# 120 Sylvia – Bruxelles – 2012

18 Fév

Bonjour, Je n’ai pas le temps de vous écrire beaucoup car je m’occupe seule de mon bébé de 4 mois mais globalement je peux dire que mon accouchement a été assez traumatisant alors que je m’étais super bien préparée et que la maternité de l’hôpital S.E. à [Bruxelles] était sensée être « plus humaine et nature »….

Bref l’accouchement a terminé par déclenchement….toute une nuit et un jour interminables…pour finir en césarienne. par ailleurs la salle nature que j’avais souhaité (car en fait on ne peut pas réserver) était occupée à ce moment là. Il semblerait que la difficulté ait été un bassin un rien trop étroit, mais donc vu après. Je me demande si on aurait pas pu voir ça plus tôt, je me demande si le déclenchement à l’ocytocine artificielle, long et douloureux était indispensable… alors que toute la grossesse s’est déroulée nickel. En fait, j’ai l’impression que la volonté de faire un accouchement plus respectueux et nature est surtout de façade . On sent qu’ il y a encore l’institution médecine-hôpital, la peur de procès, etc qui pèsent encore fort dans la façon dont les accouchements se passent. Heureusement, je tiens à préciser que la plupart des sages-femmes sont vraiment extraordinaires et apportent souvent un grand réconfort.

Sylvia , Bruxelles

Publicités

4 Réponses to “# 120 Sylvia – Bruxelles – 2012”

  1. den1000 18 février 2013 à 12 h 19 min #

    Je comprends votre déception. Et entends très bien votre critique sur la « façade »…J’ai lu un témoignage assez édifiant qui se passait à Braine-L’Alleud, cet hôpital est aussi réputé pour être « nature ». Ce que j’en ai tiré comme conclusion, c’est qu’au-delà de l’institution, ce sont les personnes qui la composent qui créent l’ambiance, respectueuse ou non.

  2. quasi doc 18 février 2013 à 22 h 12 min #

    Je peux répondre à l’une de vos questions : pour l’étroitesse du bassin. Vous dites qu’il a été vu après, pendant le travail, donc, et vous demandez s’il n’aurait pas pu être vu avant.
    La réponse est oui, en théorie, mais non en pratique. Pour le savoir, il faut faire une sorte de scanner, qui est cher et irradiant. On ne le fait que s’il y a des risques : antécédent, bébé trop gros à l’écho, diabète gestationnel, jumeaux.
    En pratique on se contente de voir comment évolue l’accouchement. L’autre raison étant que même avec un bassin trop étroit, certaines femmes accouchent quand même par voie basse sans problème, parce que leur bassin est souple et s’ouvre.
    Pour l’autre question, à savoir si le déclenchement était nécessaire, je ne peux pas vous répondre. Il l’est parfois. D’autres fois c’est une question de prudence excessive. Et dans de rares cas (trop souvent pointés du doigt alors que c’est une autre raison qui a primé), c’est un déclenchement de convenance.
    On déclenche souvent lors des dépassements de terme, parce que l’expérience a montré (eh oui ce sont des chiffres, malheureusement) qu’après un certain dépassements il y a plus de risques de complications. On préfère faire passer un accouchement plus difficile que risquer la santé de la mère et du bébé… La vie avant le vécu. Mal accepté, mais en pratique pour des médecins, c’est un mal nécessaire…
    Quant à la peur du procès, elle est bien là, malheureusement, dictée par trop de procès en amont… Donc maintenant, on travaille avec excès de prudence, et on se le fait également reprocher…
    La médecine se rapproche du funambulisme… Qu’on penche un peu trop d’un côté ou de l’autre, on tombe ! 😉
    Bonne continuation de votre nouvel état de Maman. J’espère que votre bonheur d’avoir votre bébé auprès de vous reste plus marquant dans votre vie que ce traumatisme d’un jour.

    • sweetdoula 19 février 2013 à 9 h 11 min #

      Il est vrai que le bassin étroit est quasi un mythe. Même la radio passée avant ne peut détecter correctement car le jour J le bassin bouge et les os du crâne de bébé aussi…tout est fait pour que ça passe. Sauf rare cas de malformation. On ne peut savoir que le jour J, et la césarienne en urgence n’est pas aimé par les médecins, vu tout ce que ça engendre…urgence=stress, se réveiller la nuit donc pas au top de la forme. Mais bon ils ont des études pour etre prêt à faire face à ça et de la pratique.
      Je ne sais pas s’il y a vraiment des plaintes qui aboutissent, oui il y a des plaintes abusives, oui il y a des médecins qui abusent. Et cet abus de la part des personnes présentent le jour de l’accouchement, peut créer un réel traumatisme car c’est le jour dont vous vous souviendrez toutes votre vie, car vous mettez au monde ce que vous allez considérer comme le plus beau joyaux du monde…
      Ce défi représente toutes les femmes, les couples, que nous pouvons lire sur les forums, entendre dans les salles d’attente, à la sortie de l’école et qui n’ont pas reçu l’attention qu’ils pensaient avoir, qui sont traumatisés par certains gestes, ou certaines attitudes envers eux. et ça bien des années plus tard…ça peut être un très long processus pour accepter ce qu’il s’est passé.

Trackbacks/Pingbacks

  1. Online reads | Brussels Sprout - 25 février 2013

    […] A birth-story at St. Elisabeth in Brussels – This one is in French, but you can always use Google translate if you can’t read French. This is actually a very interesting project. Lots of birth stories from mums demanding a more humane birthing experience – https://moncorpsmonbebemonaccouchement.wordpress.com/2013/02/18/120-sylvia-bruxelles-2012/ […]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :