#245 Melissa, octobre 2011 en Haute-Savoie

16 Mar

Haute-Savoie, France
Le 17 octobre 2011, 23h45.
Après avoir fait un câlin avec mon homme je reçois comme un « coup de boule » dans mon bassin, c’est très vif , assez douloureux, du liquide amniotique coule dans le lit, je comprends alors qu’il est temps d’embarquer pour la maternité.
Assis dans la voiture , en chemin pour l’hôpital, chaque virage que nous prenons me déclenche une contraction, c’est douloureux !

18 octobre, 00h10.
Nous arrivons enfin sur le parking de la maternité, nous devons entrer par les urgences maternité. Je sonne à l’interphone, une dame me répond , je lui dis que je perds les eaux , elle m’ouvre la porte. Nous arrivons dans le sous-sol de l’hôpital, je ne vois aucune indication pour les salles d’accouchement, la douleur me fait m’allonger par terre, j’ai mal. Nous passons près de quinze minutes à chercher ces salles, personne ne vient, pas de signe de sage femme, rien … Un garde de nuit arrive, il faisait sa ronde , il m’indique le chemin, mon homme m’aide à me déplacer.

00h25
Arrivés aux salles d’accouchement je rencontre une sage femme, elle nous passe en salle d’examen. La sage femme m’ausculte le col , je suis à 1 cm. « Avez vous un projet de naissance? », je lui répond que oui , je ne souhaite pour l’instant pas de péridurale et accoucher à quatre pattes , c’est comme ça que je me sens le mieux, la sf prend note et s’en va après m’avoir mis sous monitoring  » surtout essayez de ne pas bouger, je sais que ça fait mal mais il faut que nous puissions écouter le cœur de votre bébé, je reviens dans 30 minutes ». Je ne bouge pas , mes contractions s’accélèrent et sont encore plus douloureuses.

01h00
La sf revient , j’ai mal , elle me demande de me mettre sur le côté pour mieux capter le cœur du bébé , je me tourne mais les contractions ne sont que plus douloureuses , je n’arrive pas à tenir en place , j’ai si mal ! Je hurle et lui dis que je veux enlever ce truc autour de mon ventre , je veux essayer le ballon , j’ai chaud , j’ai mal ! La sf arrive avec le ballon , avant de descendre elle regarde mon col , encore à 1 rien n’a bougé , je peux descendre de la table d’auscultations, la douleur est telle que je m’écroule par terre , à la recherche de fraicheur en collant ma joue contre le sol, mon homme est là il me dit que ça va aller  » Mais non espèce d’idiot ça va pas aller !!!! »

2h00
Je suis à 2 cm  » Non mais c’est pas possible !!!!!! » la sf me propose d’aller me faire couler un bain  » profitez vous êtes la seule et tout est libre » je savais qu’il y avait une grande baignoire ici , j’accepte volontiers, mes contractions prennent le dessus , la douleur devient ingérable et permanente , peut être qu’un bain me ferait du bien !
Je peine à me déplacer jusqu’à la salle de bain, mon homme me soutient, je ne sais plus ce qui m’arrive. Lorsque j’arrive enfin, c’est une salle de bain normale que je vois , très grande , très lumineuse , mais la baignoire est normale , un peu plus longue que chez moi mais rien d’extravagant. Je me glisse dans le bain , oh ! quel soulagement ! tout mon corps se détend , et je respire enfin , les contractions viennent mais moins douloureuses. Après une demie-heure passée à essayer de me mettre dans une position confortable, et n’y arrivant pas puisque cette baignoire est visiblement trop étroite, les contractions redeviennent dominantes , douloureuses et incessantes. Je dis à mon homme d’aller chercher cette sf parce que j’ai trop mal , je veux la péridurale.  J’ai l’impression d’être ivre, je ne contrôle rien. Mon homme vient me faire une caresse dans le bas du dos  » Hé ducon tu me touches encore une fois et je t’arrache la main! » puis la sf arrive une vingtaine de minutes plus tard  » ha , vous avez mal ? » j’en veux à la terre entière de me laisser comme ça , j’ai l’impression d’être seule et que personne ne m’aide , la sf regarde mon col , je suis à 2,5 cm  » c’est peut être un peu tôt pour vous poser la péridurale », j’insiste et elle part appeler l’anesthésiste.

Je ne sais plus quelle heure il est, tout est flou , j’ai mal, tellement mal.
On m’assied sur une table d’accouchement, me passe une charlotte, je vois double , j’ai chaud, l’anesthésiste arrive , un grand monsieur aux cheveux gris, pas de bonjour rien. Il regarde mon dos et me demande de l’arrondir quand ma contraction sera passée, je m’exécute,  » vous savez que votre tatouage est pas bien centré? » c’est la seule chose qu’il m’a dite, je lui ai répondu quelque chose comme  » fehqudnjdfshe » oui j’avais encore mal et maintenant voilà que j’étais en colère à cause de ce stupide anesthésiste.

La piqure est passée, la pression est descendue , je suis fatiguée , tout le monde est sorti, je n’ai plus mal , ça me gratte, j’ai les jambes engourdies.Mon homme est parti dormir dans la voiture  » tu m’appelles quand t’es à 10 ! » la sage femme passe de temps en temps la tête par la porte et me demande si tout va bien puis repart. Les heures passent, je suis allongée dans un lit depuis des heures et je me sens seule.

8h15
La sf arrive , m’ausculte , je suis à 7 cm , elle m’annonce qu’elle va partir car c’est le changement de service .

8h45
Une nouvelle sf arrive, elle prend les choses en main,  » vous allez passer cette jambe dans cet étrier, ça va accélérer un peu les choses ». Effectivement je sens que ça travaille plus! Mon homme revient. Jusqu’à 11h la sf va alterner mes jambes croisés dans les étriers.

11h
Une étudiante sf arrive avec la sage femme , puis une autre sage femme arrive, je leur dis que ça pousse  » aller on y va , poussez ! » Je pousse , je pousse , je ne sais pas pourquoi je pousse mais je pousse , je ne sens rien , je pousse , encore et encore… Je suis fatiguée de pousser , je n’arrive à rien , je commence à perdre ma lucidité , je ne suis plus moi même , mon corps continue de pousser puisque je ne fais que ça depuis bientôt 30 minutes. J’entends les sf chuchoter, ça remue dans la chambre , je ne suis plus moi  » on va appeler le gynécologue Madame », et merde , je me souviens qu’en cours de préparation on m’a dit que lorsqu’il y a un gynéco dans la salle c’est qu’il y a un problème .

11h45
Le gynécologue arrive , je le connais et je l’apprécie beaucoup. « Hé mais on se connait ! je reconnais votre tatouage sur votre poitrine ! alors comment ça va depuis tout ce temps ? » il salue mon homme il est très décontracté et arrive à me décrocher un sourire. Il m’annonce que mon fils est coincé dans mon bassin , il va falloir y mettre un coup de forceps , je lui dis que je ne veux pas les forceps, il me répond que ca va aller , c’est juste pour guider la tête de mon bébé très légèrement, je ne dis rien , je me laisse faire , et c’est parti. Je ne sais pas ce qu’il s’est passé mais je me souviens seulement d’avoir eu la plus grande souffrance que je n’ai jamais ressentie, l’impression qu’on m’arrache tout l’interieur de mon être, je me sens me décoller de la table , je hurle , c’est une torture. Je sens la tête passer , puis tout le corps , en moins de 5 secondes mon fils est sorti, j’ai si mal , je me sens vide, je vois le nouveau papa couper le cordon, puis on le pose sur moi. On me tord le ventre pour me faire sortir le placenta, je ne voulais pas , il me fallait du temps.

12H10
Je regarde ce petit bout d’homme , puis lui donne mon index pour qu’il le saisisse, j’ai du sang partout , jusqu’à sous les ongles, c’est un petit garçon il s’appelle Eden et il a la tête en forme de cône , le docteur va me recoudre car j’ai eu une épisiotomie.
On me le reprend après le peau à peau, j’avais choisi un joli petit ensemble pour lui mais la sage femme me fait remarquer « qu’ici » ils n’aiment pas les deux pièces, je lui ai dit que si ça lui posait problème elle n’avait qu’à laisser son père l’habiller. On me pose sur une chaise , c’est horrible je sens les points de suture ça fait mal !

Dans ma chambre je fais des malaises car il semblerait que j’ai fait une petite hémorragie , les jours passent et le baby blues s’installe, mon petit homme est calme c’est un ange je l’aime tant !
Des suites de couche très difficiles , un baby blues pendant deux mois et demi, un allaitement raté, un manque d’information total, presque aucun soutien, une solitude presque omniprésente, voilà comment j’ai vécu la venue de mon Eden.

Je m’appelle Melissa et j’avais 19 ans.

Publicités

2 Réponses to “#245 Melissa, octobre 2011 en Haute-Savoie”

  1. Leonide 16 mars 2013 à 21 h 45 min #

    Est-ce que tu as su pourquoi tu as eu autant mal dès le départ ? (les douleurs que tu décris sont tout à fait anormales, beaucoup trop fortes dès le début, beaucoup de mamans tolèrent très bien les contractions des premiers centimètres de dilatation en pensant : « ah si ce n’est que ça ! » , tkt je te crois hein… j’ai une maladie qui rend hyper sensible à la douleur, je sais qu’on peut avoir bcp plus mal que les autres) La gestion de la douleur en général n’est pas super top en France… et je suis vraiment désolée pour toi. Si cet évènement reste un traumatisme pour toi il existe une technique en psychologie super pour les traumatismes : l’EMDR (j’ai pas d’actions chez eux, juste je sais ce qu’est un traumatisme, comment ça bouffe la vie, et cette technique a vraiment de bons résultats.) un psy formé peu te libérer du souvenir traumatisant en quelques séances. N’hésite pas, surtout si tu veux un autre bébé et pas arriver à ton second accouchement pleine d’appréhension… Bravo pour avoir surmonter ton baby-blues tout en t’occupant bien de ton petit je suis très admirative !

    • Melissa 16 mars 2013 à 22 h 13 min #

      Hello ! Alors comme je l’expliquais sur le post via Facebook , pour mon deuxième bébé on m’a donné une réponse, apparemment ça viendrait du fait que le liquide amniotique provoque des contractions plus douloureuses… bon pour ma deuxième l’accouchement fut parfait , un « bonheur » , contractions ultra gérables, j’avais largement le temps de me reposer entre chaque contractions.
      Par contre si je puis rajouter quelque chose sur l’accouchement de mon premier c’est que j’ai un bassin immense et on ne m’a pas proposé de changer de position avant de me poser les forceps, pourquoi ?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :