#283 Sandra, en Côte d’or le 28 février 2013

14 Sep

Nous sommes mercredi soir, le 27/02 , cela fait plusieurs jours et semaines que les contractions sont là, plus ou moins sensibles, elles ont nettement ralenti la semaine dernière suite à une grosse crève mais cela fait 2 soirs qu’elles sont rythmées, je les sens bien, elles sont assez régulières, toutes les 10 min pour certaines mais finissent par s’arrêter au moment où je m’endors, et le matin au réveil plus rien…

Quand vas-tu arriver, autant pour Lucy, elle était arrivée plus de 10 jours en avance autant pour toi, mon terme est dimanche dans 4j, je n’ai tellement pas envie de devoir aller à la maternité tous les 2 jours pour voir comment cela avance et subir des examens, et au pire du pire être déclenchée au bout d’1 semaine…

Et donc ce soir, comme hier soir, elles sont rythmées, je regarde sans trop y prêter attention le rythme et la durée, je les sens pas mal mais bon, ça doit être comme hier, en plus elles ne me font pas si mal que ca, je respire quand je la sens arriver, je souffle tout doucement et ca passe tout seul…On va donc se coucher vers 23h, comme d’habitude Lucy a besoin de son rituel qui dure un bon moment, j’espère juste que si c’était pour cette nuit tout se passerait bien, qu’elle ne se réveillera pas, qu’elle ne hurlera pas en découvrant sa mamie venue dans la nuit la garder et que nous ne sommes pas là…Lucy finit par s’endormir, dans son lit de mon côté du lit, Papa aussi finit par s’endormir malgré que je continue d’avoir des contractions plus ou moins toutes les 10 minutes, pas forcément très régulières, je les sens bien, certaines plus fortes mais pas au point de me plier en 2 et puis bon j’ai appris à gérer, il va bien falloir les gérer, si je veux accoucher sans péridurale…

Je lui dis de s’endormir, il doit aller travailler à 4h du matin, il me dit espérer ne pas devoir aller travailler, on verra, il finit par s’endormir et moi à côté allongée, sur le côté ou sur le dos, j’ai un peu de mal à bien rester sur le dos, mais bon j’ai pas envie de réveiller Lucy à gigoter, je finis par m’asseoir dans le lit, ça va un peu mieux pour respirer, je les sens passer, ça monte, de plus en plus « fort » et ça finit toujours par descendre, assez vite, j’ai pas peur de la suivante, je sais pas si ce sera pour cette nuit, mais cela commence à être embêtant, je n’arrive pas à m’endormir et ça commence à faire plus mal, je tente le 4 pattes, les fesses en l’air et ça marche pas mal, la contraction suivante, je vais sur le canapé histoire de pas réveiller les dormeurs de la maison, j’ai pris 2 spasfons mais je vois pas de grandes différences, peut être que ce sera pour cette nuit finalement, mais bon elles sont environ toutes les 10 minutes, certaines plus espacées, du coup j’ai pas trop envie d’appeler ta mamie pour garder Lucy si jamais cela se calme, et puis bon pour Lucy on était partis j’en avais toutes les 5 minutes et je me souviens que la douleur était peut être un peu plus intense.… Je crois que je vais aller prendre un bain, en plus elles se rapprochent, des fois 8 minutes et j’en ai eu une au bout de 5 minutes.

Il est presque 1h du matin, je descends à la salle de bain, je réveille quand même ton Papa, qu’il sache que je descends à a salle de bain et je prends mon tel histoire de l’appeler si je me sens mal et je descends donc, une contraction dans les escaliers, ça c’est pas si chouette à gérer, mais on va y arriver, je suis forte pour toi, je vais y arriver, je veux que ta naissance soit la plus douce, je me le répète histoire de garder confiance car ces derniers jours je me suis demandée si vraiment ce n’était pas une drôle d’idée d’accoucher sans péridurale, malgré tout ce que j’ai lu, tous les récits, les livres, est-ce que c’est vraiment pour moi, est-ce qu’une fois arrivée à la maternité je vais pas me décourager…

Bon, la salle de bain, je remplis la baignoire, l’eau est très chaude mais ca va pas bien vite, dès que je rentre dedans, c’est chaud, très chaud mais ça fait du bien, une contraction est arrivée quand je suis rentrée donc dur de trouver une position confortable alors qu’elle monte et que je dois penser à respirer comme il faut pour que ça soit le moins douloureux possible, et une fois passée, ouf la chaleur doit aider, ca fait du bien, je ne sens pas la suivante, et quasi pas celle d’après, ça continue d’être environ toutes les 5 à 10 minutes.

Au bout d’1h environ, j’entends Lucy pleurer en haut, et mince, moi qui étais si bien, j’appelle donc Christophe lui demande ce qu’il se passe, elle me réclame, il va falloir que je sorte, ça va pas être très drôle j’étais bien là, j’avais peur que Lucy se réveille alors que je dois gérer, et bien voilà, on est en plein dedans.

J’essaie de me sécher, au plus vite, j’enfile mon peignoir, hop une contraction à la sortie de la baignoire, dure à gérer vu que ma position était pas top, à moitié debout, à moitié dans la baignoire… Je remonte et je file dans la chambre histoire de réconforter Lucy, l’aider à se rendormir, j’ai si peur de pas arriver à gérer alors que je dois la garder dans les bras et que je veux pas non plus trop la perturber, elle finit par s’endormir, je ne sais plus quelle heure il est.

Ensuite je reste un peu dans le lit. Je ne suis pas très bien nulle part, Christophe sait que cela ne passe pas trop, il enlève son réveil pour aller bosser, je vais sur le salon et je fais du ballon, ça fait du bien, je l’appelle du salon, je lui dis qu’on va appeler ta mamie, histoire qu’elle ait le temps d’arriver, car j’ai assez mal là et je veux avoir le temps d’y aller, tant pis si jamais le col n’est pas assez ouvert ou qu’on y est trop tôt, il faut bien partir un jour, j’espère juste de tout cœur ne pas arriver à la maternité à 1 ou 2 cm…J’appelle donc maman, elle me répond au bout de quelques sonneries, me dit se préparer et arriver…

Il doit être un peu avant 3h, Christophe se lève, s’habille, fait le moins de bruit possible histoire de ne pas re réveiller Lucy, je suis sur le canapé, sur les fesses, assise normalement mais je n’arrive pas à l’asseoir comme d’habitude, je m’appuie sur les bras quand la contraction arrive cela fait du bien…

Maman finit par arriver, elle veut me dire bonjour mais la contraction suivante arrive, je veux tout sauf parler ou qu’on m’interrompe alors que je gère et que j’y arrive, je veux pas qu’on s’inquiète, je vais y arriver, et elle finit par passer, je vois bien que Maman me regarde et doit s’inquiéter de me voir souffrir.

Christophe va prendre la valise qui est dans notre chambre, et manque de chance Lucy avait dû jouer avec et tout se répand dans la chambre, celle où Lucy dort, dommage, il remet tout en boule et je me dit que ça risque d’être gênant à la maternité que tout soit en bazar, il finit par arriver à boucler la valise et descend faire chauffer et tout mettre dans la voiture…

Maman est là, elle reste dans la pièce, Christophe est remonté, on va partir, j’ai envie de faire pipi, histoire qu’au moins ce soit fait aussi avant de partir, je me lève marche tant bien que mal, tu es vraiment basse, mais ca ne change pas des dernières semaines…

Je vais aux WC, il y a comme du sang dans le fond de mon slip, bizarre, bon ça doit quand même être un signe que ça avance, enfin j’espère, j’arrive à faire pipi, je m’essuie et voilà encore du sang, c’est pas que ca m’inquiète vu qu’on va partir mais bon, c’est bizarre, en plus de toute manière je n’ai pas perdu le bouchon muqueux, histoire de voir si je ne perds pas plus de sang, je met la main et c’est bizarre, il y a quelque chose pas habituel, 1/2 cm à la sortie, il y a quelque chose qui bouche la sortie, c’est tout bombé, c’est lisse…

Je repars dans le salon, j’ai viré mon slip, tant pis maman me verra cul nu… Et je dis à Christophe, appelle peut être les pompiers, il y a un truc bizarre, et puis je sais pas, je pense à un truc je dis « c’est la poche des eaux qui bombe », on va pas pouvoir partir là, il faut qu’il appelle les pompiers, je descends et enlève mon pantalon, je crois que maman n’en mène pas large, j’y crois pas, je vais accoucher là, avant l’arrivée des pompiers ??

Bon je me mets à coté du canapé, je suis bien, je m’accroupis, maman est assise sur le canapé, en face de moi, Christophe au téléphone avec les pompiers, ils lui disent qu’ils vont arriver, il a décrit ce que je ressens et ils disent que ca va pas arriver de suite, que ca attendra qu’eux arrivent…

Je mets la main en bas, j’ai peur, je dis en chuchotant que j’y arriverais pas, j’ai si peur, je peux plus reculer, je sais pas exactement ce qui va arriver, tu vas arriver je crois, je ne peux pas faire grand-chose et cette pensée s’en va, je suis pas la 1ere d’autres y sont arrivées, c’est toi qui sais ce qu’il faut faire, depuis tout à l’heure je n’ai pas trop réfléchi, on va tenter de faire pareil et là j’ai une contraction, la main toujours en bas, et je sens et on entend surtout que la poche des eaux explose, du liquide chaud jaillit et se répand sur le sol et sur mes jambes, bon ben voilà tu vas arriver, les pompiers ne sont pas là, je vais gérer toute seule, allez mon ange, je pense qu’à toi dans ma tête, je sais qu’il faut que je pense à rien, que je suis mon instinct, ce que mon corps va faire, Christophe appelle les pompiers qui lui disent de rappeler le SAMU, ils disent qu’ils se dépêchent…

Au bout d’1 minute, je sens quelque chose monter en moi, j’ai toujours ma main en bas mais maintenant à l’intérieur je sens ta tête, tu n’es vraiment pas loin et donc je sens quelque chose qui monte, je me mets à faire du bruit, une sorte de beuglement même si ça ressemble à rien de ce que j’ai déjà ressenti ou entendu, et ça pousse, ça pousse en bas, ça s’ouvre, sa tête est sur ma main, ça s’écarte, elle descend, je laisse ma main tout en regardant, sa tête est passée, ça m’a pas fait mal, j’ai rien senti de douloureux, ton papa est derrière moi, je le sens, je l’entends mais je ne l’ai pas vu, ton corps sort sans que je pousse, je l’entends halluciner que tu sois sortie, je te tiens mais lui te retient aussi, tu es dans sa main, tu viens de sortir, je n’en reviens pas, je te regarde, ton cordon n’est pas autour de ton cou, tu n’es pas bleue, tu pleures, tout doucement mais ca je sais que c’est normal…

Je me retourne m’asseoir pendant que ton papa te dépose dans mes bras, ça y est tu es née, je n’en reviens pas, je te regarde, te mets contre ma peau, frotte ton dos, je ne veux pas que tu aies froid, j’essaie tant bien que mal de t’attraper correctement, j’enlève mon pull et mon t shirt, histoire de te garder contre moi, tu continues de pleurer tout doucement et tu te calmes, je te regarde,tu es si belle avec tes yeux à me regarder, je ne pense à rien, je suis si bien, Christophe me recouvre avec des serviettes pour ne pas que nous attrapions froid.

Je lui demande de me donner mon téléphone, je veux appeler Mélanie, je veux lui dire que tu es arrivée, bien sûr on est en plein milieu de la nuit je finis par l’avoir, elle a eu du mal à comprendre mais voilà, elle le sait, on se rappellera plus tard, la pauvre elle va pas en dormir je crois…

Ton papa rappelle le SAMU pour leur dire que tu es née, ils finissent par arriver 10-15 minutes après, le médecin te regarde demande si on a coupé le cordon, on a juste dit non mais de toutes manières on voulait à la base le laisser s’arrêter de battre tout seul, il t’emmène sur le canapé, ta mamie est à coté, je crois qu’elle n’en revient pas, ton papa non plus, et moi je suis bien, je me sens heureuse, tu es née si doucement…

Le médecin me demande si le placenta est sorti, je pensais que non mais après avoir regardé si, je ne l’ai même pas senti moi qui pensais que j’aurais des contractions pour le faire sortir…

Les pompiers me font bouger pour m’allonger, je sens que je tombe dans les pommes, la sensation est désagréable, je m’éloigne mais je peux rien faire, je pense à toi ma Lana, mais je sais que tu es entre de bonnes mains, les pompiers m’allongent, ma tension est toute petite, on essaie de me perfuser, c’est compliqué, ça fait mal, mais tant pis, je viens d’accoucher, je vois trouble car on m’a enlevé mes lunettes, je ne te vois plus, j’entends Lucy qui s’est réveillée, je dis d’aller la chercher, il ne faut pas qu’elle reste seule dans la chambre, du coup elle sera à tes cotés, ainsi que papa et mamie sur le canapé, avec le pompier qui s’occupe de toi.

Un de mes rêves se réalise ta sœur sera une des 1er à te voir, sans attendre 1 journée ou plus…

Je continue de faire des malaises, les pompiers finissent au bout d’1h de ne pas me faire asseoir pour partir dans leur camion et donc ce sera dans la coquille gonflable, je ne t’ai pas revue, j’ai besoin de savoir que tu vas bien, le pompier t’a habillée mais je crois qu’il n’a pas l’habitude, ton papa me raconte après coup qu’ils t’ont mis la couche à l’envers, ils n’ont pas assez de couvertures de survie pour toi et moi donc ils demandent à ton papa une couverture de chez nous, tu pars dans le cosy avec moi mais je ne te vois toujours pas, je sais que tu es là, pas loin…

J’insiste auprès des pompiers pour qu’ils m’emmènent à Dole, je ne veux pas d’un gros hôpital, du CHU, je les connais là bas, je sais comment ils font, qu’ils respecteront ce qu’on veux, je me dis qu’avec tout ça je n’ai pas encore pu te donner à téter, ta tétée d’accueil si importante…

                Ils m’emmènent donc après accord à Dole, dans le camion, il fait très chaud, trop, on me dit que c’est pour toi, pour que tu n’aies pas froid, on me redonne mes lunettes, moi qui suis si mal sans, et je vois plus clair, je vois l’infirmier du samu à mes cotés, ainsi que la sage femme étudiante à coté de mes pieds, ils blaguent entre eux, racontent que c’est vraiment rare les accouchements et encore plus d’accoucher avant qu’ils arrivent…

Il fait toujours très chaud et d’un coup l’étudiante sage femme tombe sur mes jambes, la pauvre aura fait un malaise à cause de la chaleur, c’est la seule qui me sourit, qui me regarde, j’ai l’impression d’être perdue, je m’inquiète pour ton papa qui va nous suivre avec la voiture, j’ai peur qu’il soit perturbé.

Le trajet en camion de pompiers est vraiment remuant, ca bouge de partout, c’est pas agréable…

On finit par arriver, ils me sortent, tout le long, ils ne m’ont pas habillée, je suis nue sous la couverture de survie, il fait froid dehors, mes pieds dépassent de la couverture, j’ai si froid, je ne sais pas si tu es arrivée là bas avant moi ou pas.

Il me mettent dans la 1ere salle d’accouchement, on m’examine, je demande où est Christophe, je suis toute seule, et ils me disent qu’il attend en salle d’attente, je demande à ce qu’il vienne, j’ai besoin de lui, de ne pas rester seule.

La puer passe avec toi, toute nue, dans ses bras, elle me dit que tu es en hypothermie, 34  degrés, c’est vraiment bas, ça m’inquiète, ils te mettent en couveuse dans une autre salle, j’insiste pour que ton papa te rejoigne.

J’ai si froid, on me couvre avec des linges chauds, je continue de perdre du sang, me sentir très faible, après une prise de sang, et m’avoir appuyé sur le ventre, c’est très désagréable et elle le fait souvent, je finis par lui mettre un coup avec ma jambe pour la repousser, elle déclare que l’utérus ne bouge plus, atone qu’elle dit…

Elle appelle le gynécologue de garde, celui que je connais, un visage connu, ça fait relativement du bien, et au vu de la prise de sang et de mon utérus, ils parlent anesthésie générale, révision utérine, transfusion sanguine, j’ai si peur, qu’est-ce qu’il m’arrive…

Je vois que ça s’affaire autour de moi, le Dr arrive, l’anesthésiste aussi, il ne me parle pas, l’infirmière anesthésiste arrive, elle est gentille, elle m’explique, me rassure, me montre le masque me dit que ca durera que peu de temps, j’ai peur de pas pouvoir te donner à téter avec cette anesthésie mais on me rassure, l’infirmière me quitte pas des yeux, je me sens partir…

                Je me réveille, l’infirmière me regarde, je me sens bien, je ne sais pas pourquoi mais je suis bien, je me sens soulagée…

On me dit que le gynécologue n’a rien trouvé que tout va bien et la prise de sang refaite ensuite montre que les sages femmes ont piqué au mauvais endroit et que donc le taux qui les alarmait n’est pas si bas.

Le Dr revient, il m’explique ce qu’il a fait, que les prochaines prises de sang vont être décisives pour voir si la transfusion sera nécessaire, cela m’angoisse un peu mais bon, il faut faire avec…

                On me dit qu’on va t’emmener à moi, que ton papa va nous rejoindre dans la salle d’accouchement, ouf, une bonne nouvelle, tu me manques tellement, j’ai besoin de toi, ton papa…

Je t’ai enfin de nouveau dans les bras, il doit être vers 9h-9h30, tu m’as tellement manqué, mais toi, tu vas bien, c’est le principal, notre nouvelle vie peut commencer…Nous voilà tout les 4….

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :