Christel et Mehdi, naissance à Levallois Perret – 92

27 Avr

Dans la nuit du 9 juin, je sens un peu de liquide couler, mon bébé, je sais qu’il est l’heure pour nous d’aller à la maternité. Nous t’attendons tous les 3 avec impatience. Mamie vient s’occuper de ta grande sœur pendant que ton papi nous accompagne papa et moi à l’hôpital. Cet endroit m’est familier, c’est là que ta soeur est née. Les mois précédents, nous avons eu la chance de faire petit à petit ta connaissance.

Tous les mois, nous avions RDV avec Mme G haptothérapeute, elle nous a doucement accompagné vers notre projet de naissance. Nous n’avons jamais été déçu par l’équipe. et résonne encore en mois les mots de la sage femme à la naissance de ta sœur « Vous êtes une super maman » 5 mots qui m’ont apportés toute confiance en mes compétences.

Nous arrivons donc avec papa et papi qui a bien du mal à repartir. Il est gentiment raccompagné par les sages femmes à la porte d’entrée. Premiers examens respectueux, le travail n’a pas commencé et c’est bien une fissure de la poche des eaux, je dois rester à la maternité. Ton papa repart travailler et on nous installe toutes les deux dans un lit confortable, je sais que le temps va être long. Pour provoquer l’accouchement, on me propose … de marcher, monter descendre les escaliers, on m’encourage. Les sages femmes me préviennent que si l’accouchement ne se déclenche pas naturellement, on devra le déclencher par médication. Et je marche, je monte, je descends pour que ta naissance puisse être le plus naturel possible.

Victoire, le col s’ouvre peu à peu, Ton papa arrive. On me propose de descendre en salle d’accouchement, je n’ai toujours pas de forte contraction. Chaque toucher est respectueux, on me demande si j’ai mal, on attend que je sois prête…

Je fais la connaissance d’une sage femme et d’une étudiante qui me propose un ballon pour faciliter l’ouverture du col et une écharpe (style écharpe de portage) fixée au plafond. Elle me montre comment les utiliser, et effectivement le ballon est un fabuleux moyen de te faire descendre, Nous pouvons pratiquer les exercices faits pendant les séances d’haptonomie, nous sentons une atmosphère apaisante qui nous permet d’être à l’aise. Les contractions se font plus fortes et je tiens plusieurs heures avec ses méthodes douces. Vers 3 heures du matin, je sens la fatigue et je gère moins bien la douleur, les sages femmes me propose la péridurale que j’accepte volontiers, je la demande pas trop dosée, je veux te sentir (elle était trop dosée pour ta sœur). Encore une fois, je suis écoutée.

Au moment de la naissance, je leur explique que je ne souhaite pas d’épisiotomie sauf si c’est absolument nécessaire. Elle me propose de m’installer sur le côté pour accoucher après quelques poussées, les sages femmes et moi nous rendons compte que cette position n’est pas adaptée à ma physiologie et à ma façon de pousser, je m’installe donc dans les bras de mon mari assis derrière moi sur la table d’accouchement. On a osé demandé si c’était possible car tout semblait possible avec ces sages femmes.

Et j’ai accouché dans ses bras, j’e t’ai pris, mon bébé, alors que tu étais encore en moi et je t’ai sorti.

La sage femme s’est presque excusée parce qu’il y avait une petite déchirure. Au moment de la recoudre, je tremblais comme une feuille, elles ont pris le temps de me rassurer en me caressant les jambes et en rajoutant une dose d’anesthésiant.

Ce fût un très beau moment partagé entre les sages femmes mon mari, ma fille et moi. L’émotion des sages femmes à ma sortie et le grand merci me laisse penser que ce moment fût fort pour elles aussi.

J’étais seule à accoucher cette nuit là, peut-être que cela à jouer.

En suite de couche, j’étais en chambre double, pas super pour faire connaissance avec son bébé et je me suis construit une forteresse pour m’isoler, une sage femme nous a proposé un paravent. Le lendemain nous avons changé de chambre pour une chambre simple. Nous avons pu rester en famille toute la journée jusque tard le soir sans que cela pose aucun problème.

Un très beau moment dans cette maternité respectueuse de chacun. Merci à l’haptothérapeute pour cette préparation unique à la naissance qui nous a permis de partager avec les sages femmes nos désirs pour la naissance de notre puce. Et merci aux Sages femmes de leur accompagnement à chaque instant respectueux.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :