Archive | Algérie RSS feed for this section

#275 Assia – Algérie 2010‏

7 Mai

Tu es venue au monde un vendredi 16 juillet à 6 : 10 du matin.
Laisse moi te conter la venue au monde d’un ange.
Tout a commencé lorsque j’ai eu trois jours de retard, j’ai décidé de faire un test à 22 : 00 mon coeur battait la chamade mais au fond de moi je le savais, je le sentais et j’en rêvais. Le test était positif et ma joie fut immense. J’ai appelait mon mari en cuisine et je lui est montré le test avec un grand sourire, il m’a prise dans ses bras et il m’a serré très fort en me disant qu’il m’aimait.
L’aventure a commencé, la magie a commencé et notre rêve est devenu réalité.
Neuf mois de bonheur, neuf mois de joie, de stress, de peur mais c’était avant tout neuf mois d’amour. Depuis le premier jour je me suis surprise à mettre la main sur le ventre comme pour le rassurer, je lui parlais quand je me retrouvais seule avec lui car pour moi il était déjà la au fond de moi près de mon coeur.
Ces neufs moi étaient facile et dur par moment, semaient d’embuches qui se sont dissipés au final.
Apres 40 semaines c’était le désert pas la moindre contraction en vue, même pas une minuscule qui me fasse penser que voilà mon tit garçon arrive. Ma gyneco m’a donné rendez vous à l’hôpital ou elle travaille pour me faire un décollement. Le premier n’a pas fait grand chose à part déclencher un faut travail qui n’a duré que quelques heures. Apres deux jours retour à l’hôpital pour un deuxième décollement et je suis repartie chez moi et j’ai passé toute l’apres midi à marcher. Le soir même j’ai ressenti des contractions fortes à minuit. J’ai réveillé mon mari et il a essayé de me faire dormir. Les contractions s’enchainees et j’etais tellement excité que je n’arretais pas de faire des allers retours entre ma chambre et la cuisine. J’ai fini par réveillé ma belle mère qui m’a préparé une tisane qui aussi tôt avalée aussitôt vomie. A 6 du matin je devais aller à l’hôpital car ma gyneco m’avait programmé un troisième décollement. A 8 heure j’etais admise et mon mari s’activait avec les papiers d’admission ma belle mere m’a donné ma valise et m’a dit aurevoir, mon mari aussi. Le voyage vers l’inconnu avait commencé.
Je suis entrée en salle de consultation ou une sage femme assez sympathique m’a faite une dernière écho puis un dernier décollement super mega douloureux que les deux autres et j’etais déjà à deux doigts. On m’a demandé de me déshabiller ( je suis restée en chemise de nuit ) et on m’a mise une perf.
Je suis rentrée dans une salle avec 5 lits et sur chaque lit il y’avait 2 à 3 femmes, y’en avait avec leurs bébés dans les bras et d’autres était la à pleurer à crier de douleur. Je n’étais pas choquée ni apeurée, ni même dégoutée par la saleté des lieux ( je pourrai vous décrire des cafards, du sang partout, des serviettes hygiéniques jettes un peu partout sans parler du liquide amniotique qui recouvrer la salle et le couloir bref et j’en passe ). J’étais heureuse je me sentais forte et chaque contraction douloureuse me faisais me rapprocher encore plus du moment tant attendu. J’ai passé toute la journée du jeudi et toute la nuit à me tordre de douleur tantôt allongée tantôt debout tantôt assise. J’avais tout le temps mon mari avec moi au téléphone sinon c’etait la mere ou ma soeur ou mes Freres qui étaient tous assez inquiets pour moi me sachant seule face à l’inconnu. Mais je n’étais pas seule mon bebe était la et il me faisait comprendre qu’il arrivait.
La nuit du jeudi au vendredi était particulièrement difficile et éprouvante, j’étais fatiguée j’avais faim car je n’avais pas manger depuis plus de 24 heures on avait juste le droit de boire de l’eau tiède avec une chaleur de 40 degré. J’avais peur de ne plus avoir de force à la fin.
Il était 6 heures du matin et je me suis surprise à avoir une envie de pousser. Une femme de ménage a appelé une sage femme et elle m’a emmené en salle de naissance ou une autre femme était entein d’accoucher, elle a branché ma perf et la j’étais terrassée par des contractions insupportables sans repis, la sage femme m’a demandé de pousser et m’encourager, j’ai poussé de toutes mes forces et j’ai hurlé de toutes mes tripes puis un stop un silence, puis le plus merveilleux des cries celui de mon ange. Elle me l’avais mise sur le ventre et je l’ai prise dans mes bras je le contempler et je disais à haute voix alhamdoulilah ya rabi. La sage femme la prise et a mis plusieurs minutes à revenir puis c’était la délivrance je n’ai pas eu mal la sage femme était revenu en me félicitant et m’annoça le poids avec un grand sourire 3 kilo 900 un beau bebe.
Quelques temps c’est écoulé entre la délivrance et le moment ou la sage femme a commencé à me coudre ( excuser le terme ) j’avais pu avoir mon mari au téléphone il était très ému il avait pleurer. La sage femme ne pouvait plus attendre un chirurgien pour venir me recoudre ( terrible déchirure + episio ) et avait commencé toute seule, sa m’a fait tellement mal que je n’ai hurlé que de plus belle. Le cauchemar s’est terminé 30 minutes apres. Une femme de ménage m’a nettoyé m’a habillé et m’a aidé à regagner mon lit tout de suite Apres on me l’a amené mon ange, mon bebe, mon fils ma fierté.
Une femme était venue pour m’emmener dans un lit vide dans le couloir et j’etais en tête à tête avec lui, je l’ai prise dans mes bras et je lui ai récité l’appel à prière ( al adhan ) au creux de l’oreille. Je l’ai couché près de moi j’ai mis Sourat Al Bakara sur mon téléphone et j’ai fermé les yeux. L’apremidi même j’etais chez moi, mon bebe dans son lit et le coeur soulagé.

Je voudrai laisser derrière moi une trace d’un jour, le plus beau jour de ma vie.

A toi mon ange l’amour de ma vie

Assia

Publicités