#206 Premier accouchement d’Aurore, Belgique

2 Mar

Récit de la naissance de mon premier. Belgique, Uccle‏ :

Samedi dernier (le 07 mars) je me lève comme toujours pour une de mes innombrable visite dans les toilettes. il est 04h30 du matin. J’ai comme un bouchon qui saute et 3 gouttes qui tombe. Je trouve ça bizarre et je rejoins mon compagnon dans le lit. Je lui dis. Lui encore tout endormi et pas le moins du monde inquiet me répond « tu as peut-être perdu les eaux » Moi: « ben non parait que perdre les eaux c’est les chutes du niagara pas 3 gouttes » et pendant que je dis ça ça recoule. Je cours m’assoir sur le pot au moins là bizarrement ça s’arrête de couler. Je commence à paniquer, mon homme est en 5 min debout, ça commence enfin à faire le chemin dans son cerveau… Je cherche désespérément le numéro de téléphone du bloc d’accouchement mais impossible de mettre la main dessus alors que je l’avais noté à peu près partout. Pendant ce temps ça dégouline partout sur mon parquet. Pour finir je suis restée assise sur le trône et c’est mon compagnon qui a tout pris en charge: appeler l’hôpital, l’ambulance, sortir la valise, m’aider à m’habiller (le dernière fois que je peinais à mettre des chaussettes  ) Moi de mon pot je lui criais d’emballer encore les derniers trucs (ben oui ma valise était prête mais je pensais avoir le temps de la vérifier et de changer 2 ou 3 trucs!!).

5h l’ambulance est enfin là. On descend. Je stress un peu et un tas de questions me viennent en tête. Les pompiers me demandent une bonne trentaine de fois si mes contractions sont régulières. des contractions?? Si j’en ai je ne les sens pas!! La seule chose qui me préoccupe c’est que j’ai mon jeans trempée et que ça me coule le long des jambes. Personne ne m’avait parlé de ça!

5h30 arrivée à l’hôpital. On était attendu, on me guide vers un lit et l’infirmière accoucheuse du service de nuit (une néerlandophone trop sympa) me détend en me racontant des blagues. Elle me met à l’aise sur la question de mon futal trempé « c’est normal ça va couler jusqu’à l’accouchement! » et me donne de quoi me changer et canaliser les flots. Col ouvert à 3 cm.

6h00 un tas d’infirmière arrive. Elles se mettent à 3 pour brancher toutes les perfs (6 en tout): glucose, pompe à insuline, plasmalyte, antibio (« car vous n’êtes qu’à 36 semaines »), mineraux et j’oublie les autres…
8h arrivée de l’équipe de jour qui prendra le relais. La sage femme qui s’occupera de moi s’appelle M. Elle sourit moins que celle de la nuit.

10h00 je commence à sentir les contractions. Je rigole encore (même pas mal). D’après le monitoring elles sont régulières. Je n’arrive pas à me reposer. Mon homme tente de dormir sur la banquette près de moi. Toutes les heures je dois faire une glycémie pour monter ou descendre la pompe.

11h00 Une SF arrive, col ouvert à 5 cm. Ça n’avance pas beaucoup. Et son examen me fait un mal de chien. Elle ouvre un paquet et m’explique qu’on va me mettre un autre monitoring plus performant. Pour surveiller mon fils on va lui coller le capteur sur la tête et celui des contractions restera sur mon ventre. Je crève de mal tout à coup. Elle constate que la poche n’est pas tout à fait percé et que c’est pour cela que le travaille est si lent. Le bébé bouge en plus donc elle a un peu dur à lui coller le capteur. J’ai tellement mal que j’en pleure. La torture est enfin fini, elle s’en va. Je la maudis.

11h20 la première contraction. Détend toi pendant me disait la kiné. Tu parles. putain qu’est ce que ça fait mal. Dire que ma mère m’a mis au monde sans péridurale. je veux être forte et tenir le coup coute que coute. Mon homme reste près de moi, je lui broie la main à chaque contraction. Lui a les yeux rivé sur le monito et à chaque fois il me dit « respire yen a une qui arrive ».

12h00 j’ai tenu 30 min. J’ai pas pu tenir plus longtemps. Pourtant je ne suis pas douillette. M. me propose d’appeler l’anesthésiste. Je refuse d’abord mais les 3 contractions suivantes ont raison de moi.

12h30 assise en tailleur, le dos rond, crispée comme pas possible, j’attends l’arrivée de l’aiguille. L’anesthésiste et la SF tentent de me calmer et et de me détendre. Peine perdu. Il a fallu 15 min avant qu’ils y arrivent. je tremble comme une feuille. « Vous étiez bien stressée mademoiselle » non sérieux???

13h00 purée je ne sens plus rien. Je nage dans du coton. je commence à regretté d’avoir fait cette péridurale. J’arrive même plus à bouger. J’ai des fourmis dans les jambes. Je tente de me calmer et de dormir un peu.
entre temps la gynéco passe et elle me dit qu’elle reste dans le coin. Que ça n’arrivera pas avant 5 bonnes heures. pas de stress! Que j’en profite pour dormir un peu.

14h La SF revient. Col ouvert à 9 cm. Elle m’élève les jambes. les contractions reviennent doucement. j’ai un bouton à ma disposition si je souhaite en remettre une dose mais je m’abstiens. Pas envie de rien sentir!!
L’attente devient de plus en plus longue.

15h la SF appelle tout le monde. La kiné arrive avant la gynéco. Elle me met sur le côté et à 2 elles me tiennent les jambes et me guide. Je commence à pousser à chaque fois que je sens une contractions. On me remet sur le dos. La gynéco me dit que ça va aller vite le bébé descend tout seul. La SF et la kiné ont la main sur mon ventre et pousse le bébé vers le bas. La kiné me guide avec la gynéco pour que je pousse à fond. Entre chaque poussée mon homme me colle le masque à oxygène sur la tête. Il me tient le dos en même temps. Putain qu’est ce que ça fait mal! Je voulais sentir et bien je le sens. On me dit qu’on voit sa tête. Mon compagnon m’encourage. J’ai envie de tout arrêter mais ce n’est pas possible. La gynéco me dit quelque chose que je ne comprend pas mais je sens qu’elle me fait l’épisio.

16h Là mon fils est là dehors. On me l’enlève directement. Un vieux type est là. Le pédiatre?? Sans doute, il part dans le fond avec mon bébé. Mon homme les suit. Là je l’entend crier, enfin. On relève mon T-shirt et on me le pose sur le ventre. Je pleure tellement que je le vois à peine. J’ai du mal à réaliser que c’est moi qui est fait ça. Il est parfait. On me le retire à nouveau. je l’ai à peine eu 2 sec, et j’arrive pas à m’arrêter de pleurer. On le pèse: 4kg560 et on le mesure 53cm. On l’emporte en néonat. La kiné, la gynéco et la SF me félicite. J’ai poussé comme un chef, j’ai fait ça comme une pro. Tout doucement j’arrive à me calmer. Le placenta sort. Mon gros ventre retombe comme un soufflé raté. C’est impressionnant. La gynéco me recoud. Après un accouchement plus rien ne peu faire mal. elle m’a endormi localement mais je crois que même sans j’aurai rien senti. On papote. La gynéco me dit que dès qu’elle a fini, elle va vite prendre une douche (elle est pleine de sang et de liquide amniotique) et elle m’emmène voir mon fils.
J’ai perdu la notion du temps. On me sert à manger. Mon premier repas depuis ce matin. j’ai la dalle en 2 min il est englouti. Peu après dans ma chambre, la gynéco revient toute propre et s’apprête à monter avec moi en néonat. Entre temps mon homme était redescendu pour me rassurer. Il a eu 2 hypos, il est sous perf mais il va bien. Une infirmière dit à ma gynéco qu’elle s’en occupe, qu’elle me montera. Après encore 50 félicitations on me monte. Arrivé en néonat je vois un tas de personne autour d’un tout petit bébé. Je comprend que c’est mon fils quand un homme engueule l’infirmière et lui dit qu’elle aurait du appeler avant de monter. Je panique. Quand enfin on me le met dans les bras il a des fils de partout. Le pédiatre (l’homme qui s’était énervé sur l’infirmière) m’informe qu’en plus d’avoir fait des hypos (45 puis 38) et de l’avoir obligé à lui mettre 2 perfs de glucose (une de 20% et une de 15) il a fait une tachycardie. Son cœur est monté jusque 240. Que ce dernier est plein de gras par ma faute. Et que ça peut être très dangereux pour lui. Résultat de mon diabète très très mal équilibré. Je prend même pas le temps de lui répondre et je l’écoute à peine. J’ai enfin mon bébé dans mes bras, il va bien, c’est les toubibs qui sont cons. Je me répète ça en boucle et plus rien ne compte que cet être.

21h30 on me redescend, faut que je me repose. J’en ai aucune envie. Je suis surexcitée. Je prend le temps de prévenir ma famille de l’arrivée du bébé. J’appelle 3 fois la néonat pour savoir comment il va.

Les jours qui ont suivi ont prouvé que j’y étais pour rien pour sa tachycardie. Il a 2 circuit au lieu d’un dans le cœur. Donc suite à un stress intense comme celui d’être monté là haut et tripoté et piqué de partout son cœur s’est emballé. Il faudra surveiller ça. La perf descend hyper lentement. Toutes les 4h il a une glycémie ainsi qu’une prise de sang par jour. après 3 jours ça lui faisait plus rien, il pleurait même plus quand on le piquait. Mon homme et moi on passait nos journées avec lui, la chambre servait uniquement à manger et dormir un peu entre chaque tété.
Il aura fallu attendre vendredi soit un peu plus qu’une semaine et la pédiatre de garde pour qu’on lui retire tout à fait les perfs. J’ai enfin pu bouger avec mon bébé!
Avant chaque tété, on le pesait. après aussi. Si il avait pris 60g c’est qu’il avait tété 60 ml. La pédiatre de garde veut qu’il boive d’après ces calculs 100ml 6x par jour pour qu’il grossisse bien et ne fasse plus d’hypos (je tiens à préciser que mise à part les 2 du premier jour et une à 51 le lendemain il en a plus eu du tout). Il boit moins que 600 ml par jour

Le 15 on me permet d’avoir mon fils avec moi dans la chambre mais la nuit je dois dormir dans la petite chambre prévu à cet effet en néonat.

Le 16 le pédiatre d’origine si je puis dire revient. On lui demande quand on peut partir. Il veut nous garder encore la semaine pour être sûr. Qu’il n’a pas encore repris son poids d’origine (il pèse 4kg530 pour 55 cm) Mon compagnon s’énerve. Mon bébé va bien, il n’a pas fait d’hypo, et puis s’il faut lui faire des glycémies on peut lui en faire! Et il grossit même s’il ne mange pas tout à fait la quantité souhaité. Je l’appuie, encore un jour s’il veut mais une semaine or de question. Le pédiatre prend un air peiné « si vous voulez partir contre avis médical…. je vais relire son dossier, je reviens de weekend et j’ai plein de bébé à examiner. Je reviens après »
Pour finir il nous as donné le carnet de santé de l’enfant sans un sourire en nous disant au revoir. Pourquoi avoir changé d’avis s’il était contre?? On emballe toutes ses affaires. Les infirmières de néonat plaisantent avec nous. celle qui s’occupait de notre enfant depuis 3 matins est toute contente pour nous. Quand je lui parle de la réaction du médecin elle me dit qu’il lui en veut car elle a vendu la peau de l’ours en nous disant depuis 2 jours qu’on pourrait sortir. mais elle s’en fout et prend ça en riant.
Retour dans la chambre. Mon grand-père vient nous chercher. Il en prend du temps. On veut fuir le plus vite possible!!

Aurore

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :