Laure-Eve, dans le Brabant Wallon en Belgique

10 Avr

En 2006, je cherchais désespérément une solution pour échapper à des traitements dégradants offerts par la médecine industrielle. Le vase à débordé lorsque la gyneco chez qui j’allais m’a déclarée que vider les intestins avant l’accouchement était inévitable sinon elle devrait travailler en bottes. Visiblement elle avait l’image d’une porcherie en tête. Je lui ai dit que personne ne me toucherai contre mon gré et je ne l’ai plus jamais revu.

J’ai eu la chance de rencontrer, via le bouche à oreille, T. et S., deux super sages-femmes. J’ai pu accoucher dans l’eau chez moi et aller seulement à l’hôpital les 2 dernières heures aussi dans l’eau. Nous avons été les derniers parents à pouvoir accoucher à l’hôpital de B. A. avec notre sage-femme. Accueillir seulement pour quelques heures n’était pas assez rentable…

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :