#163 Marina

25 Fév
Au départ avec mon époux nous avions choisi un accouchement en plateau technique. Ma fille se présentant d’abord en transverse puis en occipitaux sacrés, mon col étant bloqué à 7 depuis 10 heures, après 40 heures de contractions j’ai demandé la péridurale, j’ai donc été prise en charge par l’équipe hospitalière.
J’ai attendu 4h avant qu’on me la pose, une sage femme venant même nous dire après plus de 2 h d’attente qu’une de ses patientes dilatée à 5 venait d’arriver et qu’elle passait avant moi de fait ! J’aime autant vous dire que dans le contexte j’ai voulu l’insulter, seule la décence m’en a empêché !
Une fois la péridurale posée, on m’a injecté de l’ocytocine sans me demander mon avis alors que mes contractions étaient déjà puissantes et rapprochées, d’ailleurs elles n’ont pas changé après l’injection, on m’a simplement dit que c’était le protocole. Puis je suis restée seule avec mon époux. Une fois à dilatation complète, plus de 3 heures après, la sage femme m’a dit de pousser puis partait. Lorsqu’elle revenait elle me disait que je poussais mal d’un ton assez réprobateur. Ma fille étant en occipitaux sacrés l’expulsion à été très longue ( 3 heures ). La sage femme présente finissait son service et me faisait bien sentir que ça l’arrangerait que j’accouche au plus vite, me menaçant d’utiliser les forceps.  » si elle ne sort pas maintenant on va utiliser les forceps « 
Fort heureusement pour moi, sa collègue a pris le relais. plus respectueuse et à l’écoute elle m’a accompagnée dans mes poussées. Cependant, lorsque j’ai ressenti le besoin de pousser j’ai aussi ressenti le besoin de me redresser on me l’a interdit prétextant que je risquais de tomber à cause de la péridurale, sans me proposer ne serait-ce de me redresser en position semi assise. Ensuite peu de temps avant l’expulsion je me souviens avoir entendu l’aide soignante dire :  » je lui mets ?  » la sage femme :  » attend que le bébé soit sorti  » dès que ma fille est sortie elle lui a dit de me mettre la poche sur la perfusion. Quand j’ai demandé de quoi il s’agissait on m’a répondu très vaguement :  » non rien c’est pour vous aider « 
C’est plus tard en me renseignant que j’ai su qu’il s’agissait encore d’ocytocine pour évacuer le placenta, sans même avoir attendu de voir si je l’expulsais naturellement. je ne faisais pourtant pas d’hémorragie ni quoi que ce soit. Et surtout j’ai eu le sentiment d’être mise à l’écart que mon corps ne m’appartenait plus. ensuite, la sage femme a dû s’imposer face à l’aide soignante qui insistait de manière incessante pour faire les soins à ma fille, afin que je reste en peau à peau avec elle et que je l’allaite.
Il y a certes des situations plus dramatiques, néanmoins, ces petites choses je les ai ressenties comme un manque de respect et un manque de considération. J’ai eu le sentiment de ne pas avoir de légitimité vis à vis de moi même, comme si de toute façons certaines choses ne me concernaient pas, alors qu’il s’agissait de mon corps, de mon accouchement, de mon enfant !
Je pense qu’il est grand temps que le personnel hospitalier ait plus de considération pour les individus dont ils ont la charge. c’est un métier humain, on ne peut pas se permettre de faire son boulot un point c’est tout. La personne en face est concernée et a le droit d’être informée de tout acte la concernant ! Plus encore d’être consultée, et d’être actrice des prises de décision qui la concernent.
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :