Marine – Un accouchement à l’hôpital…magique! Montréal, Québec

24 Fév
Je prends l’initiative d’écrire pour rappeler que l’essentiel n’est pas la lutte contre les médecins et le monde hospitalier, trop souvent diabolisés à mon sens, mais bien la lutte pour être davantage écoutée, guidée, et pour améliorer la communication avec ces professionnels de santé…Car n’oublions pas que cette fameuse médicalisation sauve des vies. C’est son but premier, même si je suis d’accord que d’autres options sont possibles et doivent être promues pour que chaque femme vive ce moment magique comme elle le souhaite.
Pour ma part, j’ai accouché en août dernier dans un gros hôpital universitaire de Montréal, et j’y ai trouvé une équipe géniale, très à l’écoute, douce (et pourtant j’ai vu plusieurs « shifts »!!!). Je suis arrivée à 6h du matin après avoir perdu les eaux. Les contractions étaient fortes mais gérables, j’ai appliqué la méthode Bonapace, le ballon, les massages, j’ai pris deux bains chauds qui m’ont soulagée… Mais au bout de 10h, la douleur devenait insoutenable, ces jolies techniques n’étaient plus d’aucun recours, j’avais l’impression de mourir à chaque contraction, je ne pouvais plus bouger, j’étais tétanisée. A ma demande, on m’a posé la péridurale. Heureusement, car je n’étais toujours dilatée qu’à 2, et j’avais encore une douzaine d’heures à tenir!
J’ai été soulagée instantanément, et j’ai pu me reposer, me décontracter, attendre sereinement l’arrivée du bébé. Bref, la chambre était confortable, la lumière douce, le personnel adorable. Quand est venu le moment de pousser, il n’y a qu’une seule infirmière qui m’a « coachée », en me faisant pousser sur le côté, en alternant toutes les 2 poussées. Nous n’étions que 3 avec mon conjoint, et j’ai un souvenir magnifique de ce moment très intime. Je sentais très bien tout ce qui se passait, mais sans douleur atroce, sans surmédicalisation. Ce fut somme toute très « naturel ».
Ce n’est que lorsque la tête est sortie que les médecins sont venus, quelques minutes pour recoudre rapidement et s’assurer que tout allait bien, et nous sommes restés tous les 2 avec notre fils, pendant presqu’une heure sans que personne ne nous dérange. Bref, j’ai adoré mon accouchement pourtant médicalisé, mais cela m’a permis de vivre pleinement et sans stress ces 22 heures! Autre point à souligner, et qui mérite que l’on s’y attache: au Québec, le père reste à la maternité, dort avec sa femme et son enfant, et ne les quitte à aucun moment (s’il le souhaite bien sûr). Quand j’entends mes amies françaises qui me racontent qu’à 19h, le père rentre dormir à la maison, et les laisse seule avec un bébé, des tonnes d’émotions et beaucoup de fatigue, je trouve franchement ça très très rétrograde! Le fait que mon conjoint ait été là tout le temps a été plus que plaisant, c’était juste indispensable!!
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :