Naissance de Nathael – janvier 2013

23 Fév

Projet d’AAD qui apparaît comme une évidence pour ce premier bébé, mais faute d’avoir trouvé quelqu’un pour m’y accompagner, suivi d’accompagnement global en libéral avec accouchement prévu en plateau technique, selon mon projet de naissance, 100 % physiologique. Terme prévu au 2 février.

Le 21 janvier, rdv avec l’étiopathe pour ouverture de mon bassin afin de faciliter le passage de bébé quand il aura décidé de venir. Repos dans l’après-midi, nuit difficile avec nombreux réveils pour aller aux toilettes et bas du dos endolori. La nuit précédente avait été un peu similaire. Pas beaucoup de sommeil donc.

Vers 9h30 au matin du 22 le téléphone sonne, je me lève pour répondre, puis lasse de cette nuit entrecoupée je vais pour prendre une douche. Là je découvre du sang en haut de mes cuisses. Je me demande si c’est le bouchon muqueux mais cela me semble trop rouge. Après quelques recherches sur internet et discussion avec mon chéri, je prends ma douche avec de l’huile essentielle de lavande, puis je laisse un message à mon sage-femme pour être sûre que ce n’est rien de grave. Je sens mon ventre dur par moment mais pas de douleurs. Mon ami part au travail et je me cale dans un fauteuil. Réponse du SF, rien d’inquiétant vu la quantité perdue, à voir au fil de la journée si contractions, aller me reposer et le tenir au courant. Cependant si bébé arrive ce jour-là lui n’est pas disponible pour faire l’accouchement. Je savais déjà que cette semaine ce ne serait pas le cas mais bon on dirait bien que ça travaille.

Un peu faim mais guère la force de me faire à manger, je grignote quelque chose et je vais m’allonger Je dors environ 2h, tout en ayant toujours mal au dos. Je me relève, vers 17h je sens que le durcissement de mon ventre devient régulier et que mon dos fait plus mal en parallèle. Je préviens mon homme qu’il va sans doute devoir bientôt
rentrer, 4 contractions en 30 min, mais je patiente et compte les écarts de temps, c’est seulement vers 19h alors qu’elles sont espacées de 6 min que je lui dit de revenir.
A son retour on s’installe pour faire des massages et patienter encore un peu, je continue à prendre l’homéopathie qu’on m’a donnée pour aider durant le travail. Soudain une envie de vomir je file à la salle de bain et me vide. Après discussion avec le sage-femme nous décidons de partir pour la maternité, qu’il appelle pour les prévenir. Pour accoucher en plateau technique nous avions choisi celle de la ville à coté, à 30km. Vu des soucis particuliers de santé et mes demandes dans mon projet de naissance, on connaît mon dossier. Une chance nous dit-il les personnes de garde cette nuit-là ont une approche physiologique et donc mes souhaits devraient être respectés. Nous voilà partis.

A notre arrivée vers 21h30 on nous installe en salle d’admission, avec pose du monitoring. Fidèle à moi-même je demande de suite à ce que ce soit un non permanent qui soit installé. On me dit que c’est juste une écoute temporaire pour voir l’état du bébé et qu’on l’enlèvera ensuite. Mais je suis là allongée avec envie d’aller aux toilettes et les contractions dans les reins qui me font me relever instinctivement à chaque fois. Je prends donc les fils et vais aux toilettes, peu après la sage-femme arrive et m’examine. J’en suis à 3cms environ soit 2 doigts. Elle me propose alors de prendre un bain et j’accepte, quelques heures auparavant je sentais que cela ne serait pas passé mais là je sens que ça me fera du bien. A mes côtés mon ami m’accompagne en massant mon dos à chaque contraction. Cela aide à les faire passer sans souffrir trop. Le haut de mon ventre en contractant est aussi très dur et je le masse également à chaque contraction pour aider la détente du ventre et la descente du bébé.

Quelques minutes plus tard le bain est coulé, on me débranche et on m’accompagne en salle d’accouchement. Dans le couloir on entend une femme hurler, on me dit de ne pas m’en inquiéter.
C’est la salle la mieux équipée, que j’avais vue lors de la visite de la maternité, génial. Une grande baignoire avec des bulles, un ballon, un grand lit, une chaise d’accouchement, et également la table avec les étriers classique. J’entre dans le bain, on y met de la lavande, soulagement immédiat, je me laisse envelopper par la chaleur, je ferme les yeux, tiens la main de mon compagnon et m’attelle à respirer profondément et paisiblement pour accueillir les contractions. On nous laisse seuls. A partir de là je crois que je garderai les yeux fermés les 3/4 du temps.

Soutenue par les massages et encouragements de mon compagnon les contractions continuent, vers 23h30 l’eau ne me paraît plus assez chaude et je ressens le besoin de sortir. Je me rends aux toilettes puis la sage-femme de garde revient et me propose un nouvel examen. Ayant trop mal aux reins pour m’allonger elle m’examine debout, j’en suis à 5 cm. J’essaye alors de me mettre sur le côté sur le lit d’accouchement mais ne tiens pas, puis c’est le tour du ballon avec mon ami qui m’entoure de ses bras, assis sur une chaise derrière moi. La sage-femme s’installe à même le sol à nos côtés et écoute quelques temps le coeur du bébé. Lorsque j’ouvre les yeux et la regarde elle m’encourage et me dit que je fais du bon travail. Sa présence discrète et tout en douceur est agréable, en aucun cas intrusive ce qui me soulage car je n’ai pas besoin de sortir de la bulle pour interagir, je me concentre tout simplement. Elle repart. Au bout d’un long moment je ressens à nouveau le besoin de bouger, on essaye d’autres positions sans grand succès puis je décide de retourner aux toilettes car je sens que ça pousse. Je m’installe sur la cuvette et m’appuie en arrière à chaque contraction, toujours les
yeux fermés j’attends, je respire, je pousse un peu mais rien. Aucune idée de combien de temps passe mais mon homme me demande plusieurs fois si ça va, je réponds vaguement. La sage-femme revient et me propose un nouvel examen, comme le précédent il se fera debout. J’en suis à 10cm.

Quel soulagement, je crois que cela m’aurait perturbée de n’être qu’à 7 ou 8 et de devoir me dire qu’il reste encore un moment. Là non c’est tout bon, et je me dit que j’ai bien supporté les contractions sans péridurale et que ce n’était pas aussi dur que ce à quoi je m’attendais. Certes les reins étaient très douloureux mais comme une douleur sourde, et les mains de mon ami aidaient à faire passer les pics très rapidement. On me dit que je vais bientôt pouvoir pousser et me demande dans quelle position je souhaite m’installer. Bonne question : j’avais déjà presque tout essayé, sauf la chaise car le moment ne me paraissait pas arrivé, mais là oui.

J’avais repéré la chaise d’accouchement durant la visite, ça me paraissait idéal. Le devant en forme de demi-lune, avec un espace derrière pour le papa. Juste avant de m’asseoir la poche des eaux se rompt, en effet le moment de faire sortir ce petit bout est arrivé. Je m’assois, mon compagnon est derrière moi, et continue à m’accompagner, de vive voix et par ses massages, l’auxiliaire arrive pour assister la sage-femme durant l’expulsion et la délivrance. J’attends de sentir le besoin de pousser et je commence à mon rythme, toujours les yeux fermés, en m’appuyant sur les jambes de mon homme pour me soulever quelque peu. Il est tout près.

Je me souviens qu’il est environ 1h30. Je me concentre et pousse doucement, on m’encourage à pousser mais je fais des pauses car je sens que je ne peux pas pousser en continu, que ce serait trop rapide. Je fais donc des pauses et je m’y remets, d’un côté avec ces quelques jours de recul je me dis que j’aurais du encore plus écouter mon corps, car je pense avoir poussé un peu plus vite que je n’aurais dû car je sentais qu’on attendait que le bébé sorte. Mais j’ai malgré tout pris le temps de le faire à mon rythme pour la plus grande partie.

Enfin la tête sort, on me dit encore un peu pour les épaules, je les sens passer, puis on me pose le bébé sur les genoux. Le cordon est un peu court pour qu’il remonte plus haut. Ayant demandé qu’on ne clampe pas le cordon avant qu’il n’aie cessé de battre nous patientons et je regarde ce petit être sorti de mes entrailles. Encore enduit il me semble un peu vert, il a les yeux ouverts et nous observe calmement. Il est 2h27.

Soudain on doit clamper le placenta sort trop vite et je perds beaucoup de sang. Le papa coupe le cordon devant moi, puis je sens ma vue se troubler et je demande un sucre sur le moment 😉 on prend le bébé et le donne à son père, et moi je bascule quelques instants dans le noir. Je me réveille comme une fleur sitôt après, comme sortant d’un sommeil profond et je vois les visages au-dessus de moi qui m’appellent. Sensation étrange, pendant quelques instants je ne savais plus où j’étais.

Placée sur la table on me dit que j’ai une petite déchirure qu’il faut recoudre et on me propose une perfusion, de Ringer et Syntho car mon utérus n’est pas tonique, et j’accepte. L’auxiliaire le masse pour stopper les saignements et l’aider à se contracter. C’est douloureux, et je demande qu’on mette une poche de glaçons pour accélérer le processus, pas fait à la première demande mais à la seconde.

On me ramène le bébé qu’on pose sur mon ventre, je le voyais un peu au fond avec son père et dès mon réveil j’ai précisé que je ne voulais pas qu’on lui mette de collyre dans les yeux. Comme il faut faire quelques points je demande si on doit m’endormir, on me parle d’anesthésie locale et je demande s’il est possible d’essayer sans. On me dit oui en mettant un spray anesthésiant à la place, ce que je choisis d’emblée. La sage-femme me recoud alors, je sens le fil passer, et par moment l’aiguille dans la couche plus profonde de l’épiderme, car la déchirure bien que petite est sur trois niveaux.

Je donne la première tétée en peau à peau à mon petit Nathael. Son papa est à mes côtés, une fois recousue on nous laisse seuls pour faire connaissance. Je demande à boire et à manger, mais on me dit que je dois attendre 2h environ. Je patiente donc en faisant connaissance avec le petit bonhomme. Après un moment je propose au papa de faire du peau-à-peau également.

Environ 3h plus tard l’auxiliaire et la sage-femme reviennent, je passe ma propre chemise de nuit, à côté avec le papa on pèse et mesure le bébé, on l’habille (pas de bain avant les 24h comme requis), pas d’antibiotiques, mais un peu de vitamine k1. Une fois examiné sous toutes les coutures on me le met dans les bras, je suis dans une chaise avec mes affaires pour qu’on m’emmène dans une chambre. On arrive devant la porte de la chambre, ma vie se trouble à nouveau, le papa reprend vite le bébé et je sombre une nouvelle fois dans l’inconscience. A peine quelques secondes à nouveau mais il me semble avoir eu le temps de rêver. Je reviens à moi et je m’installe sur le lit. Enfin ce
n’est plus douloureux d’être allongé 🙂

Il est environ 5h du matin, je m’assoupis un peu, le papa dans un siège à côté du lit veille sur nous.
Je me réveille au bout d’un moment et nous parlons jusqu’au matin. A côté notre fils très calme récupère de ce voyage intérieur. Au matin le papa repart, le petit déjeuner arrive (grand mot), puis les personnes défilent, sage-femmes, auxiliaires, personnes pour les repas, le ménage, gynéco … pas beaucoup de calme.

Etant végétarienne on vient me proposer des menus pour les jours suivants.
Mais pour moi déjà l’envie de sortir. Et en voyant les repas encore plus. Ce premier jour juste après l’accouchement je patiente mais j’ai faim, le second jour ayant demandé à sortir (j’avais demandé une sortie à 24h dans mon PDN) la gynéco déboule soudain et alors que je l’avais à peine vue et qu’elle ne m’avait même pas examinée, elle me dit que sortir ne serait pas raisonnable, que je pourrais me remettre à saigner sans raison dans les 48 premières heures, qu’avec 8.8 de fer et vu que je refuse qu’on me perfuse du fer ce n’est pas sûr (je prends des compléments naturels je préfère) et que si je sors c’est contre son avis médical (en même temps une sortie précoce c’est toujours ainsi),
je dis que je comprends et je patiente ce jour-là, après tout ayant accouchée à 2h27 la veille c’est vrai que ça fait court et que je tourne encore un peu.

Le lendemain matin je patiente mais encore la nuit j’ai eu faim malgré les petites choses que mon ami m’a amenées à grignoter en plus, et démarrer l’allaitement en ayant faim c’est pas la meilleure façon de fonctionner … j’attends que les sages-femmes de garde passent, étrangement personne ne vient. Quand je vois le repas arriver et l’odeur douteuse des légumes servis ma décision est prise je dois sortir. On cherche donc quelqu’un pour connaître le protocole et partir.

On nous avait guidé pour le premier bain la veille, on nous propose à nouveau d’en faire un et de peser le bébé. On croise alors la personne qui nous a accompagné pour
l’accouchement et elle s’occupe des papiers, nous signons la décharge, elle examine mes points de suture, tout va bien. On range nos affaires et c’est parti, retour à la maison avec bébé :D.

Une visite chez le médecin obligatoire avant les 8 jours (normalement faite par le pédiatre à l’hôpital) à faire et voilà enfin libérés, et tous les 3 à la maison pour commencer notre nouvelle vie.
En conclusion après avoir tout bien préparé les choses ne se sont pas tout à fait déroulées comme prévues, mais dans le respect de mon projet, tout naturel, et avec douceur. Un bel accouchement donc, dont je ressors renforcée et confiante en mon corps, ses capacités, et ma volonté. Mon chéri m’a dit que j’étais forte, je ne m’en suis pas rendue compte ça me paraissait naturel, ce qui m’a marquée est le cri que j’ai poussé pour accompagner les poussées, pas de douleur mais plutôt de délivrance, pour m’aider à pousser un peu. Je l’entends encore dans mes oreilles comme une ode à la vie qui arrive.

Le prochain s’il y a, j’aimerais tout de même que ce soit à la maison avec encore plus d’intimité et de douceur mais je ne regrette rien.

Publicités

Une Réponse to “Naissance de Nathael – janvier 2013”

  1. Morgane 8 avril 2013 à 18 h 09 min #

    Bravo à toi pour ce bel accouchement , et d’avoir fait respecter le plus possible tes choix !!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :