#293 Anonyme – le récit d’un AVAC (accouchement par voie basse après une césarienne)

25 Sep

Début de grossesse, je suis heureuse mais les questions sur l’accouchement me tourmentent déja (1er enfant par césarienne pour siége sur bassin limite, qui en me renseignant pour le deuxiéme n’était pas limite). Bref, je refuse la césarienne itérative.

Je décide de prendre en suivi ma sage femme libérale. Je sais qu’elle croit en moi, qu’elle me donnera son avis en se basant sur des textes, lectures… récentes.

Je décide également de choisir une maternité à une heure de chez moi car elle est labellisé amis des bébés et respecte davantage le choix des femmes…

Je vois le gynécologue de cette maternité qui parle pathologie (comme tous les gynécos que j ai rencontré). Il m indique que je risque les forceps (car mes mesures sont dans la norme mais une limite) ou une césarienne aprés un long travail. Je refuse catégoriquement la césarienne programmée. Il respecte mes choix (pas comme à mon premier enfant).

Mon terme approche, bébé toujours au chaud. Le gynécologue me parle de déclenchement au terme. Il sent ma non adhérence à ce projet, il me propose des monitorings et de me revoir quelques jours aprés le terme.

Même si il m’a fait peur, pleurer, douter, il m’a toujours écouté, à sorti ses arguments mais je me suis toujours sentie respectée.

Il me parle cependant du travail devant avancé à un centimétre à l heure!  Je ne suis pas d’accord, ce n est plus d’actualité!!! Je n insiste pas sur ce point car je ne peux pas me batailler sur tout mais, c est noté, j’avance le travail toute seule chez moi pour échapper à cette série médicale!

J’aurais aimée être accompagnée et accoucher à mon domicile mais dans notre département, ce n est pas possible (encore moins avec une césarienne au précédent!!!).

Puis vient la veille du terme, je me réveille sur une contraction, je perds les eaux. Puis, calme plat. Pas de contractions. J’ai peur. Je sais que si je vais à la maternité sans contractions, ils vont tous faire pour que je l’ai cette césarienne. Puis mes contractions arrivent doucement… Je prends mon temps, prépare mon premier (malgré les contractions qui s’accelèrent), j’ai le temps. J’ai retenu que si j’arrive trop tôt, on va m’accrocher au monito, surveiller ma dilatation, me perfuser, me déshabiller pour me mettre une blouse dépersonnalisante…

Les contractions se déchainent, se rapprochent à grande vitesse… J’ai envie de pousser (ce n’est pas possible, ça ne fait que 2heures!!), mon mari me force à partir.

Ma sage femme libérale que j’ai prévenue me rappelle. Elle comprend que je suis en train de donner naissance et que je ne pourrais pas aller dans la maternité choisie. Nous allons donc à la plus proche. Je refuse la position sur le dos (de toute façon, je ne la supporte pas), je me sens bien accroupie sur mes genoux mais les sages femmes ont besoin de voir l’évolution du travail (je ne les sens pas à l’aise du tout). On finit par m’installer sur le coté (compromis). Elles discutent entres elles, je n’entends pas ce qu’elles disent. Je regarde le monito qui est normal. Je leur demande à plusieurs reprises s’il y a un souci, elles me disent que non. L’aide soignante finira par me dire qu’elles s’arrangent car il y a trop d’accouchements. Une des sages femmes me fait plusieurs touchers (plus que des touchers, selon mon mari) sans jamais me prévenir. Je me sens violée dans mon intimité. Puis viens l’heure du « pousser ». Personne ne cherche à savoir ce que je ressens. Oui j’ai envie de pousser mais pas forcément quand elles le disent exactement. Mon accouchement est standardisé comme tous ceux fait par péridurale. On me fait accélérer la poussée (je résiste plus ou moins car j’ai peur des forceps si ça n avance pas assez vite pour eux). Je pense: « y a du monde qui attend ». Mon bébé naîtra, j’aurais l’honneur de l’attrapper et de le mettre directement sur moi. Il y restera trois heures. La sage femme qui est restée a respectée mon choix de ne pas l’aspirer…. Je serais resté à peine 40 min pour accoucher. J’ai eu une grosse déchirure du périnée. Je ne pense pas que cette accélération du travail m’ait permis de garder mon périnée intact!  J’ai failli accoucher chez moi (mon mari n’aurait pas été la, je n’y serai pas aller) à cause de cette peur des protocoles… Vouloir obliger les femmes, les ficeler,… ne feront qu’accentuer les accouchements sauvages qui seront là dangereux pour la mére et l’enfant!

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :