Janie, la naissance de Callum

15 Mar
Naissance De Callum.
Dans la nuit du 2 au 3 mars 2013. Matane, Québec, Canada.
(Je précise qu’il n’y a ni maternité, ni maison de naissance dans ma petite ville.)
Nous sommes le 2 mars, je me réveille. J’ai des contractions, faibles, mais déjà plus fortes que toutes celles que j’ai ressenti jusqu’à maintenant. Je sens que c’est aujourd’hui. J’ai hâte de te rencontrer. Il y a deux jours, durant mon rendez-vous a la clinique, M-E m’a fait un décollement des membranes. Elle a dit que ça pouvait provoquer le travail, ou non. La DPA est proche alors je lui ai dis que c’était correct, que ça ne me dérangeait pas. Je fais confiance a mon médecin. Elle m’a dit qu’elle propose cette pratique a toutes les femmes qui passent le 38SA.
Vers l’heure du dîner  je commence a calculer la durée de mes contractions, et le temps entre chacune. Ce n’est pas assez régulier. Toutes les 10 minutes, et elles durent environ 30-40 secondes. Je décide de prendre un bain pour soit atténuer/augmenter la douleur.
Je me fais un thé vert, je prends un bon livre, et j’entre dans l’eau. J’y reste environ une heure, peut-être un peu moins. En sortant, tout reste pareil. Ça ne fait ni plus, ni moins mal. Papa et moi on se fait a manger et je vais me coucher un peu.
Je me réveille moins d’une heure plus tard, la douleur s’est accentuée. Je retourne dans le bain mais je n’y reste pas longtemps, ça ne me soulage plus. Je retourne m’allonger, j’y resterai tout l’après-midi. Vers 14h30 j’appelle l’infirmière de garde, a l’hôpital  Elle me dit que mes contractions ne sont pas assez régulières, de retourner prendre un bain et de me coucher du coté gauche. J’entre donc dans le bain pour une troisième fois.
En sortant, j’ai mal. Mes contractions durent 45 secondes et s’espacent de 4 a 6 minutes. On met la valise dans la voiture, et on part pour l’hôpital. Il est 16h30. Je monte au cinquième étage. Une infirmière me met sous monitoring. Papa et moi on attend…
Je suis dilatée a 3 cm. Selon l’infirmière, je suis en travail mais puisque j’habite a 5 minutes de l’hôpital  elle préfère me renvoyer chez moi pour que je sois plus confortable. Elle me fait un TV et ça saigne. Elle me dit que le col travaille, que c’est pour bientôt. Je suis impatiente.
On retourne a la maison, un peu déçus…
J’ai de plus en plus mal. Je retourne encore dans le bain. Ça va coûter cher d’eau chaude ce mois-ci. Pendant ce temps, Papa me prépare a souper. Je m’aperçois que je ne suis pas capable de manger parce que mes contractions sont trop douloureuses et rapprochées. Je pleure, j’ai mal. Papa appelle sa mère et lui dit de venir nous rejoindre, que le grand moment approche. Je me couche, on l’attend. J’ai mal comme je n’ai jamais eu mal. Je gémis, je me plains. Papa se sent impuissant, il trouve que je fais pitié.
Sa mère arrive. Je décide de faire du ballon puisque ça accélère le travail. Je n’en fait pas longtemps, je souffre trop. Je sens que ça pousse. On attend jusqu’à 21h30, ensuite on retourne a l’hôpital. Je n’en peut plus, je m’épuise. Je somnole entre les contractions. Le trajet de voiture me parait tellement long! Pourtant il ne dure que 4 ou 5 minutes.
On arrive et je me précipite vers l’ascenseur. Je n’ai qu’une idée en tête:  avoir une péridurale, et vite. Je me rends péniblement et on monte au cinquième  C’est J l’infirmière de soir. Elle me met sous monitoring et je lui demande quand est-ce qu’ils me piquent. On en rira bien par la suite puisque ce sont les premiers mots qui sont sortis de ma bouche. Elle me fait un TV et me dit que je suis a 5, que le travail avance bien et qu’on s’en va en salle d’accouchement. Elle me dit que la poche des eaux est très basse et qu’elle va bientôt crever. On arrive dans la salle, je me couche, je pleure, je crie, j’ai mal. Elle appelle M-E, mon médecin, qui arrive quelques minutes plus tard. Elle me fait un TV elle aussi: Je suis rendue a 7! Elle appelle l’anesthésiste. Il arrive environ 15 minutes plus tard. Tout le monde est gentil, de bonne humeur. Il m’installe la péridurale  Je ne sens rien, les contractions font trop mal. Les minutes passent, j’ai moins mal. Je sens les contractions mais c’est une blague comparativement a la douleur ressentie plus tôt. Le temps passe, j’en ai perdu le fil. On rigole avec J et M-E. Papa fait bien ça  il est calme et paisible. Nouveau TV, je suis a 8 et demi environ. La péridurale a retardé le travail. Minuit approche, J finira bientôt son quart de travail. Je veux qu’elle te rencontre, elle aussi. M-E perce la poche des eaux. Ça coule comme un robinet ouvert. Minuit passe et J reste quand même. Elle veut te voir. Le 10 cm arrive enfin. M-E me dit que je peux pousser toute suite ou attendre que tu descendes de toi-même. Je décide d’attendre un peu, histoire de pousser moins longtemps et d’attendre l’arrivée de mes parents qui ont 3 heures de route a faire pour nous rejoindre. Je ne sais plus quelle heure il est. J’ai sommeil. Ma famille arrive, ils viennent me voir. Mon papa me dit qu’il va attendre dans ma chambre avec mes frères et soeurs. Je ne veux pas qu’ils restent puisque le plus vieux n’a que 16 ans. Malheureusement, pendant ce temps, J a du partir. Elle reviendra demain. Elle est restée jusqu’à 1h15.
Je suis fatiguée, je veux pousser. Je ne sais pas quelle heure il est, j’ai perdu la notion du temps. Je commence a pousser et étonnement, ça soulage plus que ça fait mal. Il ne faut pas oublier que je suis gelée aussi… C’est peut être pour cela que je ne souffre pas. Je pousse, je pousse. M-E dit que ton pouls descend, que si tu ne sors pas, il va falloir prendre la ventouse. Elle me dit de me fâcher  de pousser le plus possible. Je pousse de toutes mes forces, j’ai peur pour toi. M-E dit qu’on a pas le choix, que tu dois sortir et vite. Elle prend la ventouse. Elle me dit que maintenant, on travaille en équipe  Je pousse, elle tire. On me dit que je suis bonne, que je suis forte, que je fais bien ça  Tout le monde m’encourage. Je regarde le moniteur, je vois ton pouls qui descends et qui remonte. Tu joues au yo-yo dans mon ventre. Je m’inquiète. Je vois que M-E et les infirmières s’inquiètent aussi et je n’aime pas ça  Je pousse le plus fort possible, tu ne veux pas sortir! Tu es coincé, je vais déchirer  M-E dit qu’elle doit couper, pour mieux recoudre par la suite, pour ne pas que ce soit croche. Je vois papa qui s’assied, il a tout regardé et je pense qu’il n’a pas trop aimé de voir l’épistomie… Je pousse encore une fois, deux fois, trois fois. Je te sens passer. Ta tête, tes épaules  Et la, je t’entends… M-E te dépose sur moi, tu est tout chaud, tout gommant. A partir de la plus rien n’existe, plus rien n’a d’importance, tu es là et tu vas bien. Tu pleures, tu cries. Je t’aime déjà. Il est 2h46. Je te regarde pendant que M-E me répare. Je te trouve beau, je te parle. C’est le début d’une belle aventure.
Voila 5 jours que tu es né. Je me rappelle comment c’était magique et j’ai les larmes aux yeux. Tu es le plus beau cadeau que la vie m’ai jamais fait. Je t’aime mon poupou, je t’aime plus que tout.
Callum
J’ai accouché en milieu hospitalier, avec anesthésie.  Personne ne m’a traitée comme un numéro et on m’a toujours demandée mon avis avant de faire quelque chose. Les infirmières ont pris soin de moi dans les jours suivants. Elles s’assuraient que je te nourrissait bien, qu’on se remettait sur pied.
Pour un premier accouchement, j’ai trouvée ça extraordinaire, malgré la ventouse.
Je recommencerais demain, après-demain, la semaine prochaine, n’importe quand.
Tu en valais largement la peine. Maman t’aime et t’aimera toujours.
Janie, 19ans, Québec, Canada.
Publicités

2 Réponses to “Janie, la naissance de Callum”

  1. Leonide 15 mars 2013 à 19 h 11 min #

    Merci de ton optimisme et de ton positivisme ! Très joli témoignage !

  2. Janie 16 avril 2013 à 22 h 30 min #

    Merci ce fut un plaisir a ecrire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :