France – La naissance de Xavier dans la banlieue de Montréal, Québec

23 Fév

Mon cher Xavier, mon beau grand garçon. Ta venue au monde a complètement changé ma vie et celle de ton papa. On t’a tellement désiré. J’ai travaillé fort avant de pouvoir essayer de te concevoir. À cause d’une maladie génétique que j’ai depuis ma naissance, je devais suivre une diète stricte et atteindre un taux bas et stable d’une enzyme appelé la phénylalanine. Après plusieurs mois, mon objectif fut atteint et je suis tombée enceinte. Ma grossesse s’est passée à merveille et j’étais épanouie à chaque étape de cette aventure.

Tout a commencé le mercredi 1er décembre. Vers 15h00, j’ai commencé à sentir des crampes au ventre alors que je terminais la vaisselle. Ça revenait de manière assez fréquente en augmentant d’intensité. C’était supportable, car je continuais de faire le souper (une belle moussaka grecque)! Vers 16h20, c’était encore un peu plus intense et rapproché, j’ai donc commencé à minuter mes contractions, car c’était bel et bien des contractions. J’étais aux 5 à 7 minutes. L’intensité augmentait rapidement. Je continuais le souper, mais je marchais beaucoup aussi. Je respirais bien. Après une heure de contractions aux 5 minutes, j’ai téléphoné à ma mère qui me conseillait de partir pour l’hôpital, mais je voulais rester encore un peu à la maison avant de quitter.

Ton papa est rentré du travail vers 17h30. Il m’a aidée à me faire couler un bain chaud, pendant qu’il prenait la relève pour le souper. Le bain m’a fait un bien énorme. Les contractions étaient moins intenses, je respirais bien et j’étais calme. Je ne me souviens plus combien de temps j’y suis restée, je dirais environ 30 minutes.

Ton papa m’a aidé à sortir du bain, j’ai enfilé mon peignoir et je suis allée m’étendre sur le lit. C’était impossible pour moi de rester couchée. Cette position était horrible, même entre les contractions. Je me suis habillée et j’ai marché. Par la suite, j’ai installé des oreillers sur le lit et je me suis appuyée dessus à genoux. C’était une position confortable et ça m’aidait à prendre chaque contraction une à la fois et à bien respirer. Je me suis surprise à gémir un peu pendant les contractions. La douleur était intense et les contractions plus rapprochées. Il fallait penser à partir pour l’hôpital. (On vit quand même à 45 minutes de l’hôpital et ça faisait presque 3 heures que j’étais aux 5 minutes…) Papa a mangé en vitesse et moi j’ai mangé un petit yogourt, pour prendre un peu de force avant le départ.

Nous sommes partis vers 19h30 de la maison. Il neigeait un peu, les routes n’étaient pas très belles. On roulait lentement et je stressais un peu. Au début, chaque contraction était un supplice, car j’étais assise dans la voiture et cette position n’était pas confortable, mais j’étais concentrée et je respirais, ça aidait ta maman à poursuivre. Nous sommes arrivés à l’hôpital vers 20h30.

J’ai été accueillie par le personnel infirmier et bizarrement l’intensité des contractions avait diminué. Le changement d’air peut-être ? J’ai été examinée peu de temps après. On m’a annoncé que j’étais déjà dilatée à 7cm! J’étais vraiment sous le choc! 7 cm! Déjà ? Je ne l’aurais jamais cru. Ton papa non plus ne semblait pas y croire. On savait que c’était tout près et que bientôt tu serais dans nos bras. J’étais excitée, mais je savais que le pire était à venir pour la phase de transition. Quand on m’a offert la péridurale, je l’ai accepté un peu à contrecœur (moi qui voulais essayer un accouchement naturel), mais en même temps, ça m’a rassurée et calmée pour la suite. (Pour mon 2e accouchement prévu dans quelques semaines, j’ai choisi de prendre une accompagnante à la naissance (doula) pour me calmer et rassurer, afin de le vivre le plus naturellement possible.)

Pendant que je recevais la péridurale, j’ai commencé à avoir d’énormes tremblements, c’était incontrôlable. Ton papa ne se sentait pas bien, il est resté un peu à l’écart, mais il avait si hâte de faire ta connaissance. Nous voulions aussi découvrir si tu étais un garçon ou une fille, car nous avions choisi de garder la surprise pour l’accouchement. Une idée que nous ne regrettons absolument pas, quelle magnifique surprise!

J’ai pu enfin me reposer (grâce à la péridurale-un des avantages) pendant la dernière phase de dilatation avant de fournir l’effort ultime pour les poussées. Vers minuit et dix minutes, l’infirmière m’a annoncé que j’étais à dilatation complète et que lorsque je ressentirais la sensation de pousser, d’y aller. Les premières 45 minutes, les poussées étaient peu efficaces, car je ne sentais pas bien les contractions. L’infirmière m’a guidée, elle a été d’un grand support. Quand on a diminué la dose de médicaments, je sentais de plus en plus les contractions et j’étais de plus en plus efficace. Plus le temps avançait, plus je sentais que LE moment arrivait.

Je commençais à perdre la notion du temps. Je me concentrais à pousser pour te voir naître. Par contre, j’étais tellement fatiguée, je devais pousser depuis près de 1h30. Je n’en pouvais plus, j’étais vidée. L’infirmière m’a alors dit que ton petit cœur commençait un peu à ralentir et que je devais recommencer à pousser, sinon le médecin allait devoir utiliser la ventouse pour m’assister. Je ne voulais absolument pas en arriver là. J’ai puisé dans les dernières forces qu’il me restait pour continuer à pousser. Le médecin est arrivé, car tu étais tout près. Elle m’a dit alors de faire deux bonnes poussées et je te verrais le bout du nez. J’ai donc poussé de toutes mes forces, j’ai senti une brûlure extrême me traverser le bas du corps, puis une sensation d’extase. C’est alors que j’ai senti ta chaleur, mouillée, sur mon ventre. Tu étais là et j’annonçais à ton papa que nous étions les heureux parents d’un beau garçon. C’était magique! J’étais émue, heureuse, fière et euphorique. De toute ma vie je vais me rappeler du premier regard que tu as posé sur moi, la tête appuyée sur mon ventre. Cette image sera à jamais gravée dans ma mémoire.

L’euphorie fut de courte durée. Ton papa venait de nous rejoindre, il était fébrile et si heureux. Comme tu avais de légères difficultés respiratoires, le personnel médical a préféré t’amener à la pouponnière pour des soins particuliers. Ils t’ont mis dans une couverture chaude, je t’ai embrassé et ils t’ont déposé dans les bras de ton papa. Il était tellement ému qu’il a pleuré et s’est tout de suite occupé de toi. Je suis allée te voir à la pouponnière vers 5h30. Tu étais si petit, si fragile. Je t’ai offert le sein que tu as pris quelques minutes seulement. Tu avais besoin de repos et moi et ton papa aussi. Nous sommes donc allés dormir quelques heures, car nous étions épuisés. C’est vers 8h30, après le petit déjeuner que je suis allée t’allaiter pour la première fois. C’est lorsque je t’ai mis au sein que j’ai vraiment réalisé que j’étais devenue maman. J’ai pleuré de joie. C’est vraiment là que le lien d’attachement s’est fait. Malgré plusieurs difficultés, je t’aurai allaité jusqu’à tes 20 mois avant de te sevrer. J’en suis extrêmement fière, car à cause de ma réduction mammaire on me prédisait un allaitement de quelques semaines tout au plus. Pour moi, l’allaitement est la continuité de la naissance. C’est un processus naturel qui suit la grossesse et l’accouchement. Je suis d’ailleurs devenue marraine d’allaitement pour pouvoir aider d’autres mamans à vivre d’aussi beaux moments!

Xavier_allaitement hopital

Xavier, ce 2 décembre 2010, tu as changé ma vie, toi mon petit bébé, qui deviendra bientôt grand frère. Je t’aime!

Ta maman xxx

Publicités

3 Réponses to “France – La naissance de Xavier dans la banlieue de Montréal, Québec”

  1. France 23 février 2013 à 13 h 49 min #

    Je voudrais juste spécifier que pour la péridurale, j’étais libre d’accepter ou non, on ne m’a pas forcé, seulement offert. C’est MOI qui a décidé de la prendre et j’ai eu un très bel accouchement respecté. 🙂

  2. France 23 février 2013 à 19 h 02 min #

    🙂

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :