#331 Accouchement en Belgique francophone, 2014

31 Jan

Tout commence le 04 janvier 2014 dans l’après-midi. Cela fait 2 jours que je ne me sens pas bien. Bébé est descendu et pousse vers le bas car je ressens des douleurs dans le bas du ventre. Mon mari est parti travailler mais il n’a pas l’esprit tranquille et appelle ma maman à la rescousse. Environ 2 heures se passent et je ne me sens toujours pas mieux. J’ai des contractions qui durent de plus en plus longtemps et qui se rapprochent mais elles ne sont pas vraiment régulières. Il n’y a pas de déclenchement réel mais ma maman décide de m’emmener à l’hôpital.

A mon arrivée, dans la salle d’admission de la maternité, on me fait un monitoring qui montre une activité légère et irrégulière et un toucher qui n’a pas bougé depuis ma dernière visite une semaine auparavant (3 cm). La sage-femme veut l’avis de la gynéco de garde car je me plains de douleur dans le pubis et a peur pour la cicatrice de ma première césarienne. Elle souhaite également que la gynéco me fasse une échographie pour voir la position du bébé.

La gynéco arrivera dans l’heure. Pendant ce temps, je garde le monitoring, les contractions se rapprochent et deviennent plus régulières. La gynéco arrive et décide de me faire un toucher à la vue du monitoring. Pour elle, mon col se dilate, je suis à 4 cm. Elle déclare : « je pense bien que le travail se met en route ».  Avec la sage-femme, elle me propose de m’installer dans une chambre pour suivre le déroulement du travail. Je me lève de la table d’examen et là la gynéco me dit : « mais vous mesurez combien ? » je réponds 1m 54 cm, « vous a-t-on fait une radio du bassin ? » je réponds non. « Qui est votre gynéco ? » je réponds Docteur X  Et là, tout haut elle s’exprime : «  mais pourquoi il ne l’a pas fait celui-là ? ». Je me sens mal à l’aise et à la fois une peur m’envahi, mon bébé passera-t-il ?  Elle me fait douter !!

La gynéco insiste pour que j’aille faire l’examen en urgence, ce que je fais et là tout s’enchaine et va beaucoup trop vite. L’examen se déroule sans souci. Juste après, on  m’installe directement dans une chambre. On m’apporte les bas, une blouse et on m’installe une perfusion. Je comprends alors que ce sera la césarienne. Je ne réagis pas de suite mais la sage-femme me prépare. La gynéco arrive et affirme votre bassin est trop petit, vous avez un bassin d’homme. Elle raconte plein de choses avec des chiffres que je ne parviens pas à comprendre.

Les larmes sont là mais je n’arrive pas à pleurer. Dans ma tête tout se bouscule, je prends sur moi car je comprends ne pas avoir d’autres alternatives. Je ne vais pas aller contre l’avis d’un médecin. Je me sens incomprise, personne ne me soutiens, mon mari n’étant pas là. Il est 17h45, je l’appelle et il arrive au plus vite.

A son arrivée, 30 minutes plus tard, nous apprenons qu’une opération d’urgence aura lieu avant ma césarienne. De ce fait, le stress m’envahi. Dans la soirée, les contractions sont présentes mais pas plus douloureuses ni régulières. La sage-femme de l’après-midi me refait un toucher car je panique de devoir attendre puisqu’en début d’après-midi tout devait aller très vite car le travail se mettait en route. Pas de changement entre 17h et 20h, toujours 4 cm.

Il est 21h15, on vient me chercher pour la césarienne. Tout se passe comme à ma première césarienne sauf qu’on me pique 2 fois dans le dos. L’anesthésiste me demande si je suis allergique à quelque chose, je réponds oui à la pénicilline. Il hésite à me donner un autre antibiotique mais a-t-il consulté mon dossier ?

Bébé arrive à 22h05, il va bien malgré 2 circulaires. Et là, la gynéco me dit vous voyez on a bien fait de faire la césarienne !! Je pense que d’autres bébés naissent aussi par voie basse avec le cordon autour du cou. Une stagiaire fait quelques photos de la naissance mais vraiment un minimum. On me montre mon bébé quelques secondes à côté de moi, une photo avec le papa et il part pour ses soins. Peu après, bébé retourne dans la chambre avec papa et la sage-femme.

La gynéco termine son travail. Une fois la césarienne terminée, je suis contente qu’on est samedi, il n’y a pas de salle de réveil et que je vais vite pouvoir retourner dans ma chambre auprès de mon bébé. A mon arrivée dans la chambre, bébé est déjà pesé, mesuré et habillé.

La sage-femme me dépose Louis sur moi, puis je ne vois plus personne pendant un moment. La stagiaire arrive pour prendre mes paramètres. Je pense être rafraîchie mais il n’en n’est rien, je dois demander pour l’être et ce sera du vite fait. Nous dormons comme on peut, les douleurs commencent à se ressentir. Bébé est calme et dort bien.

Voici l’histoire de ma césarienne ; mais au fur et à mesure de mon séjour à la maternité des actes, des paroles de certaines personnes vont venir éclairer ma lanterne sur la décision prise rapidement d’effectuer une césarienne quasiment en urgence :

  • En 2h, il a été décidé de ma césarienne car le travail se mettait en route soi-disant mais à 20h mon col n’avait pas bougé. Et une fois la décision prise, je n’avais plus besoin de monitoring. Ainsi nous n’avions plus de contrôles sur mes contractions qui n’étaient pas régulières du tout.
  • Je n’ai jamais fait l’échographie pour voir la position du bébé.
  • Après renseignement, il faut mesurer moins d’1m50 et chausser 36 ou moins pour faire une pelvimétrie d’office, hors je mesure 1m54 et chausse 37/38.
  • Tout va beaucoup trop vite, on ne me laisse pas grand choix, ni de m’exprimer. Dans ma tête, j’étais consciente que je risquais une césarienne du à mon antécédent mais il fallait me laisser ma chance d’accoucher par voie basse. Tout cela pour ne pas souffrir inutilement selon la gynéco si jamais on aurait quand même dû procéder à une césarienne après plusieurs heures de travail. J’ai le sentiment que l’on a arraché mon bébé de mon ventre.
  • De plus mon bébé est né 3 semaines à l’avance, peut-être que si le travail n’avait pas réellement commencé mon bébé aurait pu rester au chaud quelques jours de plus.
  • Je n’ai pas eu droit au peau à peau avec mon bébé ni à ses premiers soins.
  • J’ai appris le lendemain par la sage-femme qui a m’a accompagnée à la césarienne que le personnel de nuit ainsi que la gynéco avaient prévu de faire un repas ensemble le samedi soir. Voilà surement le pourquoi que tout devait aller si vite … fallait leur laisser le temps de manger. Mais avec l’opération d’urgence qu’il y a eu juste avant ma césarienne, il y a eu un décalage dans leur planning d’où surement le pourquoi d’avoir réalisé les premiers soins de mon bébé sans moi et que je n’ai eu droit qu’à la stagiaire pendant une bonne partie de la nuit.
  • Le soir même, la sage-femme qui est venue à ma césarienne et que je connais personnellement m’a affirmé être au courant de ma césarienne car elle avait eu la gynéco au téléphone pour des raisons personnelles. Qui dit qu’elles n’ont pas planifié ensemble ma césarienne !!?? peut-être vais-je un peu trop loin mais tout cela me parait beaucoup pour une césarienne. J’ai déjà eu une césarienne en 2010 pour siège réalisé par le docteur Y et j’en garde un bon souvenir. Ici j’ai le sentiment d’avoir été mise à l’écart de mon propre accouchement !!
  • En début de grossesse, la même sage-femme avait sous-entendu à ce que je change de gynéco pas très déontologique tout ça. Suite à ma première césarienne pour siège, elle m’a dit un jour tu ne crois pas qu’un bébé n’est pas mieux 9 mois assis sur ses fesses que 9 mois sur sa tête. N’est-ce pas un comble pour une sage-femme ??

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :