déchirer en deux. Quelle douleur !! Lyla glisse comme une petite savonnette et tombe entre mes jambes. Elle est si petite, je n’ose pas la toucher. Je suis sonnée et je ne réalise pas. Après 3 jours d’attente, est-ce que je ne rêve pas ? A entre avec Louis. Ils étaient devant la porte lorsqu’elle est née.

J m’encourage à la prendre, elle pleure vite et fort. Elle nous raconte son histoire, son parcours et sa si longue naissance, mais si douce.

Je la prends tout contre moi, on nous couvre et je me mets sur le coté. Ma toute petite fille, toute minuscule…Elle est parfaite !

 Lyla1

Elle tète immédiatement et le placenta se détache assez vite. J le réceptionne dans un plat qu’A a apporté un peu précipitamment : c’est le récipient qui se pose sur ma balance de cuisine. A chaque fois que je fais un gâteau ou du pain, j’y pense …

Je coupe moi-même le cordon longtemps après la sortie du placenta et J met un joli petit morceau de laine couleur lilas, autour du nombril de Lyla. Elle tête goulûment. Je saigne moins et j’ai envie de me laver, Lyla a une heure.

 Lyla 2

A la prend en peau à peau et Louis fait la connaissance de sa petite sœur. Je vais prendre une petite douche pendant qu’A et J font un lit propre et trient le linge et les alèses à jeter..

 Lyla 3Lyla 4

Ensuite, J examine Lyla et la pèse puis nous la rend immédiatement. B fera du café et J ira remplir ses papiers pendant que nous faisons connaissance tous les quatre

Nous resterons en famille, au calme, chez nous jusqu’au soir où des amis nous amènerons a dîner. Je suis en forme et très heureuse. Jamais je n’aurais pu rêver plus belle naissance. Me voici guérie et en paix avec moi-même. Lyla est sereine et calme. Elle dormira toute la nuit et la journée suivante afin de nous laisser récupérer d’un tel marathon. Quel ange !

Pas une seconde je ne pouvais imaginer un tel périple, et pourtant…c’est ainsi que Lyla a choisi de naître : à ce moment et de cette façon. Quel chemin parcouru ! Moi qui ai un besoin maladif de tout contrôler pour me sentir sereine, j’ai eu la plus belle leçon que l’on puisse recevoir : faire confiance et lâcher prise !

Pugnacity Jane – 2008 –Loire Atlantique

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :