Chambéry, Juillet 2012

26 Fév

Merci à vous pour ce merveilleux projet, cela m’a fait beaucoup de bien de mettre tout cela par écrit, je ne l’avais jamais fait et même si certaines personnes de mon entourage le savaient, elles ont véritablement pris connaissance de ma douleur dans ce témoignage.

J’en profite pour vous soumettre un autre témoignage, celui de mon 2ème accouchement, mais cette fois-ci ce sera du côté des bonheurs respectés:

Accoucher;une peur immense pour ma 1ère, moi qui étais pleine « d’à priori »;mes peurs ont été entendues, on m’a accompagné dans cette aventure inconnue en me conseillant et me proposant, et je dois dire que je garde un merveilleux souvenir de cette 1ère mise au monde, bien qu’un peu passive.
Accoucher de nouveau,une envie débordante que ces 9 mois passent en un éclair !
Mes grossesses sont malheureusement et systématiquement pathologiques, des contractions surviennent au bout de quelques semaines de grossesse, sans explication, alors, on ne prend pas de risque et prend du repos ! Une 2ème grossesse pathologique, c’est une grossesse moins stressante que la 1ère, mais la situation est cette fois-ci plus difficile à accepter, non pas pour soi, mais pour la vie qu’on aurait aimé apporter à son ainée pendant cette grossesse et qu’on ne pourra pas lui offrir. Et on le sait aussi, c’est un environnement médical nécessaire. Dommage, on avait imaginé autre chose, de plus tranquille et naturel !
Les mois passent, maman grossit, bébé grandit, maman vit par procuration et papa devient les bras et les jambes de maman pour jouer, cuisiner, câliner, consoler cette petite fille qui n’a que 2 ans et qui voudrait tant que ce petit frère arrive vite !
Un suivi spécifique, mais sans plus car je ne voulais pas d’une surmédicalisation comme ma 1ère grossesse, je fais donc le minimum syndicale, grossesse pathologique oblige quand même, mais j’essaie au maximum de protéger mon fils de multiples examens inutiles (et merci à ce merveilleux gynéco de la maternité d’une ville du département du 73), qui préférait ne pas m’imposer des TV à la pelle) même si je sais que, comme sa soeur, il risque de sortir plus tôt !
Traitement contre les contractions à partir de 25SA, qui marche, s’essouffle; puis on passe à la vitesse supérieur, on entame un traitement plus soutenu, cela me soulage, passant de 60 à 30 contractions par jour, c’est enfin plus vivable ! Des monitos à domicile, le 8ème mois, pour s’assurer que bébé supporte encore toutes ces contractions. Je me serai bien passé de tout ça mais il le faut, mon corps sait enfanter, mais a dû mal à porter.
Couchée sur mon canapé, je n’ai encore pas pu participer à des cours d’accouchement, ou encore de préparation en piscine, comme je l’avais imaginé. Je me plonge donc dans les DVD de Chantal Birman, pour «réviser » avant le jour J ! Mais je suis très sereine, pour le 2ème, tout est plus simple, et puis ma grande n’a que 2 ans !
MAP pour ma 1ère, grossesse pathologique pour mon 2ème, définitivement je ne peux espérer accoucher à terme ! Le cap des 35SA passé, on stoppe le traitement contre les contractions et on laisse la nature reprendre ses droits. Tout le monde souffle, ce petit bonhomme va bientôt arriver, les inquiétudes d’une naissance prématurée s’envolent, je peux enfin revivre normalement, au plus grand bonheur de ma fille et de mon mari.

1 semaine sans traitement et nous atteignons les 36SA;tout pile ! Et ce matin-là, un matin ordinaire avec certes quelques grosses contractions, la nature reprend le contrôle et lancera le travail ! Mes contractions vont très vite se régulariser par intervalle de 5min en fin d’après-midi. C’est au bout de 2h de contractions régulières et intenses que je préviens mon mari et que nous nous rendons à la maternité. Ma grande est avec mamie, à la sieste, nous avons filé sans rien lui dire, si jamais, ce n’était pas pour aujourd’hui !! En arrivant aux urgences, bien évidemment, on me prend
une fois de plus pour une femme en faux travail (comme on l’a fait pour ma fille 2 ans auparavant lorsque je suis venue pour accoucher à 37SA) et on tente de me préparer à mon retour à la maison avec un traitement mais l’examen fera entendre ma voix, le travail est lancé, je suis déjà dilatée à 3, je vais accoucher !!!
On nous installe en salle de naissance, avec mon mari, par prudence car le travail avance plus vite pour le 2ème. Je demande à prévoir la péri, mais gérant bien, je peux et veux attendre. On nous a laissé toute notre intimité dans cette salle de naissance, qui est devenu notre chez nous les quelques heures précédant l’arrivée de notre fils. Des fous rires, des photos, des bêtises, des souvenirs merveilleux auprès de mon mari, avec mon gros ventre, mes contractions et ma robe à fleurs !!!!!
J’ai finalement eu la péri 4h après ma prise en charge, pour me détendre bien que déjà dilatée à 6. Une petite dose pour me soulager un peu, ce qui a été le cas ! Je voulais me mouvoir, changer de position et ainsi envisager mon accouchement de manière active, c’est moi qui allais donner naissance à mon fils ! Etant seulement à 36SA, je savais que mon fils ne serait pas très gros ni très résistant à un travail en longueur, on m’a donc simplement imposé de le laisser descendre au max avant de commencer à pousser. Choix que j’ai accepté bien évidemment, bien qu’il m’était si difficile de le retenir. La sage-femme aurait cependant voulu attendre plus mais mon fils poussait trop fort. Tout le monde s’est donc rapidement installé. Mon mari à mes côtés, et c’est moi qui ait géré ce moment, j’ai commencé à pousser quand j’ai senti que c’était le moment. La sage-femme m’a laissé faire, sans un mot, enfin si elle m’a dit agréablement en levant les mains « je vous laisse faire », la puéricultrice s’est mise à l’écart, et mon mari a même assisté à la naissance de notre fils (coté sage-femme !). Ces 4 poussées me laissent un souvenir fabuleux, cela a été très rapide, très intense, j’ai senti mon fils venir et j’ai donné naissance ! J’ai vraiment vécu cet accouchement. J’ai eu un sentiment d’accomplissement en tirant mon fils sur mon ventre, et si je devais réécrire l’histoire, je ne changerai rien, rien,rien, rien !!!!! Nous avons eu notre moment de peau à peau très vite, une longue tétée de bienvenu et encore une fois une intimité immense une fois la révision faite du bébé et de la maman !!! Plus de 2h seuls, dans une ambiance tamisée, avec notre nouveau petit trésor, merci, merci, merci, car ce fut encore un, moment magique, surtout pour un accouchement survenu à 36SA (2.680kg et 43cm de bonheur) !
Nous avions des espoirs de grande famille avec mon mari, mes grossesse compliquées nous font revoir nos plans, même si je pense que nous ne nous arrêterons pas là ! J’accoucherai de nouveau demain si je le pouvais, j’ai tellement aimé vivre ça. Pour mon 3ème, et si le terme le permet, je pense à un accouchement plus naturel, sans péri mais certainement pas à la maison, car 37SA pour la 1ère, 36SA pour le 2ème;je n’aurais pas le loisir de choisir si les semaines raccourcissent encore !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :