#243 En Bretagne en 2012

14 Mar

Bonjour j’ai 24 ans je suis une maman diabétique et je viens d’avoir mon deuxième enfant.

Tout a commencé par une grossesse un peu compliquée eh oui je suis diabétique de type 1 et insulinodépendante sous pompe 
Un diabète tout récent mais que je comprends et que je gère très bien tout le long de ma deuxième grossesse.
Tout a commencé le mercredi 21 novembre 2012 à 36 semaines+5 de grossesse. Le soir vers 22 H de grosses contractions arrivent et persistent une bonne partie de la nuit.
 Je prends un bain et après quelques heures le calme revient.
Le lendemain matin je me rend à mon cours de préparation à l’accouchement j’en profite pour parler de ces contractions violentes de la veille à la sage femme qui me répond avec un grand sourire  :
C’EST NORMAL c’est pas pour maintenant il vous reste un mois
Par précaution je décide de consulter à l’hôpital étant très suivie pour GROSSESSE A RISQUE avec mon diabète ma facilité a faire de très gros bébés et à avoir un tout petit bassin je préférais.
Arrivé a la consultation effectivement col bien effacé bébé en appui mais C NORMAL il va remonter. Donc je rentre chez moi.
Vendredi 23 novembre 2012 je décide de laisser mon grand à la cantine on ne sait jamais !!!
Mon mari m’appelle le midi et la plus rien plus une contraction.
Une heure après c’est reparti et toutes les 2 minutes et là à quatre pattes dans la cuisine. Direction l’hôpital .
A 15H30 on arrive à l’hôpital en ILLE ET VILAINE pas un chat, si désolée un agent de service quand même qui me fait rentrer dans une salle d examen et appelle une sage-femme.
Et la monito grosses grosses contractions mais vous savez quoi C’EST NORMAL on va les stopper il vous reste un mois examen du col toujours pareil pas ouvert.
Donc perfusion suppo spasfon et rentre chez toi.
Mais rien à faire elles persistent re examen du col a 17h RAS Range la valise on s’en va.
 18h petit examen avant de repartir et là SURPRISE col ouvert à 4 .
Du coup gynécologue de garde anesthésiste et césarienne en urgence  sauf qu’il y a une faille le mot écrit en rouge sur mon dossier en premier de couverture ne devait pas être assez gros.
« DIABETIQUE INSULINODEPENDANTE SOUS POMPE « 
La sage-femme qui me pose la sonde urinaire me dit gentiment le « PORTABLE » on va le laisser a monsieur.
Ah non c’est pas un portable c’est ma « POMPE A INSULINE« 
Bon ça passe ce n’est qu’une sage femme après tout.
Je décide donc de mon plein gré de débrancher ma pompe de mon cathéter (pour ceux qui ne connaissent pas cette pompe m’envoie de l’insuline en permanence mais si je saute un repas ou fais un effort je me retrouve en hypoglycémie sévère)
J’arrive au bloc ma pompe à la main et l’anesthésiste me dit « VOUS AVEZ EMMENE VOTRE MUSIQUE  » et là C’EST LE DRAME
Ils n’avaient pas vu que j’étais diabétique donc ils m’avaient mis du glucose en perfusion alors que mon corps ne tolère pas le sucre du coup changement en catastrophe et la il me dit « VOUS ALLEZ VOUS DEBROUILLER APRES POUR LES DOSAGES ET LE CATHETER NOUS ICI ON NE SAIT PAS FAIRE )
Vous avez déjà vu ça vous des médecins qui vous demandent de vous débrouiller heureusement que je m’y connais un peu quand même…
Et après une césarienne longue très longue parce que bébé était déjà engagé et mon col à dilatation complète.
Après la ventouse et les forceps le voilà enfin une merveille de 3kg 605 et 50 cm un magnifique petit BRETON prenommé KERIANN QUI MA FAIT EN 2 SECONDES OUBLIER TOUT LE RESTE
La naissance malgré tous ses aléas reste et restera la plus belle des choses du monde
Publicités

2 Réponses to “#243 En Bretagne en 2012”

  1. meyer 14 mars 2013 à 18 h 30 min #

    Et pourquoi n’ont-ils, n’avez-vous pas été tentée vu la dilatation si favorable d’accoucher « voie basse »???

  2. endiabflo 19 mars 2013 à 4 h 29 min #

    Dans tous les hôpitaux, cliniques où vous irez : il vous faudra toujours et encore dire, hurler que vous êtes diabétique car … hormis en diabétologie ; les autres services connaissent le diabète de nom et c’est tout ! Alors quand il faut faire une injection d’insuline par seringue ; ça va à condition que vous leur donniez la dose à faire ! sinon si vous êtes sous pompe ; ils ne connaissent pas ! Moi j’ai même fait un mini cours dans ma chambre d’hôpital et répondu à des tonnes de questions !!! COMMENT CA MARCHE ? COMMENT VOUS LA RECHARGEZ ? …

    Et une autre fois, hospitalisée pour une hypo avec perte de connaissances : une de mes amies qui m’avait amenée à l’hôpital criait que j’étais en hypo, qu’il fallait me re-sucrer mais personne ne l’écoutait et le personnel m’emmenait faire une radio (protocole oblige parait- il !) heureusement elle a sauté sur un médecin qui arrivait et qui l’a écoutée en voyant la hargne qu’elle mettait à clamer que j’étais diabétique. Et là , glucagon et réveil !
    Encore heureux qu’il y a certains médecins qui écoutent et encore merci à ma copine !

    Nous sommes diabétiques mais nous avons des droits ; droit d’être écouté(e)s, droit d’être informé(e)s de ce qu’on nous fait et droit de discuter le traitement … SI nous pensons risquer une hypo ou hyper -glycémie ! car le protocole hospitalier est respectable mais il doit être modulé parfois selon les patients . Mais pour cela : il faut se faire entendre ! et ce n’est pas toujours facile !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :