#239 Ludivine, novembre 2012 en Côte d’or

10 Mar

Pour mon premier accouchement ma date de terme était prévue le 8 novembre 2012 et on m’annonçait un bébé plus petit que la moyenne (d’ailleurs j’avais dû faire des échographies complémentaires pour suivre l’évolution de ma puce).

Arrivée à la date fatidique R.A.S donc direction l’hôpital pour une visite de contrôle, bébé va bien, assez de liquide donc on me renvoie chez moi et là RDV prévus toutes les 48h avec déclenchement à J+6 si le travail ne se met pas en route naturellement.

Le vendredi 9 je crois sentir des contractions j’appelle la maternité qui me dit de venir et là plus aucune contraction au monitoring la sage-femme m’annonce un faux-travail et me dit que si j’avais vraiment des contractions je ne pourrais plus parler (euh oui mais bon c’est mon premier et je suis à J+1!). Encore un RDV le samedi 10 RAS, à nouveau le lundi 12 et là, la sage femme  qui m’examine s’étonne qu’on ne m’ait pas proposé un décollement des membranes (Euh Kesako??), elle s’exécute (aie aie aie) et me dit d’aller marcher pour accélérer le travail et sinon rendez-vous pris le mercredi 14 pour un déclenchement à 8h du matin si jamais rien n’arrive…

Nous voila partis mon mari et moi, retour à la maison nous sommes donc à J+4 et… toujours rien!

Et là le lendemain matin soit le Mardi 13 novembre 2012, 6h je suis réveillée par une contraction, j’en ai de temps en temps et je les trouve différentes. 10h elles commencent à être régulières je prend du spasfon (car je savais déjà que si j’appelais la mat’ on allait me rembarrer en me disant d’en prendre avant de venir) mais elles s’accentuent. On prend donc la décision de partir pour la maternité en pensant qu’on allait nous renvoyer chez nous.

Il est 11h30 le parking de l’hôpital et celui des urgences sont remplis, nous devons nous garer dans une rue annexe et je dois marcher pour aller à la maternité. Comme les précédentes fois nous avions été directement aux urgences sans passer par la case enregistrement et que nous avions été gentiment invités à le faire, cette fois on va à l’accueil et là « Mais Madame il fallait aller directement aux urgences!! » « Euh bah faudrait savoir!! ». Nous arrivons aux urgences de la maternité je croise la sage-femme du faux travail « vous avez quoi Madame?? »

Là contraction je dois m’agripper au paravent qui se trouve à côté de moi et là elle comprend que c’est du sérieux! On passe en salle, TV ouverte à 2cm, bébé supporte bien les contractions on me pose une perfusion de spasfon, enfin on tente… Elève infirmière elle panique me claque une veine dans le bras droit (énorme bleu pendant 2 semaines), élève sage-femme essaye au bras gauche une autre veine de claquée, la sage-femme en chef me la pose finalement sur le dessus de la main droite difficilement.

La perfusion passée, les contractions sont de plus en plus douloureuses, le travail n’avance pas, on me déshabille et on me dit de rester car je suis quand même à J+5! Toutes les salles de naissance sont occupées donc il faut que je reste le plus longtemps possible dans cette petite chambre. On me propose le ballon, mais je sens trop les contractions, on me propose d’aller marcher pour accélérer le travail j’ai de plus en plus mal et je perds le bouchon muqueux en allant aux toilettes.

14h re TV toujours 2cm on m’annonce qu’il faut que je patiente car si on me pose la péri maintenant le travail peut s’arrêter et on se dirige vers une césarienne.. Je dis ok je vais essayer de tenir 1h. Au bout de 15min je pleure de douleurs et supplie mon mari d’appeler quelqu’un, une sage-femme arrive je vomis tellement j’ai mal mais toujours pas de place en bas…

16h, on vient me chercher une place s’est libérée, on me descend en chaise roulante car je ne peux pas marcher, pour le moment les sages-femmes étaient adorables et m’ont proposé ce que je voulais (ballon + mouvements).

Arrivée en salle de naissance, la sage-femme est expéditive voire franchement désagréable! Les internes sont en grève donc il faut encore patienter pour avoir la péri… TV je suis à 3cm.. Il faut encore qu’on me pose une perfusion du médoc pré-péri pour stabiliser la tension. L’anesthésiste rentre dans la chambre mais la sage-femme lui dit d’aller voir la dame en face qui a un bébé en siège.. 2 secondes après retour de l’anesthésiste la dame n’a pas encore « écoulé » son médoc c’est mon tour.. On fait sortir mon mari, la sage-femme essaye de me mettre la charlotte sur la tête elle ne regarde pas ce qu’elle fait, elle n’y arrive pas donc me dit de le faire moi-même.. (très sympa quand on est sur le bord du lit qu’on ne doit pas bouger et qu’on a des contractions atroces!).

Première piqûre pour endormir la zone, contraction, puis celle de la péri rien senti! On me dit de m’allonger, prochaine contraction je ressens moins, je respire enfin!

Mon mari rentre dans la salle et me retrouve enfin! Maintenant il faut attendre… On revient pour me percer la poche des eaux, je sens le liquide s’écouler, tout s’accélère!

18h30 re TV je suis passée de 3cm à dilatation complète en 2h30, l’élève sage femme qui effectue le toucher fait une drôle de tête, j’ai peur que le travail n’ait pas avancé, elle appelle sa chef et là « Et bah madame vous êtes à la dilatation complète, je sens les cheveux! » Sauf que ma fille est encore haute donc on lui laisse 2h pour descendre seule et j’annonce que je sens que ça pousse en bas!

19h00 Relève de garde une nouvelle sage-femme arrive une petite brune adorable accompagnée d’une puéricultrice, on m’annonce que je commencerai à pousser vers 20H30. La puéricultrice apporte le berceau, nous demande le prénom pour le carnet de santé..Tout devient réel!

20h15 la sage-femme arrive elle installe tout, enlève la plateforme sous mes fesses, met les étriers, et là elle me demande quelle poussée j’ai appris, je lui explique que j’ai appris la poussée soufflée avec ma sage-femme libérale donc prochaine contraction on essaye.. Rien ne se passe donc on essaye la poussée bloquée, là c’est bon elle et la puéricultrice m’encourage vivement ainsi que mon mari. J’ai du mal à pousser sur toute la contraction et le coeur de ma fille commence à ralentir.. Entre chaque contraction mon mari me fait respirer dans le masque à oxygène pour envoyer de l’air à ma fille et parallèlement la sage femme me dit qu’elle appelle le gynéco avec la ventouse car bébé a vraiment du mal à descendre..

Pas de problème je préfère la ventouse que les forceps! Le temps que le gyneco arrive et s’installe il pose la ventouse sur ma dernière poussée et je sors ma fille toute seule il n’a fait que la diriger mais voilà je l’ai « décoincé » trop vite.. Déchirure de 2e degré! Elle avait le cordon 2 fois autour du cou donc mon mari n’a pas pu le couper. On la pose sur moi, chutes du niagara ma fille est magnifique!

Pendant que je la serre contre moi, le gyneco me demande de pousser pour le placenta, je pousse fort une fois et hop c’est bon! Et voilà qui s’affaire pendant plus d’1h entre mes jambes pour me recoudre mais je ne sens rien avec la péri (heureusement!) la puéricultrice s’occupe de ma fille juste à côté j’ai juste à tourner la tête… 3,930kg et 54cm!! Et dire qu’elle était annoncée petite!! 20h50 précises ma vie a changé..

Je donne la première tétée de bienvenue mais on ne me dit rien donc elle reste 1h sur le sein gauche et 15min sein droit quand la puéricultrice se décide à me donner quelques infos. je remonte dans la chambre à 23h on m’apporte à manger et ma fille dort paisiblement..

Mon mari rentre dormir et la sage-femme vient m’expliquer que je dois l’appeler pour aller aux toilettes à cause de la péri. 4h du mat’ je l’appelle, impossible de faire je suis bloquée, j’y arrive quelques minutes plus tard 2/3 gouttes en 30min.. La sage-femme ne sait pas m’expliquer.. Peut-être les restes de la péri me dit-elle.

Le gyneco après m’avoir recousu m’a dit de ne pas hésiter à aller aux toilettes et je constate que je suis bien amochée.. Mon mari revient à 7h je donne le sein à ma fille mais j’ai extrêmement mal, une puéricultrice assez âgée vient elle me prend le sein sans précaution (euh madame c’est mon corps) pour le mettre dans le bec de ma fille.. Elle m’engueule pour que je me lève et lui donne le bain alors que je dois mettre 15min pour sortir de mon lit sans avoir mal.. D’ailleurs je n’ai pas pu m’asseoir correctement avant 3 semaines! J’ai du mal à avoir une position confortable pour allaiter car j’ai mal en bas, ma fille a un énorme besoin de succion et reste des heures au sein et les puéricultrices m’engueulent et me disent qu’il ne faut pas! Mais bien sur personne ne m’a rien dit avant !!

Au bout de 24h j’ai des crevasses injectées de sang ma fille a faim et perd trop de poids, on commence à vraiment me faire culpabiliser, au 2e soir j’appelle en pleurs, j’ai trop mal, ma fille ressent mon malaise c’est la grosse cata, je veux que ma fille soit bien donc j’abandonne et demande qu’on m’apporte un biberon et que je puisse la nourrir! Elle reprend 150g en 24h elle est apaisée et moi aussi! On me découvre une infection urinaire contractée pendant l’accouchement, un oedeme à ma cicatrice de déchirure et plus tard je découvrirais un abcès contracté aussi pendant l’accouchement..

Le biberon se passe bien mon mari peut me relayer car j’ai beaucoup de mal à me mouvoir j’ai très mal, je ne peux pas m’asseoir et j’ai un traitement antibiotique pour mon infection… Mais j’ai d’amères regrets de n’avoir pas pu nourrir ma fille au sein, surtout que je faisais de la tension donc on m’a donné le traitement homéopathique contre la montée de lait, qui a eu l’effet inverse, j’ai eu des montées de lait jusqu’à ce que je me décide à arrêter le traitement 3 semaines après l’accouchement.. Avec ce que je récupérais j’aurais pu nourrir des jumeaux… J’ai su plus tard que j’aurais pu reprendre l’allaitement à ce moment là après mon traitement mais trop tard!

Je ne m’étais pas imaginé ce qu’allait être mon accouchement je me suis donc laissée guider, je me suis sentie respectée mais dès que ma fille est née j’ai eu l’impression d’être entièrement mise de côté, il fallait que je sache tout, tout de suite et tant pis si j’avais mal!

Mais ce 13 novembre 2012 reste le plus beau jour de ma vie.

Publicités

Une Réponse to “#239 Ludivine, novembre 2012 en Côte d’or”

  1. Leonide 11 mars 2013 à 7 h 55 min #

    Oui c’est vraiment dommage qu’on ne parle pas aux mamans des possibilités de relactation !!! Réussir son allaitement console un peu des soucis d’accouchement, c’est encore plus terrible de ne pas aider les femmes en ce sens 😦

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :