#64 Jennifer – Lorraine

8 Fév

Dimanche 5 septembre, 17h45, je me lève du canapé, oh, une petite fuite! Bon on ne sait jamais, on range un peu la maison, je rentre les jouets du chien, 17h50…Mon dieu c’est le déluge! Le début d’une grande aventure…Papa est dans les starting-block, Maman n’est pas assez rapide à son goût! Je prends une douche, passe un long moment sur les toilettes, mais bon, il faut y aller, ça ne va pas s’arrêter ^^ A 19h, nous arrivons à la maternité. Pas encore de contractions, mais tu as déjà ouvert la porte de sortie de 2 cm ;-). 19h30, les contractions commencent gentiment, à 21h, après avoir vérifié que ton petit coeur battait bien, je monte en chambre « d’attente »! Et Papa est fortement invité à rentrer à la maison pour se reposer, en attendant que tu te décides…Je prends une douche pour calmer la douleur, Papa reste avec moi pour m’aider, et à 23h, il va manger au fast food, la nuit risque d’être longue! J’essaie de gérer mes contractions comme je peux, je ne voudrais avoir la péridurale que le plus tard possible, alors je m’accroche au lit, debout, respire comme je peux. On ne me donne aucun conseil, et au contraire, on me somme de me coucher! Et là je ne gère plus rien. On m’examine, je grimace, « mais non ça ne fait pas mal ce que je vous fais là! » Finalement Papa a le droit de rester car le travail avance, à minuit, 4 cm…Je vais avoir droit à la péridurale, heureusement car les contractions ne s’arrêtent plus, elles diminuent avant de repartir de plus belle, c’est dur! On me descend en salle de travail, en fauteuil roulant (je me sens incapable de gérer ces contractions en continu tout en marchant).
1h15, enfin la péridurale…Les seuls mots de l’anesthésiste en entrant dans la salle « Ca ne sert à rien de crier madame, respirez! ». Bien gentille la ptite dame, mais je respire tout ce que je peux et ça fait maaaal quand même! La main de Papa, et celle de l’élève infirmière « N’hésitez pas à serrer madame », merciii!
Et ensuite, le bonheur! Un peu douillet à gauche, péri mal posée, elle la remet en place, c’est nickel! Je suis tout de même obligée de rester sur le flanc gauche, sans quoi ton petit coeur ralentit… Du coup je ne suis anesthésiée que de ce côté, le produit « descend! »
Jusqu’à 4h du matin, on rigole avec l’élève infirmière et l’élève sage-femme, la fatigue aidant, Papa raconte n’importe quoi! Deux jeunes femmes très sympathiques, qui nous ont demandé si ça ne nous gênait pas qu’elles restent un peu avec nous, plutôt que de s’ennuyer dans leur bureau 😉 Toutes les heures, la sage-femme vérifie l’avancée du travail, on gagne environ 2 cm par heure, et à 4h, on est à 10! Plus qu’à t’engager dans le bassin… Mais 2h plus tard, toujours en haut. La sage-femme, si sûre d’elle jusqu’ici, commence à douter. Te présentes-tu correctement? L’interne m’examine, il a un accent africain tellement fort qu’on ne comprend pas grand chose, mais j’entends quelques mots : bloc, forceps, césarienne… Visiblement, un « gros gabarit », qui regarde vers le ciel au lieu de regarder vers le sol, ça ne passe pas… Papa n’a pas encore compris : « Je peux rester avec elle » « Non monsieur, on part au bloc! » Dans cette maternité, urgence ou non, jamais de Papa au bloc…
Au bloc, on m’annonce que les forceps sont impossibles, encore bien trop haute… J’ai froid, je suis attachée les bras en croix (et ce jusqu’à la fin) je tremble de tout mon corps, de fatigue, d’extrème tristesse, de froid, de peur, je pleure énormément, et la seule personne qui me « soutient » en me donnant la main, c’est l’anesthésiste qui m’a « grondée » quelques heures plus tôt… 6h48, on m’ouvre le ventre, 6h50, tu es née…
Je t’entends miauler, petit chat d’amour, j’aperçois tes beaux yeux, tous tes cheveux, « c’est votre sang madame ne vous inquiétez pas » tu passes là, à 1m de moi, pas un baiser, pas une caresse, puis on t’emmène pour les premiers soins. Pendant ce temps, on me recoud. Dans la salle d’attente, Papa aussi t’a entendu, il s’inquiète pour toi, pour moi, il tente de s’approcher de la porte d’où viennent tes petits cris, est repoussé par une sage-femme… alors que tout va parfaitement bien…et au bout de 15 minutes enfin, on lui dit que tout va bien, et il peut te voir!
Après un long moment, tu me rejoins au bloc pour une petite tétée… Enfin contre moi mon amour, le moment est trop court… 7h45, on me monte en salle de réveil, aux soins intensifs, avant 8h on ne peut pas monter dans les chambres apparemment…et je somnole en vous attendant, mes amours. Enfin, vers 10h, te voilà! Et Papa suit! Il reste avec nous quelques instants, et rentre se reposer à la maison. Peu avant midi, enfin, on nous monte dans notre chambre. Nous allons enfin pouvoir nous découvrir…
Nous nous sommes surtout reposées, et puis Maman est clouée au lit! Sonde, perf, un gros sac de sable sur le ventre… Première nuit toutes les deux, Maman refuse qu’on soit encore une fois séparées, tanpis, on se débrouillera, malgré les douleurs! Je préfère souffrir que sonner, cet affreux interphone, des personnes peu aimables…

Mardi, repos, repos, repos! Maman peut enfin se lever, tranquillement. Une auxiliaire m’aide à me laver dans la salle de bains, et pendant ce temps, une autre te fait prendre ton premier bain…Encore un instant volé à Maman… la plupart du temps, tu es posée sur moi, à portée de tétée, nous avons tant besoin de contact, enfin! On ne se gêne pas pour me faire la remarque, que je l’ai tout le temps sur moi cette petite!!! Un peu plus tard, on me « grondera », encore une fois, parce que je n’ai pas changé ma fille… On ne m’a donc rien montré, et je dois me débrouiller, pliée en deux par les douleurs… La nuit est rude : tu pleures pendant 2h, Maman ne sait plus quoi faire et appelle l’auxiliaire, qui te donne un complément de lait, à la tasse. Tu avais faim! La sage-femme m’explique que pour l’instant, j’ai la qualité, mais toi tu veux de la quantité…! Aucun conseil pour t’allaiter, quand je demande à la tétée suivant si je dois encore te complémenter, elle me répond que je peux faire comme je veux, mais que tu as faim, donc besoin des compléments…

Mercredi, grosse journée! Beaucoup de visites plus ou moins prévus, même le photographe, Maman se fait encore gronder : « il faut gérer vos visites madame, parce qu’après, la nuit, ça pleure! ». Et ben non, une bonne nuit, et personne n’a pleuré!

Jeudi, tu as perdu beaucoup de poids, ça commence à inquiéter les auxiliaires, je te mets aussi souvent que possible au sein, nous sommes sous surveillance…

Vendredi, la nuit a été difficile, les sage-femmes viennent toutes les 3h, on te donne un complément de lait hypoallergénique après chaque tétée, il faut que tu grossisses, et je commence à m’inquiéter, devant l’inquiétude générale! Tu as repris un peu de poids, mais il faut continuer… Le pédiatre ne s’inquiète pas, et tous espèrent une erreur sur le poids de naissance. Dans ce cas, la perte de poids serait moins importante! Tu dors de plus en plus, tu t’éteins, dors toute la journée, tes lèvres sont sèches, et Maman craque. Peur pour toi, peur de rester encore à la maternité… Je veux rentrer, et que tout aille bien.
[Encore une fois, « grondage » : j’arrive au bout du demi-paquet de couches fourni par la maternité (il est vrai que je n’avais pas été attentive à ce détail, préoccupée par ton poids), et Papa ne m’en apporte d’autres que le soir, je n’avais pas prévu de rester une semaine, donc pas de stock d’avance… On me cède une couche, mais vraiment, en soulignant que normalement on ne le fait pas! J’aurais peut-être du laisser la fille dans une couche souillée pour ne pas déroger aux règles..]
Interviennent alors deux anges! Une sage-femme me propose de tirer mon lait : et il y en a! Effectivement, elle se rend compte que c’est toi qui ne tète pas bien…Maman a plein de lait pour toi, mais tu n’arrives pas à téter. Elle vient m’aider à chaque tétée, à t’installer, à te garder éveillée, et surtout, elle parle avec moi, et me soutient. Au contraire de ses collègues, elle me félicite d’être aussi instinctive, garder ma fille contre moi ainsi, ça la motive pour les tétées! On t’habille bien chaudement : comme au premier jour, bonnet, brassière en laine, chaussettes et chaussons. L’énergie que tu n’utilises pas pour te réchauffer, tu l’économises pour bien téter! La conseillère en lactation arrive alors à la rescousse. Elle me propose une tétée en peau à peau, pour te motiver. Tout de suite après le bain, en couche, tout contre moi, peau contre peau pour la première fois… Et on essaie de changer de position, mais tu tétouilles toujours! Plutôt que de te donner à la tasse, après chaque tétée, le lait que j’aurais tiré, elle me propose un Dispositif d’Aide à la Lactation : je tire mon lait, t’installe à l’autre sein. Je glisse ensuite une sonde dans ta bouche, l’autre extrémité dans le biberon de lait que j’ai tiré, et tu aspires alors, « à la paille! ». Tu continues de téter, et tu es encouragée par le résultat, puisque tu avales en quantité le lait que tu aspires à la paille! C’est contraignant, mais, enfin, tu manges! Et la sage-femme me dit que nous pourrons rentrer demain… Je suis soulagée!
Dans la nuit, je fais des « démos »! Les auxiliaires de nuit ne connaissent pas le DAL, et me demandent de les appeller pour la tétée, pour « voir »!

Samedi, nous devons enfin sortir, mais Maman attend avec impatience le verdict de la pesée… Papa a couru partout pour trouver un tire-lait, pour que nous puissions sortir! Et enfin, nous sommes soulagés, tu as bien repris! Et uniquement avec le lait de Maman, pas de complément! Nous allons bien toutes les deux, et tous les trois, nous rentrons à la maison… Enfin…Cœur noir (cartes)
Encore 10 jours de DAL et de suivi à la maison avec une sage-femme libérale, et à la clé, un allaitement réussi!

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :