La naissance de Tit bonhomme

17 Fév

Le 7 aout vers 22h, je suis en train de tchater avec une amie sur msn quand je sens une 1ere contraction légèrement douloureuse…. J’avais déjà souvent eu des contractions mais parfaitement indolore. Ma DPA est pour le 18 août mais depuis le départ je dis que je voudrais accoucher le 8 aout car c’est le 08/08/08 (date porte-bonheur on espère!) et c’est également l’anniversaire de mon grand-père maternel auquel je suis très attachée. Lorsque je sens donc cette contraction je me dis que peut-être mon souhait va se réaliser!?

Dans la soirée, de loin en loin je sens des contractions un peu douloureuses… mon cœur s’accélère à la pensée que c’est sûrement le début du travail!
Vers minuit on s’endort très vite… mais je suis également très vite réveillée par une nouvelle contraction douloureuse. La position couchée les rend d’autant plus douloureuse. Toutes les 20-30mn une contraction arrive, pas évident de dormir… elles ne se rapprochent pas, ou à peine, mais deviennent de plus en plus douloureuses. Ça reste quand-même parfaitement gérable. Vers 5h du mat quand-même, je n’arrive plus à les encaisser couchée, je m’assois donc dès que j’en sens une arriver et ça passe plutôt bien.

Ma puce ainée, qui a 20 mois à ce moment-là, se réveille à 7h30 et me voyant assise (je suis en train de gérer une contraction), pense que c’est l’heure de se lever, je me lève donc aussi, de toute façon je ne peux pas dormir…

Une fois debout je m’attends à ce que les contractions se fassent bien moins sentir car c’est ce qui s’était passé pour mon 1er accouchement, mais en fait pas du tout! Par contre elles deviennent beaucoup plus fréquentes, mais toujours aussi irrégulières. Des fois j’en ai 3 en 10mn, puis plus rien pendant 15mn, puis 2 énormes a 10mn d’intervalle, etc… Je me dis donc que ça ne doit pas être tres efficace, que ça va surement être tres long… peut-être même que je n’accoucherais que le lendemain matin!??

Je tente de préparer le petit déj pour la puce et moi, mais je galère, je dois m’assoir tres fréquemment pour cause de contractions… je dis donc à Julien qui est sur le point de partir travailler que, finalement je crois qu’il vaut mieux qu’il reste à la maison… je téléphone à Amandine, la remplaçante de ma sage-femme qui est en vacances… je veux juste la prévenir que le travail a commencé et que probablement j’aurais besoin d’elle dans la journée. En tout cas je l’espère! Je lui explique que c’est anarchique et que j’ai le sentiment que ça va être tres long.

Il est maintenant 9h. Je réussis à déjeuner laborieusement, assise sur mon gros ballon gonflable parce que je ne tiens pas sur une chaise. Je demande à Julien d’aller faire quelque course et d’emmener la puce avec lui. Pendant ce temps je prends un bain. Ça soulage en effet, j’ai même l’impression que ça arrête presque le travail!! Du coup je sors du bain et les contractions reprennent de plus belle. Je suis maintenant obligé d’appliquer les exercices de relaxation que ma SF m’a apprise pour aider à gérer la douleur. Je vocalise donc à chaque contraction, je fais des « mmmmmh » et ça soulage bien! Je suis étonnée de la douleur, pour mon 1er accouchement j’étais arrivée à 7cm sans aucune souffrance!! Mais je sais aussi qu’un accouchement ne ressemble pas à un autre, alors je ne me démonte pas pour si peu. Je me dis aussi que le plus douloureux reste à venir, alors je ne vais pas me décourager à ce stade! Je me répète que chaque contractions passées est une contraction en moins entre moi et mon bébé et je visualise mon col qui s’ouvre, ça me motive.

a midi j’arrive quand-même a nous préparer un repas sommaire pour tout les 3, en m’arrêtant et en m’asseyant avec des « mmmh » toutes les 3-4mn… les contractions sont devenues quand-même bien douloureuse et assez rapprochées, les « mmmmmmh » ne suffisent plus. Je me répète intérieurement que je ne dois pas lutter contre la douleur, que je dois la laisser faire son travail, que je ne dois surtout pas me crisper… ça marche plutôt bien, je reste tres zen et motivée! Il est presque 13h. Je décide de faire une brioche en MAP, comme ça, demain matin on pourra se régaler de bonne brioche après une nuit qui promet d’être longue! Je lance le programme, il dure 3h22…

Je sens que ça commence vraiment à devenir intense. J’ai du mal à ne pas crier de douleur pendant les contractions, et je ressens vraiment le besoin de me concentrer. J’ai besoin que Julien soit complètement avec moi, mais il ne peut pas il gère la puce. Je lui demande donc d’appeler nos amis pour qu’ils viennent chercher la puce. Je décide également d’appeler Amandine pour lui expliquer que je commence a vraiment avoir mal et que c’est devenu tres intense bien que ça reste tres anarchique. J’ai des pauses de 10mn des fois sans rien! Mais je n’ai pas le temps de lui dire grand chose qu’une contraction arrive… Je passe donc le telephone à julien qui lui explique la situation. Après avoir raccroché il me dit qu’amandine pense que le travail a bien avancé et que ça peut aller tres vite, du coup elle a décidé de venir. Elle en a pour 1h de route.

Je décide d’aller reprendre un bain parce que vraiment j’ai tres mal! Le bain apaise un peu, mais ça reste quand même tres intense et je dois vraiment me concentrer pour ne pas me crisper dans la douleur… lors d’une contraction particulièrement longue et forte je ressens l’envie de pousser… et je constate que pousser me soulage! Ça irait donc plus vite que je ne le pense?? Finalement le travail avance peut-être bien? Ça me rebooste! J’ai envie de sortir du bain. Julien vient m’aider à sortir et m’enrobe dans une grande serviette et il m’aide à m’installer sur le clic-clac dans le salon. Je lui demande aussi de fermer les volets car je ressens le besoin d’être dans la pénombre.

5mn plus tard, il est 14h30, nos amis qui doivent garder notre puce arrivent. Je leur demande de nous prendre en photo Julien et moi pour garder un souvenir de ces moments. Puis je fais un dernier gros câlin et gros bisou à ma petite pomme d’amour, ça me fait vraiment mal au cœur de la voir partir pourtant je les presse d’y aller car j’ai le besoin urgent d’être concentrée et au calme… je me sens enfin plus libre et c’est probablement pour cela que tout s’intensifie. Les contractions s’enchainent tres rapprochées, bien longues et intenses. Je suis assise sur le bord du clic-clac, julien est assis sur une chaise devant moi et je me penche en avant dans ses bras à chaque contractions pour tenter de me soulager. A peine 10mn plus tard, quelques discret petits coups a la porte, c’est Amandine ma SF. Elle entre, tout en douceur et en sourire, et je suis vraiment heureuse de la savoir là! Je ne peux même pas me lever pour l’accueillir au stade où j’en suis. J’ai des contractions toutes les 2-3 mn, je pousse à chacune d’elles car j’en ressens le besoin. Julien s’assoit derrière moi et m’entoure de ses bras. À chaque contraction il m’embrasse doucement dans la nuque, c’est si bon!!

Après 5mn d’observation, Amandine me dis que pour elle c’est évident qu’on est dans la dernière ligne droite. Je n’ose pas y croire… quelques part j’ai aussi peur de le croire. Je sais que la dernière ligne droite sera la plus douloureuse tres probablement. et puis cela inclue la rupture de la poche des eaux, or j’ai toujours entendu dire qu’après la rupture de la poche des eaux le travail devenait tres douloureux, et là je trouve déjà ça tres douloureux, j’ai un peu peur d’imaginer ce que cela peut donner donc… pendant une pause, Julien et Amandine prépare la pièce: ils recouvrent le clic-clac de la bâche en plastique, apporte le seau d’eau chaude et les gants de toilettes. Je vois aussi amandine qui apporte les petites serviettes toute douce que j’ai mise de coté pour sécher et enrober le bébé à sa sortie. En regardant ces petites serviettes je n’arrive pas à y croire… Mon Tit Bonhomme serait là sous peu?? Je réclame mon collier de blessingway… puisque la tempête s’annonce, j’ai besoin de mes « perles » pleines de bonnes ondes!! Les contractions reviennent et entre 2 j’explique la provenance et la signification de chaque perle a Amandine.

Puis je me reconcentre sur le travail. Je suis de nouveau dans les bras de Julien, assis derrière moi, il est torse nu, peau contre peau avec moi, j’ai ma joue contre la sienne, mon collier de blessingway dans la main droite et à chaque perles que je touche je pense à la personne qui m’a envoyé cette perle précise et je sais qu’elle pense à moi en ce moment (car elles ont toutes été prévenues) et je me sens si bien malgré la douleur. Je suis dans un vrai cocon d’amour qui me donne un courage immense, toutes les « ondes positives « du collier et de Julien qui me serre fort je les sens si bien et ça m’est si précieux… le temps s’écoule comme ça, je perds la notion du temps. À chaque contractions je souffle et je crie pour m’aider, je pousse et j’ai super mal mais pour rien au monde je ne voudrais être ailleurs…quand je pousse je sens bien la tête de mon petit garçon qui pousse sur le col, et ça m’encourage aussi, ça avance bien! Je signale cette sensation a amandine qui est assise parterre en face de moi, un peu en retrait, tout en discrétion. Elle me dit que c’est tres bon signe, que la rencontre est proche…

Malgré tout au bout d’un moment qui me semble long, je finis par me demander combien de temps cela va durer, j’ai l’impression de stagner là! Je demande à amandine de vérifier l’ouverture du col. Elle vérifie et me dis que j’en suis a 7cm mais que mon col est extrêmement souple et complètement effacé d’un coté. Je lui demande ce que cela veut dire, elle m’explique que ma position actuelle qui est certes la plus « confort » pour moi, ralentit le travail. Elle me demande donc ce que je souhaite: rester comme cela, prendre mon temps, ou essayer une autre position? Je veux essayer de me mettre à genoux… entre 2 contractions donc, je tente de me retourner face au clic-clac, mais pendant la manœuvre je suis surprise par une très forte contraction qui me projette sur le sol. Je me mets à vraiment crier parce que je suis surprise par une telle douleur! D’un seul coup, la poche des eaux se rompt, je sens tout ce liquide s’écouler et mon corps est pris de soubresauts, de spasme je ne contrôle plus rien, mais d’un coup ça devient insupportable de douleur! Je perds conscience de ce qu’il se passe, de ma position, je n’entends plus rien non plus. Je me mets à paniquer, je suis prise dans cette tempête qui me broie complètement je suis submergée par la douleur, je m’entends juste hurler… puis je sens julien qui se positionne devant moi et m’enlace dans ses bras. Je me retrouve la tête appuyée sur son torse, je suis à genoux face au clic-clac, je sens ses bras autour de moi et je sens qu’il me tient fermement, je sens qu’il a une confiance totale en moi, il ne doute pas, il n’a pas peur. Alors d’un coup je n’ai plus peur, je me souviens que ma SF m’avait parlé de cette tempête et que l’important était de tout lâcher… j’entends amandine me dire « cette fois-ci on y est Maryline! »… alors, j’avoue assez terrorisée, je me décide à tout lâcher… je sers julien de toute mes forces, je ferme les yeux et je laisse la tempête me broyer. J’ai d’ailleurs du mal à me souvenir précisément ce qu’il s’est passé, je suis uniquement dans les sensations je n’ai plus conscience de ce qu’il se passe… je ressens une souffrance bien plus intense que je ne l’aurais imaginé, les contractions sont super violentes, mon corps dirige tout, tout seul, je le sens pousser sans que je ne fasse quoi que ce soit, je hurle de toute mes forces autant parce que je souffre tout ce que je peux que par besoin! Je sens que ça m’aide. Je lutte de toute mes forces pour ne pas paniquer, je serre julien je me colle a lui, il est mon point d’ancrage. Je le sens qui ne vacille pas une seconde, je sens pourtant qu’il est très ému, je sens aussi tout son amour, je ne saurais pas expliquer comment, mais j’ai le sentiment que grâce a lui je suis protégée. J’arrive à ne pas paniquer grâce à lui. Je sens que je me positionne à 4 pattes sans que ce soit volontaire de ma part, les spasmes de poussée s’intensifie encore, je sens la tête de mon bébé qui commence à sortir, j’ai l’impression que ça va tout déchirer et ça brûle énormément c’est horrible, je hurle de plus belle si c’est possible, je lacère le dos de julien, j’ai trop mal, j’en peux plus. J’entends amandine me dire « c’est la tête qui sort » et je me dis qu’elle fait 50cm de long cette put*** de tête, ça n’en finis pas!! Ça dure et ça dure, je cris que non je n’y arriverais jamais, que c’est trop douloureux… c’est la fameuse phase de désespérance… Amandine me réponds calmement qu’elle est à moitié sortie que je n’ai plus le choix! Je touche alors pour sentir et je sens cette petite tête bombée!! Alors d’un coup je me mets à pousser de toutes mes forces, j’ai l’impression de me faire écarteler, mais je n’en peux plus de cette douleur, je n’en veux plus, faut que ça se termine! Et ça y est je sens la tête qui finit de passer… mais je continue à pousser de toutes mes forces comme si j’avais pris trop d’élan, je n’arrive plus à m’arrêter! J’entends amandine me dire d’arrêter de pousser, j’ai du mal!! J’arrête enfin de pousser je sens le corps passer et même me semble-t-il les petits pieds! D’un coup et sans réfléchir je me redresse, soulève une jambe et je saisi mon Tit bonhomme et le colle contre mon torse. Subitement tout est fini. Silence enfin, après tout ces hurlements. Plus aucune douleur… la tempête est terminée! Je me retrouve face a julien qui nous regarde émerveillé moi et notre petit bonhomme. J’ai l’impression de revenir a moi, je comprends a peine ce qui m’arrive!! Je regarde mon bébé, puis Julien, puis mon bébé… c’est trop fort, trop hallucinant, j’en ai même du mal à respirer tellement je suis submerger par l’émotion. Je ne touche plus terre, mon cœur va exploser! Je serre mon Tit bonhomme contre moi il ne pleure même pas, gémit juste un peu… il est tout visqueux, tout mou… magnifique! Je demande à Amandine qui est derrière moi s’il va bien, elle me répond en chuchotant que oui il est parfait. Je vois que julien est dans le même état que moi… on ne dit rien, parce que ça se passe de mot et que pour ce moment là il n’y a pas de mots… Amandine m’aide à me redresser et m’assois entre les bras de julien. Je reprends peu à peu mes esprits… Amandine me tends 2 serviettes pour que notre petit bonhomme n’ai pas froid. Il a toujours son cordon, il respire calmement… julien dis « il est né a 15h53″… 15h53!!! Je me rends compte alors que tout a été très vite!! Amandine est arrivée il y a 1h!! La tempête n’a durée que 10mn!

À ce moment là je ressens de nouveau des contractions, c’est le placenta. Je me rapproche du bord du clic-clac, amandine positionne un seau sous mon bassin et hop d’un coup le placenta tombe d’un bloc! Je me sens si bien, vraiment « délivrée », enfin tout est fini! Tout à coup on entend une sonnerie… c’est la MAP!!! La brioche est prête! Je m’exclame « j’ai été plus rapide que la brioche! » quand j’ai lancé le programme il a y a 3h je n’aurais jamais crû que j’aurais mon petit garçon dans les bras avant même la fin du programme….

Amandine ausculte le placenta à coté de nous et nous explique le fonctionnement. Il est en parfait état donc tout va bien… le cordon a cessé de battre alors julien le coupe. Amandine me fait une toilette sommaire et verifie l’état du périnée: intact!! juste un toute petite éraillure qui ne nécessite aucun soin puis, avec l’aide de julien, elle m’installe confortablement dans le clic-clac avec plein de coussins pour la 1ere tétée… juste avant on pèse Tit Bonhomme: 3kg570! Et l’échographe qui me prédisait une crevette!! Pendant qu’il tétouille, Julien nous sert la brioche toute chaude et de la grenadine…

Publicités

Une Réponse to “La naissance de Tit bonhomme”

  1. nanie 17 février 2013 à 10 h 52 min #

    tres emouvant, j’en ai les larmes aux yeux d’imaginer cet accouchement! bravo vraiment pour avoir su « accompagner » cette douleur

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :