Anonyme, en 2004

27 Fév

A la fin du mois de mai 2003 après un an d’attente une femme et un homme qui s’aiment d’un amour fou voient leur rêve le plus précieux se réaliser, ils vont être parents!!!!!

Leur petit est prévu pour la fin du mois de février. Vont s’en suivre 8 mois de sérénité. La future maman est en pleine forme, ne ressent aucun des désagréments « habituels » lors d’une grossesse. Elle est même en super forme, nagera et marchera des kilomètres jusqu’au bout. Retourne tout l’appartement et bricole un peu pour préparer un joli nid douillet à ce petit trésor.

Fille ou garçon? Peu importe, ils ne veulent pas le savoir, autant garder la surprise. L’haptonomie permet au futur papa d’entrer très vite en communication avec ce petit. Ils passent alors déjà de très beaux et très forts moments à trois; La journée du 2 février restera bien gravée dans ma mémoire .

Je me suis levée plus sereine encore que d’habitude. La veille nous avions fini la table à langer, la valise et la préparation du faire part. Il me restait 3 semaines pour me reposer, profiter du calme et finir mes tricots en cour. J’ai donc profité de cette belle journée ensoleillée pour briquer la maison, remplir le frigo, manger au restau indien avec ton papa asperge et des amis, me faire masser le dos par une amie kiné (le bonheur) et marcher, marcher, marcher. Pourquoi prendre la voiture alors qu’il fait si beau.

Le soir, lors du soutien scolaire auquel je participe, une maman me dit « vous, vous avez la tête de quelqu’un qui va accoucher » et moi bien sûr de lui répondre « mais enfin vous savez bien que c’est pour la fin du mois ». Je m’endors comme d’hab et me réveille comme d’hab vers 3h30 mais avec une douleur dans le bas du dos. Je ne me rendors pas mais ça aussi c’est comme d’hab. Donc je prends un bouquin et attends que le sommeil revienne. Vers 4h30 les douleurs sont toujours là, enfin plutôt elles vont et viennent, cela ne fait pas vraiment mal mais je ressens plutôt comme une sorte de gêne et ne sais pas trop comment me positionner pour que cela passe. Je réveille alors ton papa qui me dit tout endormi « la SF t’a dit de prendre un bain dans ces cas là non???? » et paf il se retourne et se rendort. Je me fais donc couler un bain bien chaud dans lequel je reste une heure à bouquiner. Vers 5h30 j’ai toujours les mêmes sensations et en sortant du bain je constate que je perds un peu de sang. La je réveille pour de bon papa asperge et lui dis que quitte à faire un aller retour pour rien je préfère aller à la clinique (qui se trouve à 500m).

Nos amis déjà parents nous ayant tous fait part d’accouchement d’au moins 10h, il ne se sent pas de partir tout de suite et préfère se doucher et déjeuner avant (on ne le refera pas…). Nous partons donc un peu après 6h avec chacun un bon bouquin, des cd mais pas l’appareil photo puisque nous sommes quasi sur que c’est une fausse alerte. Papa aura toujours le temps de revenir le chercher de toutes façons….

Une fois arrivés à la clinique tout s’est enchainé très très vite. Je voulais accoucher sans péri mais une fois sur place je n’étais plus sûre de tenir le coup. Peu importe bébé a décidé pour moi, le temps d’aller chercher l’anesthésiste il était trop tard.. La super SF ne nous quitte pas une seule seconde vu que le travail avançe très vite. A 7h j’ai déjà envie de pousser mais le temps me semblera alors avancer au ralenti. Ces sensations de brûlure sont étranges et me rappellent vraiment les séances d’étirement lors des entraînements de gym. Ça me fait rire et m’aide à tenir le coup. Comme je supporte bien, la SF laisse le bébé avancer à son rythme et assouplir les tissus pour éviter une épisiotomie.

Enfin le petit montre sa frimousse avec un joli cordon autour du cou. Il est donc coupé aussi sec par la SF, tant pis pour papa asperge.

Là arrive le seul bémol de cette naissance, petit loulou était un peu choqué par cette naissance si rapide et il a du mal à récupérer. Il faut le mettre en couveuse avec un peu d’oxygène (pour faire remonter sa sat) alors qu’il est sur moi depuis quelques minutes seulement et que nous ne savons même pas si c’est un gars ou une fille. Je suis super stressée par tout ça, des dossiers médicaux du boulot me reviennent en tête…Papa, lui, est sur son petit nuage et ne stresse absolument pas. Il faut dire que le personnel est détendu et rassurant. Après 1h en couveuse Notre petit bonhomme peut enfin retrouver la chaleur du peau à peau et surtout le sein de maman. Il est finalement né à 7h56 soit 4h30 après mon réveil!!! J’ai a donc eu l’accouchement en avance, rapide, sans péri et sans épisio dont je rêvais…

J’étais peu renseignée à l’époque sur la naissance, les protocoles…. Je savais que je ne voulais pas de péri et que si je pouvais éviter l’épisio c’était mieux mais c’est tout. Je pense que la sage femme sur laquelle nous avons eu la chance de tomber a vraiment tout fait pour que notre bébé naisse de la manière la plus physiologique possible et je l’en remercie du fond du cœur. Je sais que cette naissance a influencé celles de mes autres bébés autant sur le plan physique que psychologique. Cette sage femme a pris le temps de venir me voir dans la chambre le jour suivant pour reparler avec moi de cette naissance, du pourquoi mon bébé avait du être mis en couveuse, ça m’a permis de dédramatiser cette partie un peu noire de cette merveilleuse rencontre

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :