Claire – Belgique (Dilbeek) – Naissance d’Assiya à la maison – 2007

28 Fév

Dilbeek, avril 2007
C’est mon 3ième enfant et cette fois-ci, j’ai choisi d’accoucher à la maison… Je suis encore frustrée de la naissance précédente à l’hôpital, et je veux être libre de mes mouvements… Je me suis préparée avec le Yoga, comme la fois précédente et j’ai lu énormément aussi des livres comme celui d’Isabelle Brabant « Une naissance heureuse », « La naissance, un voyage » de Muriel Bonnet del Valle et un livre de récit de naissances à la maison « au coeur de la naissance », et d’autres aussi très bons en Néérlandais. Par contre, j’avais jeté à la poubelle la grosse pile de feuilles décrivant toutes les complications possibles lors d’un accouchement, que ma maman avait trouvées sur internet et m’avait données à lire pour me dissuader. Cette pile de « complications » je l’ai jetée dans la poubelle à papier sans la lire, en disant à mon mari: « Ce sont les peurs de ma maman, pas les miennes ».

Ineke, ma prof de yoga, m’a appris le plus important: voir l’accouchement comme un moment merveilleux où chaque contraction  (seule douleur qui veut dire que tout va bien) me rapproche plus de mon bb dans mes bras… travailler avec les contractions pour s’ouvrir et lâcher-prise pour que mon bb puisse faire son entrée dans la vie aérienne en douceur…  Je remercie encore Ineke de m’avoir appris cela… Avant ces cours, je pensais qu’accoucher était juste un mauvais moment à passer… Et je vous assure que la façon de voir les choses influence vraiment leur déroulement !!
Je remercie aussi Heidi ma sage-femme qui à chaque fois m’a accompagnée dans le respect le plus total, qui a toujours eu de bonnes idées aux bons moments, qui m’a donné confiance en moi et  a cru en moi (même quand j’en doutais à la naissance de ma 5ième…)

Voic le récit de la naissance d’Assiya, écrit quelques jours plus tard…

Le 26 avril 2007, la sage-femme de l’hôpital et la gyneco décident sans nous demander notre avis de provoquer l’accouchement le lendemain à 7h du matin. Fatiguée d’attendre son arrivée prévue 8 jours plus tôt, fatiguée d’être « prête » depuis un mois, je n’ose pas les contredire, toute impatiente que je suis de voir enfin ma fille. Mais dans le voiture qui nous ramène à Dilbeek je prends conscience de ce que « provoquer » à l’hôpital veut dire: la dose de leur hormone synthétique, des contractions tellement douloureuses que souvent le recours à la péri est demandé, et par là même une naissance naturelle et physiologique non respectée… Non merci !!
Donnons un petit coup de pouce à la nature… J’ai eu droit à un stripping à l’hôpital, et MA sage-femme (Heidi)  me propose des granulés homéopathiques.
Le soir lorsque les enfans sont partis chez ma maman en vue de mon hospitalisation, je pars avec Rachid faire une promenade, et pour qu’assiya appuie bien sur mon col (et fasse démarrer la production des hormones indispensables aux contractions) je cours une partie du chemin. Les passants nous regardent, complètement ébahis de voir courrir une femme aussi enceinte que moi…
De retour à la maison, je suis censée faire ma valise, mais impossible… Blocage: je ne veux pas faire ma valise pour l’hôpital.
Par contre je rédige mon plan de naissance, histoire que soit bien clair ce que je désire. A peine terminé, je ressens les premières contractions: il est 22h environ… J’ai de l’espoir, mais je ne suis pas encore sûr car ca fait plusieurs semaines que j’en ai de temps en temps, mais qui s’arrêtent au bout de qques heures. Alors je marche en rond dans le salon, de temps en temps je m’accroupis, caresse  mon ventre pour l’encourager, et parle à Assiya pour lui dire qu’il faut sortir ce soir pour éviter l’hôpital …
23h, Rachid me demande si je ne vais pas dormir. J’ai déjà installé la protection sur le fauteuil et m’apprête à passer l’aspirateur en vitesse. Il me l’enlève des mains et passe un balai en me demandant si je ne suis pas folle de vouloir aspirer à cette heure-là. En installant un second drap sur le fauteuil, je réponds « Si on veut que ca arrive, il faut y croire ». Il est fatigué. je lui dis qu’il peut aller dormir et que je le réveillerai si nécessaire.
Jusqu’à 1h30 je « travaille » toute seule, dans la pénombre rosée de ma lampe à sel. Les contactions sont régulières et suffisamment douloureuses pour penser que c’est le grand jour. J’appelle Heidi et ensuite je n’ai plus de contractions pendant 10 min… Elles reprennent et Heidi arrive pour se faire une idée. C’est bien parti… 3 cm d’ouverture. Je lui dis que  je suis contente et nous rions… Je la rappellerai plus tard, elle va prévenir sa stagiaire Laurence. Elle me rappelle que je peux mettre une compresse chaude sur mon ventre pour soulager, et ca me fait penser, qu’à défaut de compresse, je peux essayer la douche. Mais à ce moment-là elles sont toute à fait gérables avec la « buikademhaling » – respirations par le ventre. Par contre, je me dis que si je ne suis qu’à 3 cm, ca passera  le temps de me relaxer dans le douche. Donc je vais à l’étage et douche mon ventre. Je finis par mettre le bouchon de la  baignoire – « toute cette eau qui s’en va » pensais-je. Lorsqu’elle est remplie, je me couche du côté droit.
Et là je suis complètement relaxée, presque prête à dormir. Quand la contraction arrive, je respire avec le ventre et tout va bien. J’imagine mon col comme une fleur qui s’ouvre au soleil… Je change de côté, puis je sens qu’il faut que je sorte pour réveiller Rachid. Je sors entre deux contractions, et je reste un peu près de lui et lui dit que j’ai besoin de lui, qu’il doit s’habiller. Je sens qu’il faut redescendre maintenant car bientôt je ne saurai plus. depuis ma sortie du bain elles sont plus fortes et rapprochées.
On va dans le fauteuil: Rachid est assis et moi à 4 pattes, ma tête sur lui. Dans ses bras j’ai l’impression que cela fait moins mal. Je dois faire appel à la respiration  » V van Vader hademhaling »  .  Mais dès le 4ième V, je sens que ça pousse et j’ai envie de pousser. Je me dis alors qu’il  faut appeler Heidi pour savoir si j’ai bien 10 cm d’ouverture. Il est environ 3 h. Le temps qu’Heidi arrive et me regarde « Ze duwt met haar hoofd » (elle pousse avec sa tête) et installe vite vite ce qu’il faut devant le fauteuil, je peux commencer à pousser. J’oublie le V ademhaling et pousse en gémissant. D’abord la poche des eaux se fend, puis elle « éclate ». Je demande à Rachid de se rasseoir sur le fauteuil. « Je veux toi » c’est tout ce que j’arrive à dire. Je suis accroupie, j’appuie ma tête sur la jambe de Rachid entre les contractions, et la relève pendant. Je m’accroche à ses vêtements et je l’ai même mordu, paraît-il… Je sens que je dois changer de position, et mets le genou droit par terre.
Très vite Heidi me dit que je peux sentir la tête et je fais rire tout le monde avec un « ho » plein de bonheur  étonné. Heidi me dit de pousser doucement et puis ca y est: la tête est là, ensuite « tu peux la prendre ». « Ma chérie, ma chérie » je répète en la mettant contre mon ventre. Je me relève puis m’installe dans le fauteuil… « Salam aleikoum » lui dis-je alors. On lui met  un essuie de bain sur le dos en couvrant aussi sa tête. Il est 4h25. Elle ne pleure pas  et se rendort dans mes bras. Heidi ne semble pas inquiète et Assiya respire… Nous attendons que le cordon cesse de battre et Rachid le coupe. Nous attendons que le placenta se détache et que j’aie des contractions pour l’expulser.Pendant ce temps Heidi change l’essui d’Assiya qui est mouillé pour lui mettre un sec. Enfin le placenta est prêt à sortir et en une poussée, il « vole » dehors. Heidi me demande si je veux le voir. Oui, je n’en ai encore jamais vu et elle nous l’explique. Elle remarque qu’il est en très bon état et qu’Assiya ne devait pas être si en retard que  ça. D’ailleurs elle est encore pleine de vernix…
Ensuite Heidi m’inspecte et pas de déchirure, elle me débarbouille… Pendant que Laurence s’occupe d’Assiya. Je demande mes lunettes pour pouvoir suivre les opérations de mes yeux. Elle me paraît toute petite, mais elle fait 3kg925… Après une petite douche Rachid, Assiya et moi allons nous reposer dans notre lit…

***

[Note de l’équipe :

Ses autres récits sont ici : – Naissance respectée de Kenza – Belgique, 2012‏, – Belgique – 2009, – une fausse couche tardive, 2008, – # 187 Claire – Belgique – 2004.

Publicités

4 Réponses to “Claire – Belgique (Dilbeek) – Naissance d’Assiya à la maison – 2007”

Trackbacks/Pingbacks

  1. Mon corps, mon bébé, mon accouchement ! - 28 février 2013

    […] récit du 2ème accouchement de Claire: https://moncorpsmonbebemonaccouchement.wordpress.com/2013/02/28/claire-belgique-naissance-dassiya-a-l… […]

  2. Mon corps, mon bébé, mon accouchement ! - 28 février 2013

    […] https://moncorpsmonbebemonaccouchement.wordpress.com/2013/02/28/claire-belgique-naissance-dassiya-a-l… […]

  3. Claire – Naissance respectée de Kenza – Belgique, 2012‏ | Mon corps, mon bébé, mon accouchement ! - 2 mars 2013

    […] *** [Note de l'équipe: Ses autres récits sont ici : – # 187 Claire – Belgique – 2004, – Belgique – 2009, – une fausse couche tardive, 2008, – Naissance d’Assiya à la maison, 2007. […]

  4. # 187 Claire – Belgique – 2004 | Mon corps, mon bébé, mon accouchement ! - 2 mars 2013

    […] 27 fév Bonjour, Je m’appelle Claire et j’ai 5 enfants, j’habite en Flandres (Belgique). Voici le récit de l’accouchement qui m’a « traumatisée » et qui finalement m’a poussé à accoucher les fois suivantes à la maison. Presque 9 ans plus tard je ressens toujours une frustration énorme, alors que de mes accouchements à la maison je garde des souvenirs positifs et énergisants…J’attends mon deuxième enfant, et cette fois-ci je me suis préparée physiquement et psychologiquement avec le Yoga. Un cours extraordinaire donné par une dame Hollandaise qui m’a apporté une méthode fantastique de lâcher-prise, technique de « travail avec la contraction », visualisation du col qui s’ouvre comme un fleur, techniques de respiration, explications sur les positions physiologiques d’accouchement… Bref je me sens prête…Bébé 2 doit juste encore se décider… Et c’est ce qu’il fait cette nuit du mois de juin, où je suis réveillée vers 4 h par les contractions… Le temps qu’elles s’installent,  je réveille mon mari et  nous partons avec notre aîné à la maternité. Premier désavantage d’aller à l’hopital: la voiture pendant les contractions, ouf…  Dans cette position assise ça fait vraiment plus mal… Bien que la route soit dégagée à cette heure-là, le trajet me semble vraiment très long… Arrivée à la maternité, premier examen… Oui c’est bon, je  peux rester mais mon fils doit dégager… Mon mari appelle ma maman  à la rescousse… Pendant ce temps je marche dans la pièce, dommage je n’ai pas LA belle chambre d’accouchement, celle en principe réservée à celles qui ne prennent pas la péridurale…heu, moi non plus je ne l’ai pas prise la péri !? Juste un manque de bol… Moi je rêvais d’accoucher dans l’eau… Ben non… Je marche dans la pièce, à chaque contractions je respire par le ventre et « lâche prise ». Tout se passe super bien. Jusqu’au moment où je vomis un peu… Et là mon accouchement m’échappe… Elles me couchent « on veut voir où vous en êtes »… Puis monitoring, je dois resté couchée … Je veux bouger moi… Je gère mieux debout… Elles s’en foutent… « Non on va appeller votre gyneco »… Elles me laissent sur cette foutue table, je n’ose pas bouger, ni me rebeller… Ma gyneco arrive, souriante et confiante. Tout est bien, tout va bien. C’est mon deuxième donc ca va aller tout seul. Elle repart voir une autre femme qui accouche aussi à ce moment-là et me laisse avec son assistante… Et je reste comme une tortue sur le dos les pieds en l’air. Je demande pour me lever… Elles ne veulent pas… JE SENS QUE JE DOIS ME LEVER, que je dois me déhancher, c’est ce que mon corps me dit de faire… Et elles refusent… J’essaie  même de le faire moi-même, mais avec les pieds en l’air et un bb dans le bassin je n’y arrive pas toute seule…Et elles me font pousser, mais moi je sens bien que ca ne va pas… Je pousse mais je veux me déhancher… Finalement ma gyneco arrive, s’étonne que bb ne soit pas encore là…Elles lui disent que je demande à me lever (oh la vilaine patiente!!)… Je n’en peux plus et je crie même « Casse-toi » à mon petit bout… (rho j’ai honte…) Oh, bb est coincé, la tête tournée … Et d’une main experte, elle vient la lui tourner dans le bon sens…Je hurle…Je ne sais comment décrire… C’était un geste qui se voulait libérateur, mais moi je l’ai ressenti comme une violation…Elles se préparent pour me faire une épisio, et mon mari me prévient sachant que je n’en veux pas… Mais je suis épuisée et n’ai plus la force de me battre pour ça aussi… Et bb sort…  Enfin il est contre ma poirtine, mais pas longtemps… Elles l’embarquent comme dans mes cauchemards, je ne le vois plus, je dis à mon mari de les suivre… Elles vont l’aspirer… Enfin il me revient et je profite pour admirer mon  petit chéri … Je reste persuadée que si j’avais pu me lever, en quelques déhanchements, la tête se serait bien mise et mon petit chéri serait sorti tout en douceur comme s’il glissait sur un tobogan. Mes 3 accouchements suivants se sont passé à la maison, complètement respéctée par ma sage-femme. A chaque fois j’ai choisi ma position, comme je le sentais, moi,  et ces 3 accouchements restent des souvenirs merveilleux… Je voudrais pousser un coup de gueule pour dire aux hôpitaux: c’est mon accouchement, mon corps, mon grand jour à moi et mon bébé ! Laissez-nous le vivre  en paix … Vous n’avez pas le droit de nous le gâcher…juste parce que c’est plus pratique pour vous… Intervenez si c’est nécessaire, mais laissez-nous faire quand tout se présente bien… Et écoutez-nous parce que c’est dans notre corps que ça se passe… Et que ce corps est prévu pour vivre cette aventure… Claire *** [Note de l'équipe: Ses autres récits sont ici : – Naissance respectée de Kenza – Belgique, 2012‏, – Belgique – 2009, – une fausse couche tardive, 2008, – Naissance d’Assiya à la maison, 2004. […]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :