Un accouchement respecté V – 2011- Corrèze

5 Fév

Cela faisait 4 nuits que je faisais du faux travail, contractions régulières mais espacées pendant plusieurs heures la nuit qui stoppaient à 5h30 du matin, le manque de sommeil commençait à se faire sentir.
Je suis à J+4, nous somme le 18 mars et j’ai rendez-vous à la maternité pour me faire un décollement des membranes le matin, et si rien ne se passe, je serais déclenchée artificiellement le soir même ou le lendemain matin, je devrais donc bientôt avoir mon bébé dans les bras.
Les contractions de la nuit n’ont pas vraiment cessées mais elles se sont espacées.
9h30, la sage femme me décolle les membranes, tout va bien, je suis dilatée à 2 autant dire rien. Comme il n’y a pas de chambre simple de libre et que Manu doit passer la nuit avec moi, elle me dit de revenir le soir vers 17/18h . On décide de faire un tour et de repérer un endroit pour manger, les contractions s’intensifient, je ne les supporte que debout en balançant mon bassin.
14h30, j’appelle la maternité, je suis trop mal, je n’ai pas pu manger, je ne peux pas marcher, et je ne peux pas rester dans la voiture, trop inconfortable.
La SF me dit de venir qu’elles m’installeront en salle de naissance que je prendrais un bain en attendant que la chambre se libère. J’arrive vers 15h Monito Tv, je suis à 3 cm, ça travaille mais ça ne va pas vite. Je prends un bain, je me détends que c’est bon… en sortant du bain, je perds le bouchon muqueux.
17h30, on me donne ma chambre, je suis dilatée à 4, j’essaie de respirer, de faire du ballon, de gérer les contractions.
On me sert le repas, je n’ai rien pu avaler de la journée, ça ne passe pas, Manu part se chercher à manger à 19h30.
19h45, je m’allonge sur le lit pour faire de la relaxation, et d’un coup un « ploc », et le liquide qui commence à couler, je cours aux toilettes, j’ai rompu la poche des eaux. Je rappelle manu, à partir de ce moment là, les contractions s’enchainent, violentes, douloureuses, dans les reins, je ne peux rester que debout en appui sur un meuble ou accroupie.
20h15, j’ai trop mal, j’appelle la SF, elle m’ausculte, toujours dilatée à 4, je dilate d’1cm toute les 4h, ça ne va pas être possible de tenir comme ça encore 12h, ça appuie à l’arrière je commence à penser à la péridurale. Manu m’encourage, la SF aussi, elle a lu mon projet de naissance. Elle me dit que je suis courageuse et que je me débrouille très bien, elle va chercher les aiguilles pour faire de l’acupuncture, je fais du ballon a 4 pattes sur le lit, elle essaie de me soulager, rien n’y fait, les contractions durent plus de 2 min, sont espacée de moins de 2 min, je n’ai pas le temps de récupérer entre chaque contraction, même la SF me dit que c’est particulièrement violent. Je ne tiendrais pas comme ça… Il est en présentation postérieure ce qui explique la douleur dans le bas du dos, j’aurai un accouchement par les reins.
21h, je demande la péridurale même si je sais que je serai déçue, même si Manu et la SF m’encouragent, je ne tiendrais pas… Non ce n’est pas la phase de désespérance, je suis lucide et ce n’est pas possible que je tienne, on part en salle de naissance.
On me pose la perfusion et on me dit que l’anesthésiste est prévenu. Je précise que je ne veux rien qu’on m’injecte sans me prévenir.
Je ne sais plus à quel moment, si c’est là ou si c’est après, mais lorsque la SF m’a fait un TV, étrangement j’ai senti que ça me faisait du bien, alors elle a massé mon col pour l’aider à se dilater et ça m’a soulager.
Puis, tout s’enchaine je ne regarde plus l’heure, je n’ai plus la notion de rien, j’ai mal j’essaie de gérer les contractions, je reste debout, les bras appuyés contre le lit, ou accroupie par terre, et j’ai l’impression que ça pousse sur l’arrière, j’ai l’impression que je vais sortir tous mes organes par l’arrière. La SF m’ausculte je suis à 7/8, alors je souris, la péridurale ne servirait plus à rien je vais avoir mon accouchement naturel !
Ça pousse trop, le bébé appuie elles sortent les étriers, je refuse, je ne veux pas accoucher comme ça, alors elle me propose de m’allonger avec une jambe sur le coté mais une contraction me saisit et d’un coup je me mets à genoux, face au dossier du lit et j’affirme que j’accoucherai comme ça ! Une sage femme plus âgée dit à la jeune qui me suit depuis le début « bon ben, moi je vais faire celui d’à coté alors ».
Je tire sur la tête du lit, manu me masse le crane, me tient la main, m’encourage, il me fait un bien fou, il est formidable, la SF m’accroche un drap au dossier du lit et je tire dessus comme pour me suspendre en arrière, je sens mon enfant s’engager, je le sens descendre puis remonter doucement entre chaque contractions, j’ai un peu plus de répits maintenant, j’ai le temps de reprendre des forces entres chaque poussée, on m’encourage, je pousse, j’encourage mon bébé intérieurement, et puis la SF me dit qu’il arrive, que je peux le toucher, c’est incroyable, je le touche avec ma main.
Je ressens ce que l’on m’avait décrit aux cours de prépa, l’impression que je vais me déchirer, la brulure de l’écartement, alors je repense au cercle de feu dont on m’avait parlé, que c’était la fin qu’il fallait passer à travers le cercle de feu et que c’était fini que plus vite on le passait et moins on se brulait, il ne faut pas avoir peur alors j’ai poussé, de toutes mes forces et sa tête est sortie puis le reste, j’ai attrapé mon enfant entre mes jambes, je l’ai posé face à moi, il était tellement parfait, ce sont mes 1er mots à mon fils : tu es tellement parfait ! Car oui c’est un garçon et je le dis à Manu, « on a un petit gars », c’est merveilleux ce que l’on ressent, c’est tellement magique de devenir mère ! Et toi mon fils tu es tellement beau ! Il est 22h15.
Je m’allonge, et prend mon bébé sur mon ventre avec une couverture, on lui met un bonnet et nous restons tous les 3, béats, à savourer ce merveilleux moment. Manu sort appeler nos familles, le cordon a cessé de battre et c’est moi qui le coupe car la SF n’a pas trouvé le papa dans le couloir.
Puis vient le temps de la délivrance du placenta qui se fait très bien et celui des soins pour moi, ce n’est pas le plus sympathique mais avec mon bébé dans mes bras, rien n’a d’importance…

Lien vers le Second accouchement respecté V – 2013

Une Réponse to “Un accouchement respecté V – 2011- Corrèze”

Trackbacks/Pingbacks

  1. Second accouchement respecté V – 2013 | Mon corps, mon bébé, mon accouchement ! - 7 janvier 2014

    […] Lien vers le Premier accouchement respecté de V – 2011- Corrèze […]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :