#192 Deniz, Suisse – 2011

27 Fév

Deniz, suisse, 2011. Naissance non respectée.

Heureuse maman d’un petit garçon né en septembre 2011.
Le jour de mon terme, je me rends à la maternité dans laquelle je devais accoucher. Là, on me fait un toucher vaginal extrêmement douloureux ainsi qu’une échographie! Soulagée que bébé aille bien, je rentre chez moi et perds mon bouchon muqueux. Y a-t-il un lien avec ce toucher vaginal?

Cinq jours plus tard, à 7h du matin, je me rends compte que je perds les eaux. Après un coup de fil à la maternité, nous nous y rendons, mon mari et moi-même, deux heures plus tard. Excitée et heureuse, je ne ressens aucune angoisse! Au fil de la journée, les contractions deviennent de plus en plus douloureuses et rapprochées! Les douleurs se situaient principalement dans le bas de mon dos! A 20h, j’appelle la sage femme qui décide de me monter en salle d’accouchement. Et la souffrance (et même le regret d’être tombée enceinte) prend la place de l’excitation. On me fait un lavement et on me pose une sonde urinaire … je ne sais pas vraiment pourquoi… Pas très agréable de passer 30minutes aux toilettes alors que l’on est pliée en deux à cause des contractions. Et la sonde urinaire qui me pinçait.
Je tremble, je vomis. On me propose de me mettre a quatre pattes. Je n’ai plus aucune notion du temps. Je ne sais plus ce qui se passe autour de moi. Ce que je sais est que la douleur devient insupportable et je demande la péridurale en criant que j’allais mourir! L’anesthésiste vient avec sa feuille de consentement, feuille que mon mari commence à lire. Je lui dis que j’en ai rien a faire des risques et je la signe avec peine! Quelle déception… je ne la voulais pas! La péridurale fonctionne mais seulement du côté gauche. Puis c’est un peu le trou noir… Je crois m’être endormie. Les heures passent. Je dilate lentement. Et vient le moment où j’ai envie de pousser! A ce moment-là je suis remplie d’une énergie incroyable! Je pense que j’aurais pu déplacer une montagne. On me met sur le dos, et je pousse de toutes mes forces! Mais bébé n’avance pas! Je crois qu’à un moment donné, on m’a proposé une césarienne. J’ai dit que je me sentais capable de sortir mon enfant. L’équipe a vu que j’avais encore des forces et a respecté mon choix. Puis j’aperçois un ciseau dans les mains du médecin et je lui dis: mais vous avez coupé!!?? lui me dit: ah? oui! Personne ne ma demandé mon consentement ni expliqué quoi que ce soit. Là, le médecin et la sage femme discutent ensemble. Je vois le regard du médecin changer. Il lui dit que bébé est en postérieur. C’est pour cela qu’il n’avance pas. Ah bon, et ils ne le savaient pas avant???? je pousse, hurle ! le médecin décide d’utiliser une ventouse. Je ne veux pas mais il insiste en disant que bébé doit sortir. J’entends un « ploc ». Et mon mari se sent mal. Face à cela il essaie de devenir actif et demande au médecin s’il peut l’aider! Il veut aller voir ce qui se passe en bas mais le médecin lui dit de rester auprès de moi. Je vois mon mari transpirer et je lui dis d’aller se coucher. Il est mis dans la salle d’à côté avec les jambes surélevées. A ce moment-là, mon fils nait et il est posé sur moi. Après un bref cri, mon fils lève sa tête et me regarde avec ses tous petits yeux! C’est le plus beau jour de ma vie! Je me souviens encore du regard de mon fils! Mais très vite, je suis aussi effrayée par ce que je vois sur son crâne! Une grosse blessure! mais qu’est ce que c’est?!! là, le médecin dit: montrez voir.. qu’est-ce que j’ai fait encore??!!! J’ai mal au cœur, mon fils a mal! On m’assure que ce n’est pas grave et que cela va passer… Je les crois et je n’arrête pas de dire qu’il est beau! Mon mari arrive et trouve son fils sur moi. Il le prends et pleure a son tour. C’est le 2 eme plus beau souvenir que j’ai de mon accouchement.
J’ai eu une déchirure 3 ème degré (en plus de l’épisiotomie) et mon fils a 17 mois a toujours une cicatrice sur la tête où aucun cheveux ne pousse et ne poussera à cet endroit-là. Le médecin me conseille, si je décide d’avoir d’autres enfant, d’accoucher avant la fin de la grossesse, car je fais de gros bébé avec de grosse tête. Je ne dis rien…
Les premiers mois ont été très très durs que ce soit pour ma cicatrice qu’avec mon fils.. Et je suis aujourd’hui persuadée que les pleurs pendant des heures de mon fils étaient sa façon  d’évacuer la souffrance qu’il a subie.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :