Accouchement à la maternité avec une sage-femme indépendante – Suisse

22 Déc
Lundi 19 aout à 3h30 du matin sont arrivées les premières contractions. Nous avons prévenu par SMS notre sage-femme qui avait assuré le suivi de grossesse vers 5h30. Elle nous a dit de surveiller, le pré-travail avait du commencer. Les contractions plus ou moins régulières ont continué jusqu’à 13h30 et là perte des eaux! On rappelle la sage-femme. Elle nous dit de manger et qu’elle passe nous voir à la maison vers 14h30. Elle arrive et là c’est parti pour les grosses contractions: je prends un bain, je ressors, mon mari me masse le bas du dos, je suis dans ma bulle, j’essaye d’appliquer la pleine conscience, ça fonctionne bien. La sage-femme nous dit que le travail a bien commencé, elle repart vers 15h30 et reviendra nous voir d’ici une heure. A 16h20 dans mon bain les douleurs deviennent insupportables: mon mari rappelle la sage-femme, il faudrait partir à la maternité! Elle arrive chez nous à 16h40, contrôle mon col, il est dilaté à 6: on est parti pour la maternité. La douleur me prend tout le corps, je monte dans la voiture et pendant le trajet je sens la tête du bebe qui pousse! 17h10 on arrive à la maternité, je dis juste à mon mari entre deux hurlements : « Elle sort! ». Vite vite, on me met dans une chaise roulante et on part dans la salle d’accouchement, ma sage-femme me rassure et me dit de pousser. Heureusement qu’elle est là pour m’encourager car la douleur est insupportable. Elle prend ma main et me fait sentir la tête du bébé! Elle est presque là! Deux poussées et la voilà dehors. A 17h32 notre petite Louise a débarqué. Le périnée bien préparé, je n’ai pas besoin de suture. Comme tout est OK et que notre petite merveille va bien, 24 heures après nous pouvons rentrer à la maison. Un accouchement express et physiologique mais magnifique!
Anonyme
Publicités

Une Réponse to “Accouchement à la maternité avec une sage-femme indépendante – Suisse”

Trackbacks/Pingbacks

  1. D Day, le Grand Débarquement | Petite choucroute et sa maman - 9 janvier 2014

    […] Posté dans Ventre rond, gros bidon par La maman de la petite choucroute Dix jours avant le terme, 16h, une pharmacie spécialisée en phytothérapie: J’achète un stock de tisanes de feuilles de framboisier et de sauge. Pour tous mes déplacements, celui-ci compris, je marche des kilomètres. Le bébé est encore très haut et n’a pas l’air de vouloir descendre. Ma fille se sent bien dans mon ventre. Elle va y rester encore longtemps?   Sept jours avant le terme, 17h, sur un banc de la campagne genevoise: J’appelle ma maman en pleurant. Je n’en peux plus de mon gros ventre. J’aimerais que ma fille arrive, la rencontrer, connaître son visage, lui murmurer des mots doux, faire sa connaissance. Je suis impatiente au point d’en pleurer. Je veux accoucher.   Quatre jours avant le terme, 3h du mat’, à la maison: Les premières contractions. Je n’en avais pas eu de toute ma grossesse. Je les sens qui vont et qui viennent. C’est irrégulier et ça ne fait pas trop mal. Je me dis: "Tout le monde en fait toute une histoire mais ce n’est pas si douloureux!" Vers 5h30, on prévient par SMS la sage-femme qui avait assuré le suivi de grossesse (suivi et accouchement avec une sage-femme de l’association Bien Naître) et qui va m’accoucher. J’ai choisi de mettre mon bébé au monde à la maternité des HUG mais avec une sage-femme indépendante. Elle nous dit de surveiller, le pré-travail avait dû commencer. Elle annule ses rendez-vous de la journée en prévision.  Les contractions plus ou moins régulières continuent jusqu’à 13h30 (toujours sans trop de douleur) et là perte des eaux! On rappelle la sage-femme. Elle nous dit de manger et qu’elle passe nous voir à la maison vers 14h30. Peu avant qu’elle arrive, la douleur, la vraie, commence. Des grosses contractions qui me prennent tout le corps. Je comprend enfin que là, je vais en baver et qu’on n’est pas là pour rigoler mais pour accoucher et que ça se passera dans la souffrance! Je prends un bain, je ressors, monsieur choucroute me masse le bas du dos, je suis dans ma bulle, j’essaye d’appliquer la pleine conscience, ça fonctionne bien. La sage-femme nous dit que le pré-travail a bien commencé mais que les contractions sont toujours anarchiques. Le col est à peine dilaté. Elle repart vers 15h30 et reviendra nous voir d’ici une heure. A 16h20 dans mon bain les douleurs deviennent insupportables: mon mari rappelle la sage-femme, je n’en peux plus! Elle arrive chez nous à 16h40, contrôle mon col, il est dilaté à 6: on part pour la maternité. La douleur me prend tout le corps, je monte dans la voiture et pendant le trajet….. je sens la tête du bébé qui pousse!   Quatre jours avant le terme, 17h10, à la maternité: On arrive à la maternité, je dis juste à mon mari entre deux cris: “Elle sort!”. Vite vite, on me met dans une chaise roulante et on part en salle d’accouchement. C’est la salle nature, spécialement prévue pour les accouchements physiologiques mais je ne regarde même pas le décor tellement je suis concentrée sur ma douleur. Ma sage-femme n’a pas le temps de mettre sa blouse ni de me poser la perf’ comme le veut la procédure. Elle me mets le monito et me rassure et me dit de pousser. Heureusement qu’elle est là pour m’encourager et me coacher car la douleur est insupportable. Je n’arrive plus à réfléchir, je suis comme un animal. Je pleure et lui dis "Je ne vais pas y arriver". Elle prend ma main et me fait sentir la tête du bébé! Elle est presque là! Ma sage-femme me propose de me mettre à quatre pattes et en deux poussées, sous ses encouragements, voilà mon bébé dehors. A 17h32 notre petite choucroute a débarqué. Le périnée bien préparé, je n’ai pas besoin de suture. Comme tout est OK et que notre petite merveille va bien, 24 heures après nous pouvons rentrer à la maison. Un accouchement physiologique, naturel, comme je le voulais mais avec la sécurité de la structure médicale si nécessaire.   J’ai la chance d’avoir eu l’accouchement qui convenait le mieux à monsieur choucroute, la choucroute et moi. J’ai aussi eu la chance d’avoir eu une sage-femme qui assure, qui a su me guider, me comprendre et me rassurer. Et surtout m’a permis d’avoir l’accouchement dont je rêvais. J’ai partagé aussi ce récit sur le blog Mon corps, mon bébé, mon accouchement. […]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :