Archive by Author

#315 Second accouchement – Seine Maritime

4 Déc

Qu’il est différent d’attendre un « 2eme »! De l’inconnu dans une aventure connue!

Mon terme est prévu fin février, nous sommes d’accord avec mon conjoint, ce bébé nous le découvrirons qu’à la naissance! Garçon ou fille, peut importe! Un bébé en bonne santé, fruit de notre amour ne peut être que parfait!

Grossesse idyllique comme la 1ere! Je me sens entièrement vivante uniquement enceinte!

Ce petit kinder surprise fais bien parler de lui! Beaucoup n’apprécie pas, ne comprenne pas notre choix, pourquoi ne pas vouloir savoir? Et pourtant qu’elle aventure exceptionnelle a vivre, a l’imaginer.

Cette grossesse et son suivi,  je les veux différents de la première! Je m’entoure d’une SF libérale, une perle! Douce, calme, compréhensive, non invasive, respectueuse et j’en passe! Avec elle je fais une préparation sophro et pour la 1ere fois de ma vie j’arrive a séparer mon corps de mon esprit. J’apprend que les contractions sont mes amies et que je dois les accepter et les accompagner. Je me prépare a les prendre, les oxygéner, les accompagner et attendre les suivantes!

Jour du terme et pas l’ombre d’une contraction… Je dois contacter la maternité qui me donnera un rdv le lendemain matin.

Je doute un peu… et si ce bébé ne veut pas sortir… moi qui mise tout sur le naturel, j’ai un peu peur….

Vers 14h, je sens une contraction puis 10 mn plus tard une autre, elles sont maintenant régulières mais absolument pas douloureuses….

16h, mon fils de 28 mois se réveille de sa sieste, nous goûtons et partons faire du shooping! Les contractions sont toujours la, mais toujours pas douloureuses. Je n’ai rien dit a mon conjoint qui d’ailleurs ne se doute de rien…

18h : les contractions commencent a « picoter », nous téléphonons a la tata pour qu’elle vienne s’occuper de notre fils pour le « au cas ou »! Je doute encore que le travail a commencer!!!!

19h : je rentre dans un bon bain chaud accompagné de 2 spasfons et ensuite d’un petit garçon!!! Je sens a peine les contractions… Décidément… Ce n’est pas pour aujourd’hui. J’appelle mon conjoint pour qu’il sorte mon fils du bain pour que je puisse un peu profiter de mon bain!

19h30: je sors du bain ou du moins j’essaie de sortir du bain! Dès que mon ventre est hors de l’eau les contractions sont très intenses et très douloureuses. Je peine a sortir du bain et de m’habille. Je m’installe dans la salle, commence a imaginer mes cours de sophro! Je me détend, je visualise tout, il fait beau, il fait chaud, je suis sur une belle plage de sable fin, ( non non je suis dans ma salle, j’entend mon fils qui joue avec ses jouets, il fait -10 dehors!!!) J’entends les vagues, je sens le soleil qui  chauffe juste comme il faut sur ma peau, je me remémore les mots clefs de ma SF et son mot favori :  CAAAAAALMEEEEEE!

Les contractions sont  douloureuse, forte et longue tres longue! Je suis agenouillée devant mon canapé, je balance mon ventre de gauche a droite, je commence a faire des son grave, je souffle, je respire.

20h :je vais coucher mon fils, je tenais a le faire. Mon gardon, mon tout petit garçon… Comme il est difficile de te quitter… Mon bébé comme je t’aime… La prochaine fois que je te verrais tu seras grand frère.

20h30: nous partons… La route est difficile, neige et verglas nous accompagne et les contractions aussi!!!!! Elles sont juste incontrôlables en voiture!

21h: je suis prise en charge des mon arrivée par une SF, elle comprend tout de suite que le travail est bien avancé et qu’il ne faut tarder! Nous allons en salle d’examen et s’exclame qu’elle n’a pas de chrono mais sent que les contractions ont un intervalle d’à peine 2mn.

Je ne parviens pas a me déshabiller, les contractions ne me laissent plus de répit, 1 toutes les minutes! La Sf me coupe mon jeans et m’examine, je suis a 8 hop on file en salle de travail! Je demande la salle nature et/ ou une baignoire. Manque de chance la salle nature est prise… Je m’effondre un peu a cette annonce… et craque pour une péri….. La SF me dit  » ho non! vous gérez super bien! Vous faite un excellent travail! Je sens et sais que vous pouvez le faire sans peri, je suis là a vos cotés,  mais je n’avais pas imaginé accoucher autre part qu’en salle nature… j’aurais du… j’insiste néanmoins sur le fait que j’en veux une toute toute petite. L’anesthésiste arrive et impossible a expliquer mais tout le long de la pose de péridurale je n’ai eu aucunes contractions… pourtant anesthésiste a bien du mettre 20 minutes….

La SF me glisse que je suis a 9 et qu’elle a menti a l’anesthésiste sinon il ne m’aurait pas fait ma peri. Celle ci ralenti le travail et me permet de souffler un peu, mon bébé s’engage dans mon bassin, nous mettons le CD sur lequel nous voulons qu’il naisse.

Je sens que ca pousse, la SF me demande comment je veux m’installer, et si je préfère une déchirure ou une episio si ça doit craquer! Je suis surprise par sa demande! La SF est jeune 25/26 ans, elle est très gentille et très ouverte! Nous lui avons dit des le début que nous ne connaissons pas le sexe du bébé ( elle nous félicite) et  nous dit qu’elle ne peut pas faire de gaffe car rien n’est mentionné dans le dossier! Qu’elle nous laisse gérer comme on veux, c’est notre accouchement et notre bébé! Elle accepte tout ce qu’on lui demande dans la mesure ou elle peut accepter et /ou faire! Un pur bonheur! Une perle!

Nous nous installons, la péridurale ne fait plus effet, je pousse plusieurs fois sur la même contractions et sent bien mon bébé descendre! C’est impressionnant de sentir, n’ayant rien senti pour mon 1er! La tête sort, les épaules et mon corps se redressent et mes mains saisissent ce petit être dodu,  pour le sortir.

Je pose mon bébé sur mon torse, je le regarde, il est sublime, des petites rondeurs se dessinent par ci par la! Comme il est beau! Il? Elle? J’envois le papa découvrir qui était resté caché 9 mois et 1 jour et qui a suscité tant de questions!!!!

Il revient les yeux plein de larmes, et m’annonce que c’est notre petite fille qui vient d’agrandir notre famille!!! Nous sommes tellement heureux! Mon homme en rêvait de cette petite fille! Et mon fils avait raison! Du haut de ses 28 mois il criait corps et âmes que c’était une petite soeur dans le ventre de maman ( après avoir compris que ce n’était pas le Père Noel!!!!)

Une petite fille, qui vient de naître a la même heure que son frère, dans la pénombre , l’amour, le calme, le bien être et sur du Bob Marley!

 

Nikky

Publicités

Premier accouchement – Seine maritime – 2009

4 Déc

En 2009, il m’a été donné de vivre la plus belle des aventures, celle de porter et de donner la vie!!

j’ai toujours pensé que j’étais venue au monde pour devenir mère! Chose faite en 2009! Ce que je n’avais pas pensé c’était la manière dont j’allais être actrice pour le devenir.

Après une grossesse quasi parfaite ( une petite MAP d’un mois) la fin de ma grossesse arrive a grand pas… a mon grand désespoir… j’aurais bien signé pour 1 mois supplémentaire!

J’appréhendais néanmoins le jour J, le travail, la douleur…. je n’avais jamais été a l’hôpital, jamais cassé un membre, jamais eu de point de suture ect… comment saurais je accepter la douleur?

J’entendais tout autour de moi, ces femmes qui décrivent ce jour comme étant le plus beau mais le plus atroce de leur vie….

Ma MAP m’ayant empêcher de suivre mes cours préparation a l’accouchement, mon stress était au plus haut niveau en imaginant ce jour….

Le jour J patiemment attendu arriva! les fameuses contractions aussi!!!!!

Je me dis que ce jour, c’est le mien! qu’il faut être a la hauteur! c’est a la fois excitant et terrorisant…. au terme de ses contractions, j’aurais un magnifique petit garçon, je serais responsable de lui toute ma vie, 24h/24h – 7j/7j. J’ai beau y avoir mûrement réfléchi pendant quelques années avant de me lancer, j’ai encore la trouille!!!!

8h: les contractions sont la, irrégulières, douloureuses, parfois non. je prend un bain, m’active, fais le ménage, vérifie pour la 50eme fois la valise de mon bébé garçon, 10 fois la mienne… on est « prêt »…!!!

13h :on mange, je sens que la journée va être longue, je mange des féculents a contre coeur, j’angoisse et les douleurs me donnent la nausée.

15h, : je souffre vraiment, les contractions sont dans mes reins, je ne sais absolument pas comment les accompagner et pire je les considère comme une ennemie…

Nous partons pour la maternité. Apres examen la Sage Femme m’annonce fièrement que j’ai bien travaillé que je suis a 4. Je suis dépitée… j’y suis depuis 8h du matin… Elle me propose la salle de travail avec la péridurale, ou continuer a marcher.  J’accepte de continuer a marcher. Mais avant nous devons passer par la phase « monito »… Pendant 30 mn je dois rester allongée sur le dos, la ceinture tenant les capteurs sur mon ventre me serre de trop, la douleur est horrible dans mes reins, je crois que je vais vomir, je ne supporte plus les contractions ni les mains de mon homme qui ce posent sur moi… Il le faut cet examen est obligatoire… fin de mon supplice,  nous allons nous promener dans les jardins de la maternité. Accrochée au bras de l’homme de ma vie, je reste totalement muette tellement la peur m’envahie. Pourtant il est si bon de savourer de ces derniers moments a « 2 et demi » le soleil de cet fin septembre nous réchauffait  délicatement le dos.

A 17H30:  nous partons en salle de naissance, je suis a 6. On me propose la péridurale, je doute encore, j’en ai tellement la trouille… la SF me propose de repasser dans 30 mn! peut être que d’ici la j’en saurais plus!

2 femmes arrivent a ce moment la, elles hurlent, crient, pleurent, implorent… digne d’un film d’horreur! je suis seule, mon homme est parti fumer. Je remet mes vêtements, prends mon sac et décide de partir d’ici, je ne POURRAIS pas accoucher ici!

La SF me voit partir et me rattrape, je fond en larmes, j’ai peur j’ai mal, je suis terrorisée. Elle me rassure du mieux qu’elle peut, je retourne en salle de travail… Et craque pour la péridurale.

Mon homme reviens, l’anesthésiste arrive, pose sa péridurale et repart en me lançant « bon courage »…un de plus a me terroriser!

La péridurale commence a faire effet et les effets secondaires aussi… A commencer sur mon bébé, qui verra son rythme cardiaque descendre a 45, des SF qui arrivent en hurlant, se jettent sur moi et me retournent sur le coté comme une crêpe, sans rien m’expliquer et repartent….

J’ai commencé a trembler aussi et ce, jusqu’à ce qu’on me pose mon fils sur moi…

Je n’ai plus aucunes sensation, je suis anesthésiée du ventre jusqu’aux orteils, impossible pour moi de lever une jambe ou bien même d’essayer.

On me demande si j’ai un « projet de naissance », jusqu’à ce moment la je n’avais jamais entendu ce terme, on m’explique vaguement, la position pour accoucher, le peau a peau, la mise au sein ect.

A 1h,  la SF décide qu’il est temps de sortir ce bébé, allongée sur le dos on m’explique comment je dois pousser, on essais, je ne sens même pas mes contractions et je ne sais donc pas quand je dois me préparer et pousser… on me guide. C’est long, très long… 50 mn de poussée, une episio ( sans consentement) et on me pose mon bébé sur le ventre!

il est 1h50, mon fils pousse son 1er cri! il ouvre ses yeux et les plonge dans les miens! De longues longues minutes… il me découvre, je le découvre, nous nous découvrons tous les 3! Nous sommes à pressent une famille! Il reste en peau a peau quelques temps sur moi le temps de la tétée d’accueil, pas besoin de lui montrer,  mon petit bonhomme sait déjà faire comme un pro! On fini par me le prendre, l’aspirer, le nettoyer un peau et l’habiller.

A 5h30 du matin nous remontons en chambre et finissons notre nuit magique!

Quelques jours après, j’avais une sensation étrange, celle d’avoir subi cet accouchement. Je l’ai bien vécu, j’ai survécu! Mais intimement  (et pourquoi qu’après),  je me dis qu’on peut donner naissance a son enfant sans subir son accouchement mais en etant actrice de celui ci!

Si 2eme il y a, je veux que cette accouchement sois différent……et 2eme il y a eu!!!!!!

Nikky

Adeline – Maine et Loire

4 Déc

Lors de ma première grossesse, j’ai su très vite que notre petite demoiselle avait trouvé SA position idéale:le siège! La gynécologue qui me suivait m’a proposé la version par manoeuvre externe mais l’équipe médicale qui m’a accompagné ce jour-là a constaté également que notre petite puce n’avait vraiment pas envie de bouger et n’a pas insisté. J’essayais tant bien que mal de me faire à l’idée que j’accoucherais par césarienne et non pas par voie basse alors que mon suivi en haptonomie m’avait fortement préparé à l’accouchement dont je rêvais pour une première! Ma gynécologue avait déjà programmé la date de la césarienne!
Mais le jour de la version, l’équipe médicale m’a dit que malgré le fait qu’elle soit en siège je pouvais très bien accouché par voie basse mais que je serais « seule » pour faire le travail et qu’en cas de difficulté l’équipe médicale ne pourrait pas m’accompagner avec forceps, cuillère, ventouse… Ca tombe bien, ces instruments ne m’enchantent guère!
Après une radio de contrôle de mon bassin et de nombreux échanges avec ma sage femme et ma gynécologue (qui malgré le fait qu’elle ait programmé la césarienne, est revenue sur sa décision…), nous étions, avec mon mari, sûrs de notre choix!
L’accouchement s’est déroulé super sereinement avec une équipe médicale à l’écoute, voulant tous assistés à un accouchement par voie basse en siège car apparemment ce n’est pas si répandu que ça! Et une petite puce qui a super bien travaillé même quand sa maman n’en pouvait plus!
Seul petit bémol:le fait qu’on ne m’ait pas proposé la première tétée en salle d’accouchement et que du coup l’allaitement a été un peu long à se mettre en place!
Un deuxième accouchement tout aussi magique pour la petite soeur:un travail qui arrivait à son terme à notre arrivée à la maternité; je m’étais dit que je ne souhaitais pas d’emblée la péridurale sauf si la douleur devenait trop intense mais finalement je n’ai pas eu à me poser la question car notre deuxième louloute était très pressée! Et ça s’est passé tout en douceur! Avec cette fois une première tétée en salle d’accouchement!
En résumé:deux grossesses épanouissantes et deux accouchements magiques!
Adeline, Maine et Loire, France

#314 Premier accouchement – Haute Garonne – 2011

4 Déc

Bonjour,

J’ai accouché en 2011 de mon premier enfant dans un hôpital universitaire de la haute-garonne (France). Tout au long de ma grossesse je n’ai pas su trouver les personnes qualifiées pour m’accompagner. A vrai dire je n’ai pas non plus trop cherché ! En fait je m’en suis totalement remise au corps médical pour suivre cette grossesse et me dire ce que je devais faire.
Aujourd’hui, avec le recul, je regrette mon choix, j’aurais du prendre les devant, c’était MA grossesse après tout ! Mais par peur de mal faire j’ai préféré faire confiance et suivre le cycle très classique d’une grossesse tout aussi classique.
J’ai eu une grossesse donc très facile. Aucun souci particulier à l’horizon. Et pourtant j’ai choisi de m’inscrire dans une maternité de niveau 3 pour mon accouchement, persuadée de bénéficier ainsi d’un suivi et d’une réactivité à toute épreuve en cas de problème.
Tout ce que j’ai trouvé c’est un personnel débordé, aucun suivi particulier, j’entends par là, une seule et même personne pour suivre mon dossier, histoire de me sentir un peu plus à l’aise. Mais non, à chaque rendez-vous, une personne différente, qui reprend mon dossier de A à Z.
Puis arrive le jour J, je perce la poche des eaux, j’appelle mon homme pour qu’il rentre. Pourtant je devrais accoucher 8 jours plus tard… Est ce que le rendez-vous avec la sage-femme hier y serait pour quelque chose ? Je comprendrais bien plus tard que celle-ci m’avait fait un décollement de membrane sans m’en avoir parlé. Je comprendrais bien plus tard d’où venaient ces douleurs.
Nous voilà donc sur la route pour la maternité. Là bas je suis prise en charge rapidement, contrôle monito, TV etc. C’est sûr, je vais bientôt accoucher.
36h plus tard !
Alors oui pour un premier ça parait normal, le travail est long, mais pas dans ces conditions. JE me suis retrouvée installée dans une chambre double avec très peu d’intimité. Mon homme n’a pas eu le droit de rester passer la nuit avec moi. J’ai donc du subir mon travail seule, aux côtés d’une jeune femme allemande elle aussi seule…
En pleine nuit, épuisée, j’appelle quelqu’un pour savoir où j’en suis, on me demande de changer de lieu pour l’examen [très facile quand les contractions sont là hein !]. La femme qui me prend en charge n’est pas des plus tendre et me répond de manière plutôt sèche. Alors oui je veux bien qu’elle sache ce que c’est d’accoucher, qu’elle ait vu beaucoup de futures mères, n’empêche que moi c’était ma première fois et j’étais effrayée, sans repère aucun.
Le reste de la nuit ne fut pas mieux, j’ai eu droit à une dose de calmant pour tenter de me reposer un peu.
Le lendemain, les choses progressent et j’ai le droit d’aller en salle d’accouchement !
Salle dans laquelle je resterais plusieurs heures, bloquée dans mon lit par la péridurale.
Par manque d’information, par peur de mal gérer la douleur, j’ai demandé la péridurale. Celle-ci a ralenti considérablement le travail, elle avait dévié, j’avais donc une jambe totalement morte et enflée et l’autre qui était bien dosée.
Pompom sur la cerise, voilà que je fais un malaise ! bah oui plus de 24h sans boire ni manger avec les douleurs et la nuit très courte et une dose de péri ça n’aide pas. Oui je n’ai pas eu le droit ni de boire, ni de manger « au cas où » il faudrait m’envoyer au bloc… Je me demande encore pourquoi je n’ai pas insisté pour avoir quelque chose.
Heureusement pour moi, la poussée s’est bien passée et tout s’est bien terminé.
Si je devais faire ma liste de regrets, je regrette de ne pas avoir eu la tétée de bienvenue, je regrette de ne pas avoir pu gérer mon travail tout en étant mobile (avec du matériel et un personnel adapté), je regrette d’avoir demandé la péri, je regrette de ne pas avoir pu choisir ma position pour accoucher, je regrette de ne pas m’être sentie à l’aise dans ce si grand moment d’intimité.
S’en est suivi une aide pour la mise au sein catastrophique, avec une sage-femme de la vieille école me conseillant de lui donner un peu de biberon si jamais je n’arrivais pas à l’allaiter, à peine 2h après l’accouchement…
Pour mon second enfant, je sais ce que je ferais et surtout ce que je ne ferais pas. J’ai vu qu’une maison de naissance ouvrait ses portes en début d’année prochaine. J’espère vraiment pouvoir en bénéficier !

Supamam !

Merci pour votre travail !

Coralie – 5 mars 2011 « mon accouchement restera un excellent souvenir gravé en moi « 

8 Nov
  17 février 2011 dernier:  rendez-vous sage femme avant mon terme (qui soit dit en passant ,personne n’est d’accord: certains disent le 3 mars d’autres le 10 moi je suis sur que se sera pour le 5)
La Sage femme est  froide, à l’examen tout est ok, mais beaucoup de tension et de rétention d’eau …no comment elle me laisse repartir avec mes étoiles devant les yeux!
Je commence à en avoir marre, on me prévoit un beau bébé, de plus de 4kg. Tout le corps médical pense à un bébé pour fin février. je suis partie comme ça et du coup je me met ça dans la tête… Les jours passent, je fête mon anniversaire le 20 février. Ma mère est inquiète par l’état de mes jambes et mes étourdissements mais c’est une bonne journée malgré la fatigue, moi je voulais accoucher après mon anniv’ !  chose faite :  je dis a bébé « c’est bon tu peux sortir maintenant!!! » sauf que rien …
3mars : mon compagnon voit ses vacances prendre fin et moi je désespère.  On tente de s’occuper donc on pars aux courses et là pliée en deux sur le caddie je marche grâce a lui. Les courses sont un calvaire,  mon homme n’arrête pas de me demander si il doit appeler les pompiers (un peu stressé le gars lol) puis plus rien.  Arrivés à la maison, mes jambes me font mal ,la barre au sternum reste présente en permanence et les étoiles devant mes yeux m’éblouissent perpétuellement …
4 mars : Je pleurs tout le temps depuis plus d’une semaine, mon homme craque et arrive à me convaincre d’aller à la maternité. Apres un appel à la mat (c’est une sage femme sympa)  j’accepte d’y aller.
Arrivée vers 14h après un peu d’attente, on me met dans une chambre d’examen et me branche le monito.  45min plus tard elle constate comme moi qu’il y a des contractions.   Pour moi c’est pas vraiment une bonne nouvelle,ça fait 1 mois que c’est le cas, j’ai peur de rentrer chez moi, je veux rester et accoucher !
Examen du col(15H) je suis à 2cm « nan sérieux!…cool ».  Un pipi dans un petit pot(facile,  oui enceinte surtout a quelques jours du terme on a toujours envie) car elle est inquiète.  Je suis à plus de 17 de tension … sauf qu’après le test dans les urines elle appelle le gynéco car 3g de protéine dans les urines ce n’est pas bon du tout (sauf que moi j’en sais rien et on ne m’explique pas ce que ça signifie)  ! On me garde.  Je suis contente mais un peu flippée de ce qui m’attend… C’est bien connu,  l’inconnu impressionne toujours un peu!
La sage femme me montre la chambre ou je vais passer la nuit mais je ne prête pas attention a ce qui s’y trouve dedans. Mon homme inquiet lui aussi, ne sait pas trop quoi faire. La sage femme le rassure et lui dit que ce serait bien de me rapporter des affaires une fois mon enregistrement fait à l’accueil. Et moi, pas tout a fait consciente, je lui dit » le strict minimum, je rentre demain ».  Mais la sage femme me contredit ,vu le résultat de mon examen urinaire.  Si je n’accouche pas dans la nuit on me déclenchera  demain matin, donc  vaut mieux  apporter le sac de bébé aussi. Je comprend d’un coup que tout se passe pas aussi bien qu’on me le laisse croire… Alors nous voila partis pour réserver la télé et m’enregistrer à l’accueil. Toujours des petites contractions qui me tendent le ventre pas vraiment agréables mais largement supportables sauf qu’arrivés au rez de chaussé, une plus violente efface mon sourire suivie de près par une seconde… J’ai du mal à rester concentrée, je tente de faire bonne figure et répondre aux renseignements demandés. Je remonte en chambre, cette fois je la regarde vraiment et c’est bizarre de se retrouver la avec cette petite « caisse à savon » transparente vide en se disant que bientôt se sera mon bébé qui dormira dedans…  La pression monte d’un cran.
La SF revient je lui indique que les contractions sont plus douloureuses. Examen.  il est 17H30 je suis à 4 bon cm, alors mon compagnon rentre à la maison se reposer, s’occuper du chien et manger un morceau.  Je le tiens informé.  Les contractions s’intensifient et j’ai pas du tout envie qu’il me voit souffrir …Il rentre,je préviens par texto ma mère et ma soeur que c’est pour demain au plus tard ! J’ai chaud,à  chaque contraction je sue donc je file sous la douche. C’est agréable l’eau chaude qui ruisselle sur mon ventre, qui ne cesse de se durcir douloureusement. J’y reste un moment, je suis dans ma bulle je n’ai plus aucune notion du temps puis comme si j’avais passé un autre palier dans la douleur. Je ne contrôle plus rien; je suis incapable de respirer,parler ou marcher quand la contraction est la.  Je sonne , j’ai besoin d’aide et vite la sage femme arrive accompagnée d’une élève.Elles m’aident a aller sur mon lit, me sèchent  et m’enfilent une blouse. Un examen du col. Elle me demande la permission pour que l’élève fasse aussi l’examen, j’accepte. Après la contraction qui me fige de douleur, je suis à un bon 6 presque 7 . Elle propose la péridurale j’accepte ! Un texto à mon homme, pas de réseau… tant pis. On part en salle d’accouchement en fauteuil. Je tremble, j’ai peur il est 20H30. Dehors il fait noir je traverse le couloir vitrifié qui mène à la salle d’accouchement la peur au ventre , des questions pleins la tête , des larmes pleins les yeux. Je vais attendre une heure avec l’élève qui m’aide à rester concentrée , à respirer et surtout à ne pas m’affoler. La douleur m’envahi complètement.  Je ne pense plus a rien, qu’a elle, en me demandant quant ça va s’arrêter. Je maudis l’anesthésiste qui met trop de temps a mon gout… Ca y est le voila, il tente de faire de l’humour je ne suis plus réceptive, dos rond malgré les contractions qui ne s’arrêtent plus. Voila c’est fini, je m’allonge sur le dos, une contraction moins forte puis une autre après une courte pause. Ca fait du bien d’avoir 2 sec de pause, je suis exténuée puis mon ventre se durcit, moi je grelotte toujours mais j’ai plus mal alors je demande un téléphone pour prévenir mon homme !
22H45 :On m’injecte un produit dans la perfusion, curieuse je demande ce que sait..On me dit que c’est pour relancer le travail qui s’est trop ralenti et vu ma tension à 18 c’est pas très bon pour bébé!
23H30: mon homme arrive paniqué d’avoir manqué quelque chose mais  il agréablement surpris de me voir tout sourire.
Minuit:  La sage femme m’ausculte, je suis a 9 elle décide de me percer la poche des eaux. Après avoir vidé ma vessie je sens rien, ce qui m’inquiète pour la suite.  Paf , la poche lui explose au visage  comme un ballon de baudruche, j’y suis pour rien mais je suis désolée,  je suis gênée même si elle m’assure que tout va bien ! Bébé pousse donc comme il faut vers le bas, elle me propose de me mettre sur le coté pour que bébé se présente encore mieux et facilite la sortie.  En attendant elle va se changer et nous on rit en repensant a ce qu’il vient de lui arriver !
1H20 : Je demande à mon homme d’appeler, ça va pas j’ai chaud, je sens qu’un truc se passe j’ai comme une envie de pousser, j’ai mal…  La sf me propose de pousser alors que je suis encore sur le coté. Effectivement c’est le moment ..J’ai la pression, peur que ça parte en césarienne ,peur que mon homme voit des choses qu’il devrait pas voir, qu’il tombe dans les pommes, peur de pas savoir faire mais ça y est, installée en position gynéco on m’indique une contraction !  Première poussée, je sens que je fais n’importe quoi, j’ai la tête qui tourne et je commence a douter sur la possibilité que notre bébé sorte par la. Deuxième poussée, cette fois guidée par cet instinct qui m’envahi la sf et l’auxiliaire me motivent, me félicitent.  Je bosse bien apparemment, je répète plusieurs fois que je vais pas y arriver et puis deuxième vague d’instinct, 3éme poussée super efficace avec les encouragements de mon coach, mon homme …
« Stop stop stop arrêtez de pousser »,  je sens sans douleur mon bébé sortir vite. Très vite son front, son nez, son menton et les épaules passées.. Trop rapide,  je la vois sortir en ombre chinoise à travers la blouse de bloc placée sur mes jambes  super!
1h34 :C’est fini, cordon trop court, elle est posée sur mon ventre, je veux la remonter mais en tirant je sens le cordon entre mes lèvres.  Le papa le coupe et la voila, ma beauté ma fille, ma nouvelle raison de vivre.  Je suis mère, la lionne en moi se réveille.  Mon homme m’embrasse , trop fière de moi , elle est propre,  bien colorée.  J’ai été inquiète de pas l’entendre pleurer, mais en la voyant je sens que tout va bien.  Les félicitations des femmes fusent .Un peu de couture pour une petite déchirure après expulsion du placenta, pendant que l’auxiliaire aspire un peu,la pèse et mesure notre fille. 4kg265 ,50cm ! Wouaah j’ai réussi à la sortir et je suis même pas fatiguée !
Elle revient sur moi(enfin même si je l’ai pas quitté des yeux ) je suis heureuse et soulagée que tout soit fini. Enfin j’attendais ça depuis le jour ou j’ai vu le + sur le test de grossesse. Elle est calme et tellement belle, j’en reviens toujours pas!
Elle a faim déjà alors l’auxiliaire me dit « je vais vous l’installer », on me demande pas mon avis, ça leur parait tous évident que j’allaite. Je me sens forcée moi qui n’avait pas choisi d’allaiter , alors je refuse. Ce sera le biberon mais finalement donner en peau à peau et  ça reste un moment magique!
 Avec le recul je pense que c’est un accouchement respecté même si on ne m’a pas toujours demandé mon avis ! Ça reste un moment magique. Même la douleur je la trouve bénéfique.  Je tenterais de tenir sans péridurale la prochaine fois et je ferais sûrement la tétée  de bienvenue! Merci a Marion et Sabine de la maternité de Chinon. Malgré le fait que  j’ai pu  trouvé le suivi grossesse moyen et le séjour mitigé,  mon accouchement restera un excellent souvenir gravé en moi et ce grâce a vous .

Stéphanie – naissance premier enfant

18 Oct

Je m’appelle Stéphanie, et je suis l’heureuse maman d’une petite fille née le 21 janvier 2012 dans une clinique privée, située dans les Yvelines (78, France).
J’avais choisi cette maternité car elle était réputée pour être assez « ouverte » sur les accouchements un peu moins médicalisés. Je ne voulais pas de péridurale et pas de position gynécologique, j’en avais discuté avec le gynéco choisi qui n’avait pas posé d’objections. J’avais visité cette clinique qui m’a semblé convenir plutôt bien à ce que je souhaiter.
La sage-femme avec qui j’ai suivi mes cours de préparation m’a alors conforté dans mon choix. Elle avait travaillé 15 ans en Allemagne et me disait que les SF m’aideront le jour J.

Mais voilà le jour J, cela ne s’est pas vraiment passé comme prévu… 9h30 du matin je suis réveillé par une contraction… J’attends un peu… 10 min rebelote… Je me lève et je descends au salon… je me prépare un café… encore une… Le futur papa se lève, je veux attendre avant de lui en parler mais la contraction suivante me fait légèrement grimacer et ne passe pas inaperçu… Je suis à 7 jours du terme donc il est à l’affût du moindre signe !!!

Je lui dit que je vais prendre un bain, histoire de voir si cela calme un peu les contractions. Le bain chaud me détend mais les contractions ne passent pas, elles sont même plus proches. Mais le bain les fait paraître plus douces…

Je décide de sortir au bout d’une heure, je sais que c’est le grand jour alors je me prépare (maquillage, brushing… je veux être jolie pour accueillir ma poupée !!). Mes contractions se rapprochent toutes les 5 min, elles sont un peu douloureuses, mais je gère bien. Une fois prête, je redescends dans le salon, 12h00  je me rends aux toilettes, juste après avoir remis mon pantalon, je sens quelque chose couler… Je viens de fissurer la poche des eaux…

Et là les contractions se rapprochent (3 min) et surtout s’intensifient !!! Elles sont difficilement gérables. J’appelle le papa (parti se faire beau chez le coiffeur…J) pour qu’il revienne, il faut qu’on parte à la maternité. Le papa arrive, 15 min de trajet (on est samedi y’a pas de bouchons…), on arrive à la maternité…Il est 12h45.

La SF nous accueille, je lui fait un topo de la situation, elle m’installe et m’examine. Poche bien fissuré, dilatation à 2. Elle me pose un monitoring, elle est froide et assez désagréable… elle me serre trop le monito, je lui dit mais elle me dit que sinon ça ne marche pas (j’ai attendu qu’elle parte pour le desserrer et il a très bien marché J) et la sans me poser la question elle me dit qu’elle va prévenir l’anesthésiste. Je lui dit que je ne souhaite pas de péri, elle me regarde et lève les yeux au ciel… Elle me dit que je ne dois pas bouger pour le monito et qu’elle revient me voir plus tard…

13h30…J’en peux plus, je veux bouger !!! J’oblige le papa à aller la chercher pour m’enlever le monito… 45 min je crois que ça va !!! Elle arrive un peu excédé, m’enlève le monito et repart… sans un mot. Je bouge, j’essaye d’accompagner mes contractions mais je suis seule, le papa n’est pas préparé à ma souffrance et me supplie de prendre la péri… Je tiens bon… 14h30 la SF revient et me repose  la question… Le papa insiste…Je craque j’ai trop mal !!!

On part s’installer en salle d’accouchement, la SF me pose la perf et me fait super mal !!! Quand je lui dit elle me répond : « Oh là là vous êtes douillette… Et vous pensiez pouvoir tenir sans péri !!! »

J’ai l’impression de la faire chier… Je la surprends même à souffler quand lors d’une contraction je ne peux pas répondre à sa question… Je lui demande de m’examiner avant la péri… je veux savoir où j’en suis… j’ai toujours l’idée d’éviter la péri… Elle le fait à contrecœur… Je lui demande où j’en suis elle me répondra juste… « Ça avance… » Et là contraction… Elle part…  L’anesthésiste qui arrive… je suis coincée…

Le papa reste pendant la péri… l’anesthésiste est très doux et très gentil, je ne sens rien. 15h15 péri posée.

Une fois posée la SF revient, la position de la péri m’a fait perdre beaucoup de liquide et donc l’alèse et trempée, je lui demande si elle peut me la changer, voilà sa réponse : « Votre poche est fissurée c’est normale que ce soit mouillée, je ne vais pas la changer toutes les 10 minutes !!!! » La péri me donne plus de force… et je lui dit que si !!!

16h00 la SF revient, elle m’examine… je suis à un bon 6… Je le savais que le travail avait bien avancée… Je suis en colère contre moi-même de ne pas lui avoir tenu tête !!! J’arrive à me repose un peu… 17h00: je commence à avoir mal du côté droit… 17h15 ça devient super douloureux. Je rappelle la SF qui me rajoute une dose de péri. 17h30, c’est de pire en pire, je lui dis que la péri à du bouger et qu’il faut rappeler l’anesthésiste, mais elle me dit qu’elle va retenter une nouvelle dose… Ça ne marche pas. 17h45, elle rappelle l’anesthésiste qui me replace la péri…

La douleur s’en va, malheureusement comme elle m’a injecté 2 doses supplémentaires, je ne sens plus ma jambe gauche et plus beaucoup la droite… je suis inquiète…

18h15, elle m’examine et me dit que je suis à dilation complète mais que mon bébé est toujours haut, on va donc attendre un peu pour qu’elle descende dans le bassin. Mon gynéco arrive entre deux, il me dit qu’on va attendre jusqu’à 19h00.

19h00… Ma fille n’est toujours pas engager… Il me dit qu’on va s’installer et qu’il va l’aider à s’insérer dans le bassin. (Je ne suis même pas capable de mettre ma jambe gauche toute seule dans l’étrier… Mes jambes sont anesthésiées !!!) Ils me disent de pousser à chaque contraction (que je ne sens pas du tout d’ailleurs) et le gynéco utilise la ventouse pour mettre bébé dans le bassin… Je pousse comme une malade car il a beaucoup de mal à la placer, mais je ne sens absolument rien !!! Je vois qu’il force… la ventouse lâche 3 fois… Mais il continue !!!

19h21… on me pose ma fille sur moi… je ne l’ai même pas senti sortir… J’ai juste ressenti cette sensation de vide dans mon ventre…

Le gynéco coupe vite le cordon, on emmène ma fille. Il me dit qu’il doit rapidement extraire le placenta car je perds beaucoup de sang. Je suis complètement sonnée… Je ne sais pas si je dois pleurer de joie ou de tristesse… Le gynéco me recoud (il ne voudra pas me dire combien de points il a fait…), on me repose ma fille sur moi…

Je suis restée 3h00 en observation car je suis montée en température et je perdais encore beaucoup de sang…

La SF ne m’a même pas dit au revoir, ni félicitation… A 20h00, elle est sortie de la salle en disant à sa collègue, j’y vais, j’ai fini mon service !! Sa collègue en revanche été très gentille, elle m’a aidée pour la tétée de bienvenue et j’ai plus discuté avec elle en 2 heures qu’avec l’autre en 7h00…

Conclusion : Ma fille va bien… Moi aussi…Physiquement (même si j’ai eu des fourmis dans la jambe gauche pendant 5 jours…) mais psychologiquement c’est difficile…
Je regrette de ne pas avoir été assez forte pour tenir tête à cette SF. Je lui en veux et je m’en veux beaucoup… Je rêvais d’un accouchement naturel… Je n’ai rien senti… La seule chose que je retiens de la naissance de ma fille, c’est le VIDE que j’ai ressenti dans mon ventre au moment de sa sortie…
Je sais avec du recul qu’elle a tout fait pour que je prenne la péri, car je pense qu’elle ne voulait pas s’embêter avec une femme qui souffre et donc qui demande plus d’attention. Pas vraiment ce que j’imaginer comme rapport humain… Je n’avais pas envisagé l’AAD pour mon premier enfant, mais maintenant je ne peux pas imaginer accoucher autrement !!!