Anonyme, Paris, 2007, accouchement respecté dans une maternité fermée depuis

8 Fév

Mon fils est né en 2007, et j’ai eu la chance de vivre un accouchement respecté, sans m’imaginer, à l’époque, à quel point il pouvait y en avoir de peu respectés.

A tous les niveaux (aide-soignantes, infirmières, externes, internes, sage-femmes, obstétriciens, pédiatres) les soignants ont été professionnels, respectueux, aimables et humains. Aucun acte ne nous a été imposé, tous nous ont été expliqués à l’avance. Le respect de mon corps, de l’intimité familiale, de la relation maman-bébé naissante, ont été de règle tout au long de l’accouchement et les jours suivants. Et tout ça, sans que cela nous coûte une fortune, merci au service public hospitalier.

La naissance a eu lieu plusieurs semaines avant le terme. J’étais arrivée à l’hôpital sans certitude à propos de la péridurale, hésitant entre la tentation d ‘éviter de souffrir et la volonté de garder le contrôle de mon corps. Mais après avoir souffert trois heures (et vomi mon lorsque l’anesthésiste est venu me proposer (et pas m’imposer) la piqûre, j’ai accepté sans hésitation.

Entre le début des contractions et la naissance, sept heures environ ont suffi. Par chance (sans doute parce que le bébé pesait à peine plus de 2 kg), et en l’absence de dogmatisme sur ce sujet de la part de l’équipe médicale, je n’ai pas subi d’épisiotomie.

Le bébé donnait toutefois des inquiétudes car son cœur ralentissait; l’interne qui dirigeait les opérations hésitait à utiliser des spatules, qui n’ont finalement pas été nécessaires, grâce au talent des sage-femmes (assistées par une infirmière).

Je salue l’efficacité et l’humanité de l’équipe, et sa détermination à travailler au plus près du processus naturel, sans hypermédicalisation superflue.

Une fois le bébé né, les sages-femmes ont eu le tact de commencer par poser mon nouveau-né sur mon flanc, directement de peau à peau, avec un drap plié par-dessus pour le protéger du froid. Cela a dû durer quelques minutes, pendant lesquelles mon conjoint a coupé le cordon.

Ensuite l’infirmière a emmené le bébé pour les premiers soins et examens et le bain, invitant le papa frais émoulu à la suivre. Les sage-femmes se sont occupées de ma délivrance puis je suis restée seule; au bout de 20 minutes mon conjoint est revenu, portant le bébé tout habillé dans ses bras. Nous retrouver tous les trois seuls a été très bienfaisant.

En ce qui concerne les jours suivants, et l’apprentissage de l’allaitement et des soins au bébé, là encore je souligne l’aide proposée et l’absence de pression.

J’avais choisi le sein de longue date (avant même la conception), et la mise au sein très rapide après la naissance, puis les conseils des sage-femmes, puéricultrices et infirmières de l’hôpital ont été très utiles. Personne n’a cherché à m’imposer ce mode de nourrissage. Le personnel m’a aussi expliqué avec beaucoup de patience comment effectuer les soins et la toilette. Rien de tout ça ne s’invente ou n’est inné, contrairement à ce qui ressort de certains discours.

Au retour à la maison, une sage-femme libérale est passée tous les 2 jours pendant la première quinzaine, dans le cadre d’un protocole d’ »hospitalisation à domicile » (pris en charge par la Sécu) bien pensé et bénéfique. Elle venait surveiller les « suites de couches » et surtout répondre à mes innombrables questions sur la santé et la nutrition du bébé.

Accouchement, suites d’accouchement, mais aussi suivi de grossesse, respectés : j’ai eu la chance d’en bénéficier, c’est donc possible, et pas forcément très coûteux ni pour les patients ni pour la collectivité. Conformément aux consignes, je ne cite pas l’établissement où cela s’est passé, mais j’aimerais souligner qu’il s’agit de l’une des maternités d’hôpitaux publics parisiens fermées au cours de 5 dernières années, ce que je déplore vivement.
ANONYME – PARIS

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :