Tag Archives: péridurale inefficace

#344 Servane, la naissance de Tinael

8 Fév

Mercredi 18 septembre 2013

Ta naissance est imminente alors je profite des derniers instants avec ta sœur comme fille unique : nous allons faire une longue balade pour rechercher des coquilles d’escargots. Nous marchons presque 1h, elle veut aller voir le tractopelle en bas de la rue et me montrer la cantine. De retour à la maison, je fais un peu de repassage, prépare le repas et nous allons coucher Malou. On regarde un peu la télévision avec papa mais on monte vite se coucher, on fait un câlin avant de s’endormir.

Jeudi 19 septembre

2h29 : pause pipi de la nuit. Quand je remonte, une contraction douloureuse. Je regarde l’heure, on ne sait jamais, j’ai toujours eu le pressentiment que tu naîtrais aujourd’hui, une semaine tout juste avant ma DPA, comme pour ta sœur. J’essaie de me rendormir mais impossible, les contractions reviennent toutes les 7 à 10 minutes. Je reste 1h dans le lit mais elles commencent à devenir difficiles à gérer sans bouger et sans faire trop de bruit pour ne pas réveiller ton papa. Je décide donc de descendre dans le salon. J’allume les bougies et je me pose un peu sur le ballon puis à genoux, les contractions se calment un peu, j’en profite pour dessiner les plans de notre future maison.

Finalement, je remonte me coucher vers 4h40 et je réussis à m’endormir jusqu’au passage du camion poubelle qui comme toutes les semaines réveille ta sœur qui court jusque notre chambre pour qu’on la porte afin qu’elle puisse le regarder. Elle vient ensuite finir sa nuit dans notre lit mais pour le coup, les contractions sont de retour et je ne peux pas les gérer avec elle si près de moi.

Je décide donc de me relever et d’aller prendre un bain. Je fais couler de l’eau bien chaude, allume deux bougies et m’installe dans la baignoire. Mais je ne suis pas à l’aise, je ne sais pas comment m’installer… Allongée, les contractions sont trop difficiles à gérer et je ne suis pas très bien assisse ou à genoux. Je sors donc rapidement et je retourne dans le salon.

Les contractions seront facilement gérables toute la matinée mais m’empêcheront tout de même de me reposer car dès que je tente de m’allonger sur le canapé, elles se font plus douloureuses. Quand je suis sur le ballon, elles s’estompent me faisant douter que c’est bien le jour J… Finalement, je demande à papa d’aller chercher Malou à l’école, les contractions sont facilement gérables, je veux profiter d’elle comme fille unique encore un peu. Le repas se passe bien, peu de contractions mais quand elles sont là, je dois me concentrer pour les accepter. Malou finit par repartir à l’école, je la préviens que peut être ce sera Virginie qui viendra la chercher car maman a mal au ventre et que le bébé devrait bientôt arriver : elle est très contente et moi, je suis soulagée de voir qu’elle accepte bien la situation. Une fois partie, j’appelle la sage-femme pour la tenir au courant et savoir si elle peut venir pour confirmer un début de travail et éventuellement m’accompagner un maximum à la maison comme on l’avait convenu. Pour elle, le travail n’est pas encore réellement lancé car les contractions sont trop anarchiques, elle me dit donc de la rappeler si elles deviennent régulières et/ou trop douloureuses. Je suis un peu déçue car au fond de moi, je sais que le travail est lancé, je sais que tu es en chemin pour nous rejoindre. Je continue donc à accueillir les contractions sur le ballon, sur le canapé ou en marchant pour essayer de régulariser tout ça.

15h25 : Les contractions sont régulières, toutes les 6 minutes. Je décide de rappeler la sage-femme, je lui laisse un message. Je demande aussi à papa de prévenir Virginie qu’elle devra garder Malou ce soir. Les contractions commencent à s’accentuer un peu, j’ai du mal à trouver une position qui me soulage vraiment mais je me sens bien à genoux par terre, la tête enfouie dans les coussins du canapé. Je balance mon bassin pendant la contraction en essayant d’en visualiser l’ouverture pour ton passage ou une jeune fille blonde aux cheveux longs dans un champ de blé, réchauffée par les rayons du soleil (va savoir pourquoi c’est cette image qui me vient alors que pendant toute la grossesse, je m’étais imaginé que je penserais à la mer, élément qui me détend profondément)

Papa passe rapidement après l’école pour prendre les affaires de Malou, j’en profite pour lui faire un dernier bisou, je sais que quand je la reverrais elle sera grande sœur, ça me fait un léger pincement au cœur. Il part l’emmener chez Virginie puis essaie de joindre la sage-femme qui n’a toujours pas rappelé. Elle finira par répondre vers 18h30, elle ne pourra pas venir mais au vue des descriptions faites par papa, elle pense que le travail est déjà bien avancé et qu’il ne faut pas trop tarder à la maison, encore 1h ou 2 maxi. De mon côté,  je continue à gérer les contractions, les accompagnant de OOOOoooh graves. Je demande aussi à papa de me préparer des gants d’eau très chaude pour soulager mon dos qui commence à être douloureux pendant les contractions. Sur les conseils de la sage-femme, il me prépare un bain chaud. Cette fois je m’y sens bien, je m’installe à 4 pattes dans la baignoire et au moment de la contraction, il me met le jet d’eau chaude sur le dos, ça me soulage +++. Mais l’heure tourne et je crois qu’il a peur que j’accouche à la maison donc il me presse un peu pour partir à la maternité : je suis mitigée entre envie et peur de savoir où j’en suis. Et si je n’étais dilatée qu’à 3/4cm et que je sois obligée de rester à la maternité ?

20h : Arrivée à la maternité. Je gère une contraction devant l’entrée et c’est parti. Une sage-femme très gentille nous accueille et nous installe en salle d’examen. Elle me pose le monito, fini de remplir mon dossier (et râle après le sage-femme acupuncteur que j’ai vu 3 fois depuis la semaine dernière et qui ne l’a pas fait !) et me demande si je veux attendre un peu pour avoir un TV. Non, je veux être fixée maintenant et là, bonne surprise, je suis dilatée à 7/8cm, je suis trop contente et tellement soulagée ! Ta tête est cependant trop en avant pour s’engager dans le bassin. Elle part préparer la salle de travail puis nous installe et nous laissera tranquille jusque 22h. Je me remets sur le ballon, comme à la maison et papa continue de me mettre des cotons imbibés d’eau chaude sur le dos pour me soulager. Je me sens bien, je gère.

22h : Nouveau TV et col toujours à 7/8 cm. Elle me propose de percer la poche des eaux pour que tu puisses mieux s’engager et appuyer sur le col. Je ne sais pas trop, je sais que les contractions avec une poche rompue sont plus douloureuses et je commence à avoir du mal à gérer alors des contractions plus  fortes ? On décide de se laisser encore une heure et on verra ce qu’on décide alors. Je demande conseils à Colette pour aider bébé à s’engager dans le bassin, je m’installe à genoux sur la table, face au dossier et balance mon bassin en faisant des ronds pour essayer de t’aider à t’engager.

22h40 : Je lui demande de m’examiner à nouveau, les contractions sont de moins en moins gérables. Pas d’évolution. On décide donc de percer la poche des eaux mais avec la péridurale. Elle me rappelle mon PDN mais on en a discuté avec papa, je suis vraiment fatiguée et la péri me permettra de ma reposer un peu avant la poussée. Elle part dons chercher l’anesthésiste puis prépare tout le matériel. Dans ma tête, je doute de ma décision : quand je vois tout ce qu’elle prépare (perf, capteur au doigt, tensiomètre) je me dis que ce n’est pas ce que je veux, j’ai peur de regretter mais je suis tellement fatiguée… L’anesthésiste arrive, il me fait m’asseoir en pleine contraction ! Il pose la péri puis la sage-femme perce la poche des eaux (23h15) Quelques minutes plus tard, je ressens les contractions très fortes du côté gauche mais rien du côté droit, la sage-femme me propose alors de me mettre sur le côté pour aider le produit à mieux de répandre mais sans effet, c’est même pire car voilà qu’elle ne fonctionne plus du tout au niveau du ventre et du dos mais juste au niveau des jambes. Les contractions sont difficilement gérables, j’aimerais me mettre à genoux mais les sages femmes refusent, elles pensent que c’est trop dangereux, que je pourrais tomber, je suis donc quasi assise mais une douleur aux adducteurs vient me terrasser à chaque contraction.

2h (je crois) : Je suis à dilatation complète, tu es descendu et engagé mais bloque dans le détroit inférieur. La sage-femme me propose de m’injecter du synto pour aider les choses car mes contractions sont pour elle trop espacées et pas assez longues. Je sais que la douleur sera encore une fois plus intense, je ne tiendrais pas donc je refuse. Papa me dira plus tard que ça l’a énervée mais qu’elle a finalement compris mon choix quand je lui ai expliqué à son retour dans la salle. Elle me propose d’essayer de pousser pour t’aider à descendre et à te fixer. Du coup, elles « m’installent », je demande si je peux ne pas avoir les étriers, elles me mettent donc les pieds  dans des supports pour pousser dessus. Sur chaque contraction, je m’exécute mais à priori je pousse mal et ma douleur aux adducteurs est trop intense, je ne tiens plus. J’insulte l’anesthésiste et je commence à m’énerver car personne ne veux croire que cette fou*** péri ne fonctionne pas ! Une autre sage-femme vient essayer de m’aider à gérer les contractions en me conseillant de faire des AAAAaaaah graves et ça m’aide un peu et je visualise toujours cette image dans le champ de blé. Je continue à pousser sur les contractions, papa me dit quand elles diminuent sur le monito, ça m’aide, je sais que la douleur disparaitra dans quelques secondes…  On essaie la position semi assisse et sur le côté mais rien n’y fais, j’ai trop mal. Je finis par accepter le synto, je n’en peux plus, je veux que ça se termine vite ! Le sort est avec moi, leur machine ne fonctionne pas. La sage-femme finit par aller chercher le médecin, je sais que je n’y arriverais pas toute seule et qu’il faut qu’il t’aide à sortir : ce sera la ventouse. Le gynécologue est une femme qui me parait très gentille, son visage m’inspire confiance, je suis soulagée (je n’aurais pas dû) Elle m’explique que je dois pousser sur la prochaine contraction et qu’elle t’aidera avec la ventouse. La contraction arrive, je pousse de toute mes forces 2 fois puis je hurle de douleur, je repousse. Elle me dit que ta tête est là, que je dois encore faire un effort alors je pousse autant que je peux. Ta tête est sortie, je veux la toucher. La sage-femme à côté de moi, me prend la main et je la touche, je touche la tête de mon fils, quelle sensation unique. Mais la gynécologue me l’enlève. Elle sort les épaules puis le reste de ton petit corps avant de te poser sur mon ventre, il est 3h53. Et là, grand moment d’émotion, j’ai réussi, on a réussi. Tu es né par voie basse !!! Elle demande à papa s’il veut couper le cordon mais il ne le souhaite pas, elle le fait donc (sans attendre qu’il est cessé de battre comme je l’avais demandé) puis s’attaque à la délivrance. Elle tire sur le cordon pour faire sortir le placenta,  il sort très rapidement, je demande si je pourrais le voir et qu’elle m’explique son fonctionnement, il n’y aura pas de problème. Ils me proposeront même de le garder mais papa n’y tiens pas. J’ai le droit à un massage du ventre pas très agréable puis elle recoud mon épisio. La sage-femme me dit qu’elle n’est pas très grande mais elle sera bien douloureuse ! Tu es parti faire quelques soins avec papa mais tu reviens vite près de moi pour un moment de peau à peau. J’essaie de te mettre au sein mais mon petit d’Homme ne veut pas têter, ce sera pour plus tard. Au bout d’une heure, je te pose tout de même dans ton berceau car la fatigue est trop importante, je m’endors jusqu’au retour de la sage-femme vers 7h pour le retour en chambre.

Je suis heureuse de mon accouchement, fière d’avoir tenu aussi longtemps à la maison et même si les premiers jours j’étais déçue d’avoir eu recours à la péri, je n’ai plus de regrets car je sais qu’à ce moment là j’en avais besoin et qui aurait pu savoir qu’elle n’allait pas fonctionner correctement ? Les seuls regrets que j’ai encore sont par rapport au gynécologue qui n’a pas respecté mon PDN (épisio, ne pas pouvoir toucher bébé à sa sortie, ne pas pouvoir l’accompagner pour le poser moi-même sur mon ventre, attendre que le cordon ait cessé de battre avant de le clamper). Je ne comprends pas pourquoi, elle n’a pas respecté mes choix et ça me laisse l’impression d’avoir couru un marathon pour que quelqu’un d’autre franchisse la ligne d’arrivée à ma place… Elle m’a volé la fin de mon accouchement alors que je pense qu’une fois la tête sortie avec la ventouse, elle aurait très bien pu laisser les choses se terminer naturellement et me laisser pousser pour sortir seule mon fils.

Je suis ravie d’avoir eu une équipe comme celle-là pour m’accompagner lors de cette naissance car je sais que la sage-femme a été au-delà de ses limites pour respecter mes choix (elle !) et c’est grâce à elle que j’ai pu avoir mon accouchement par voie basse !

Publicités

#341 La naissance de jumeaux, dont un petit ange – 2012

8 Fév

J’ai 25 ans, 1an 1/2 d’attente avant d’être enceinte. Le jour de la 1ère écho, trop pressée et stressée à la fois!! Super, le gynéco qui annonce des juju!!! Wahou, l’aventure commence. Jusqu’a 6 mois 1/2 tout roule pas malade rien du tout et des échos tous les mois. 6ème écho la bouche en coeur nous arrivons pour voir nos loulous à l’ecran!! La tête du gynéco change, il sort de la piéce, revient tout blanc… Il annonce le décès de ma fille…
Il explique la suite, donc je porterais mes 2 enfants jusqu’à terme et j’accoucherais naturellement.
10 jours avant ma DPA, contractions toutes les 5 minutes. Je décide d’aller a la mater, monito, on me dit c’est du faux travail. Ok.
Le lendemain toutes les 3 minutes rebelotte j’y retourne. Monito. Le col a peu bouger. On decide de me garder pour la nuit et que sa serait justement dans la nuit. On continue le monito. L’equipe de jour finit son service. Une sage femme rentre dans la chambre, ne se présente pas, elle me fait un examen qui me fait hurler de douleur! Elle me dit le col est trop haut, mais je ne sais pas ce que je touche, si c’est le crâne ou bien un orbite… bref elle part de la chambre me laisse sous monito. 5 minutes plus tard elle revient en furie dans la chambre, me hurle dessus en disant « degagez du lit, j’ai une femme à dilatation complète! Allez vous habiller dans le couloir ». Elle me tire du lit par les bras. Je fais ce qu’elle me dit, choquée par ses propos et au bout des larmes. Je lui demande: mais les contractions… pas pu finir ma phrase elle crie « allez voir ma collègue, elle va vous donner un suppo »…
Retour à la maison difficile. Pas dormi de la nuit.
Le lendemain je ne pouvais plus marcher. Je retourne a la mater! Et la un sketch total! J’ai eu le droit à 5 échos entre 15h et 21h. Et plus d’une 15aine de touchers et tous cela parce que personne ne savait se qu’il « touchait »…
Un stress, une angoisse depuis la veille, une peur qu’il arrive quelque chose a mon bébé vivant!
J’ai été finalement declenchée. Mise sous morphine pour la douleur.
Une péridurale qui ne marche pas du coté gauche…
Et au moment de la dilatation complète, une sensation étrange: quelque chose glisse de moi! Juste le temps de dire à mon mari d’apeller une sage femme qu’elle rattrape ma fille au vol! Une fois mise dans un sac « poubelle » elle me demande: « vous voulez la voir?! »
Mon garçon a eu du mal à sortir, il était trop haut, beaucoup d’effort et d’aide du gynéco.
Le placenta qui est sorti a plus de 30 min et bien sûr un début d’hémorragie…
Tout compte fait, AUCUNE personne du personnel soignant de la maternité ne savait que j’attendais 2 bébés! Ils m’ont laissée souffrir du jeudi au dimanche midi!
Voilà mon histoire… aujourd’hui mon fils va fêter ses 2 ans au mois d’avril et lui c’est ma plus belle fierté.

#325 – Naissance de ma fille, novembre 2013

8 Jan

06/11/13

RV au service gynéco-obstétrique du CHU.

Arrivée à 10:30 pour un contrôle, mon gynécologue me dit qu’il ne préfère pas me laisser continuer, souffrir, etc. Il me propose de me déclencher dans un 1er temps avec un tampon. (Qu’on m’a mis à 11:30). On attend 12 à 24h pour voir si ça mature mon col (qui n’est ouvert qu’à 1 cm et pas encore effacé). Après on verra pour utiliser d’autres moyens de déclenchement si besoin. Donc wait and see. La pose du cathéter a été show Time. Elles s’y prennent à 2 (1 sage-femme et 1 Ide) et me piquent 5 fois pour me poser la perf´… je passe du service urgences obstétriques au service grossesses pathologiques (à 13:00 où on me donne à manger) où je suis surveillée jusqu’à l’accouchement. Après choupetta et moi serons dans une chambre de mater’ pour nous deux.

Futur papa prend dès ce jour ses congés naissance pour être avec moi. Sa présence me rassure. La sage-femme me conseille de me reposer, prendre des forces pour quand le travail arrivera …

14h. Etat d’esprit : Oui … Se dire que ça va arriver, d’après la sage-femme au mieux dans la nuit; d’après Dr le lendemain semble probable ou même le surlendemain …

C’est curieux, être là à attendre, un nombre incalculable de pensées viennent à moi … Bientôt je vais enfin pouvoir serrer ma fille contre moi … la sentir … Je vais enfin être maman après toutes ces fausses-couches, toutes ces craintes … Et déjà je suis dans l’inquiétude de savoir si elle va bien, si elle a ce qu’il faut là où il faut …

15h. Après une micro-sieste, je suis réveillée par des douleurs continues au bas-ventre … Personne n’est encore venu me voir. J’attends encore … Je sais que mon col doit s’effacer et que je ne peux pas non plus passer de 1 cm à 10 cm aussi vite.

Les contractions douloureuses sont présentes depuis 14:45. La sage-femme passe à 15:30 et je suis sous monito. Bébé bouge beaucoup. Ma tension est basse.

16:15. Chéri revient. Ouf je suis soulagée de ne pas souffrir seule.

17h. Je sens bien la petite appuyer sur le col. La sage-femme dit qu’il faut attendre … Je viens d’aller marcher un peu dehors, et là je suis de nouveau dans la chambre.

Ça va pour l’instant, c’est les douleurs qui m’occupent le plus. Elles me prennent toute la sangle abdominale. J’ai l’impression d’avoir le dos coupé en deux.

17:45. Mal de tête, sensation de fièvre. On me branche le tensiomètre.

18:45. Tension légèrement supérieure, contractions ++. La sage-femme va demander à ce qu’on me voit.

19h51. Toujours personne n’est venu, je note mes contractions, chéri s’impatiente de savoir comment ça se passe s’il part, s’il peut revenir, etc. La sage-femme présente n’a pas l’air très efficace. Mes parents ont téléphoné, je leur ai dit être déclenchée, et qu’ils ont le temps de venir que quand j’aurais accouché.

21:30. La sage-femme vient m’examiner. Mauvaise nouvelle : mon col n’a pas bougé. J’ai un « faux travail » = douloureux mais inefficace. Je pleure de douleur.

22:00. On m’emmène au service urgences obstétriques, monito + tension et injection de Nubin, un dérivé morphinique. Là, je « plane » … ; je ne sens quasi plus les douleurs.

23:30. De retour dans ma chambre, je suis shootée, j’ai envie de dormir.

07/11/13

1h … 2h … Réveillée. Chéri est là, ça me rassure.

3h30. Une aide soignante rentre dans la chambre, semble étonnée de voir le papa et lui fait une remontrance car une autre maman doit arriver.  » Dites donc monsieur, il va falloir partir, personne ne vous a autorisé à rester la nuit, c’est pas une chambre d’accompagnant. Ce « réveil » houspillant me fait monter dans les tours… je m’énerve aussi sur sa manière d’houspiller. « Ok mea culpa. Y’a pas mort d’homme. » Elle peut dire la même chose sans gueuler et encore moins prendre ce ton d’houspillade comme si on avait 5 ans, et qui de plus est, un autre soignant avait justement autorisé Monsieur à rester … Bref.

Finalement, chéri part, un peu à contre-coeur … ; mais ni lui ni moi, on a la force du débat…

4:30. Alors que je cherche le sommeil, j’ai quelques contractions … je perds les eaux. Je ne peux rien retenir. J’appelle les soignants. Je file aux wc. Je perds aussi le tampon … C’est la sage-femme qui est davantage présente. L’aide-soignante est là mais bon …

4:50. Le doc dit de me mettre sous monito / surveillance. Et en réunion doc à 8h ils décideront si on me remet un tampon ou s’ils passent à une autre méthode. J’espère la 2ème optique ! A présent les contractions sont plus intenses …

5:10. La sage-femme me fait une piqûre pour tenter soulager douleur, mais rien n’y fait.

5h30. la sage-femme relève le monito, bébé va bien. Elle m’explique qu’il n’y a pas d’autres choix que de faire en sorte de laisser maturer le col. (Jusque demain 😦 ) . D’ici là, ils peuvent essayer de calmer douleurs par le même dérivé morphine qu’hier soir (espacé de 8h) et tenter de remettre un tampon ou du gel de prostaglandine qui pourrait éventuellement aider. A ce moment précis, ils ne peuvent pas mettre l’ocytocine sous perf´ car le col n’est pas encore effacé, et on m’explique que quand ils le font c’est quitte ou double, la seule issue après c’est la césarienne.

7:30. La sage-femme me renvoie aux urgences obstétriques pour voir si on m’administre une piqûre, etc.

7:50. Aux urgences obstétriques, la sage-femme force mon 1 cm en 2 doigts car mon col est maintenant centré (et non plus postérieur). Elle me parle d’une éventuelle péridurale.

8:00. La sage-femme me fait une piqûre de dérivé morphinique, le même calmant que la veille au soir. Elle pense que le travail maintenant va commencer.

J’essaie de téléphoner à Chéri mais je crois qu’il est dans les bras de Morphée il n’entend pas le tél.

Là où je m’attendais à ne pas souffrir, ce n’est pas le cas. Je suis seule, les contractions augmentent, chéri n’arrive pas. Je ne veux pas accoucher sans lui. Le stress se mêle à la douleur. Ma mère téléphone … Mon dieu, c’est pas le moment, j’ai trop mal …

10:30. Arrivée du chéri. Je suis à bout… Attente de mon col à 3 cm pour avoir une péridurale.

11:50. 1ère péridurale : douloureuse, longue et inefficace.

14:00. Ma sage-femme s’énerve un peu contre l’anesthésiste et demande qu’un autre vienne.

14:40. Le 2ème anesthésiste arrive, fait le geste et s’en va… Donc 2ème péridurale qui, enfin, me soulage … Allant même jusqu’une petite sieste.

17:30. Travail en cours. Je ne m’attends pas à avoir quand même mal sous péridurale. L’anesthésiste me rajoute un produit … Dilatée à 5 cm … Il faut attendre encore … Côté état d’esprit : fatiguée par douleurs et manque de nourriture, et je commence à essayer d’imaginer Louise qu’on posera sur moi (histoire de me booster ) !

18:30. On trouve le bon dosage de péridurale pour soulager mes douleurs. Ouf je respire un peu … et surtout je dors … Je me prépare mentalement à accoucher.

19:30. La sage-femme de nuit vient se présenter et m’expliquer la suite : 1 visite par heure avec augmentation du Syntol + massage du col.

Là, s’alternent des phases où je dors, avec les phases où des soins me sont prescrits.

22:30. L’interne gynécologue présent ce soir là m’explique la possibilité d’une césarienne. Les indications médicales sont : le col qui ne bouge pas, le bébé macrosome, et aussi que j’atteins presque les 36h de déclenchement-travail …

23:30. On m’examine et le gynécologue me dit qu’il n’y a guère 36 autres méthodes. Et on me monte au bloc. Et là c’est trop bizarre j’ai la sensation de dormir éveillée … Je me souviens être allongée et attachée, entendre des voix de médecins autour de moi … Je panique, et réussit à me détacher les bras. Je bouge, les médecins s’énervent sur le fait que je bouge. J’entends la sage-femme me dire de ne pas bouger, puis plus rien. Je saurai plus tard que pour le bien de mon bébé et pour mon bien, ils m’ont rajouté un anesthésiant… Du coup, je dors … et du coup, je ne vis rien de mon accouchement.

08/11/13

00:14. Je suis réveillée par des claques, et des coups sur le front par la sage-femme qui me dit « Madame, Madame, embrassez votre fille ! » … Je suis attachée, je ne réalise rien, je vois (tout flou) mon bébé, j’embrasse ma fille, mais déjà, ils partent avec pour s’occuper de ma fille. 4,120 kg pour 54 cm…

2:30 J’émerge, en salle de réveil. Chéri est avec bébé et elle sous couveuse qui est prescrit pour toutes les césariennes mais aussi qui est là pour le transport. Je suis totalement à l’ouest. Chéri m’explique qu’il vient de passer deux heures avec notre fille, à m’attendre … que je peux la toucher … La sage-femme habille notre fille … Enfin, on me la pose sur moi … et nous avons le droit à un moment tous les trois avant qu’on ne nous transfère à notre chambre en maternité …

J’avoue que ces 36 h ont été très longues … À un moment, j’aurais voulu partir … Quand le travail était si pénible, avant la 1ère péridurale et la 2ème … en fait, j’ai vécu et subi à peu près tout ce dont je pouvais avoir peur … Rester des heures à souffrir pour rien … Ou vivre une césarienne …

#300 Hélène – Avril 2006 – Ille et Vilaine

7 Nov

Ici commence ma douleur, le récit de mon accouchement

Je vais tenter de rembobiner une partie de ma vie qui d’habitude me fait souffrir une fois l’an. J’accepte aujourd’hui de m’y replonger afin d’apporter une pierre à l’édifice et faire comprendre qu’il est temps, grands temps de respecter les femmes lors de leur accouchement.

Je peux pas vraiment dire le jour où tout a basculé. Parce qu’en réalité, le recul m’a permi de voir que tout a commencé quelques jours auparavant. Évidemment, ou heureusement, certaines dates m’échappent. Disons que cela c’est déclenché à la 36ème semaine d’aménorrhée, à la fin de mon cours de préparation à l’accouchement quand j’ai fait par de ma prise de poids fulgurante ( 5 kilos en 3 jours), la sage femme m’a prise la tension. Je ne me souviens plus exactement quelle en était la mesure mais j’en avais suffisamment pour qu’elle m’envoie en surveillance à la maternité.
J’ai donc eu une première surveillance, avec monitoring et tensiomètre pendant quelques heures. La tension s’est calmée, on m’a laissé repartir avec une prescription de bandelettes urinaire, sans plus d’explication. Je devais vérifier régulièrement qu’il n’y ait pas d’albumine dans mes urines. Déjà là j’aurais aimer qu’on me dise ce qu’on vérifiait, je le savais très bien, je suis une patiente qui s’informe beaucoup, mais j’aurais souhaité qu’on me le dise. « Madame, on vérifie la présence d’albumine pour écarter l’hypothèse d’une toxémie gravidique ».
J’ai donc vérifié souvent mes urines, les bandelettes restaient correctes juste les leucocytes qui réagissaient un peu par moment, mais la sage femme m’a expliqué que c’était normal et que la réaction sur la bandelette restait très faible, vraiment pas de quoi s’inquiéter. Je vérifiais également ma tension, tension + albumine, c’est les signes précurseurs de la toxémie gravidique, je restais très vigilante.
Le lundi 3 avril 2006 au soir j’ai refait de la tension, on part avec mon mari à la maternité. Je reste sous surveillance monitoring+tensiomètre jusqu’à 23heures, puis je suis prise en consultation par le gynéco de garde. Là comme à leur habitude, j’ai le droit à un énième touché vaginal pour vérifier l’évolution du col. Il me fait un mal de chien, j’encaisse la douleur sans rien dire, me disant qu’il fait preuve de moins de délicatesse que mon gynéco habituel. Je sors de la consultation, j’ai mal, je dois rentrer, j’ai 30 km à faire en voiture, il est préférable que j’aille au toilette avant. Là je découvre que je saigne, au moment où je sors dans le couloir je croise le gynéco de garde, je lui en fais part avec inquiétude. Il me dis de ne pas m’en faire et de rentrer chez moi et conclut curieusement cet entretien en me disant «  peut être à toute à l’heure ! ». Mon mari et moi en restons étonner se disant que s’était quand même prématuré pour accoucher, mon terme étant pour le 28 avril 2006.
Le lendemain matin, mardi 4 avril, j’avais mon rdv du 9ème mois avec mon gynéco habituel, la route a été éprouvante, j’avais passé une mauvaise nuit, et j’ai eu mal au bas ventre tout le long de la route sans pour autant y identifier des contractions. Arrivée à la maternité, j’appelle ma meilleure amie qui habite à deux pas, je lui demande qu’elle me ramène chez moi à l’issue de mon rdv je sens que j’en aurai pas la force.
Il est pas loin de 10 h quand le gynéco me prend en consultation, il me prend ma tension qui est bonne, là il me fait encore un touché vaginal, je suis dilaté à 4, il me dit de passer dans l’autre bâtiment je suis en passe d’accoucher. Je réalise pas bien, je n’ai a proprement parler pas eu de contractions, j’ai des douleurs comme mes règles mais pas plus intense, je sors de ma consultation ma meilleure amie est là et m’attend dans la salle d’attente, je lui explique que je suis en train d’accoucher, elle croit que je la charrie. J’arrive donc dans le bâtiment adjacent celui des consultations, je m’annonce comme étant en train d’accoucher et sortant de mon rdv du 9ème mois. On m’installe dans une chambre, on me demande de récolter mes urines sur une bandelette, je sais maintenant les lire, les albumines restent muettes, ce qui me rassure. Le gynéco de garde me fait encore un touché vaginal, il me demande ce qu’est ce liquide que je perds. Je pense que c’est juste des fuites urinaires c’est courant en fin de grossesse, je porte un gros bébé, il appuie partout sur mes côtes et sur la vessie. Il me dit sur un ton condescendant que non ce n’est pas des fuites urinaires et voilà tout ce qu’il m’apprend et sort de la chambre. Je reste là telle une conne en me disant que j’ai une fissure de la poche des eaux, que c’est ce qu’il a sous entendu.
Mon mari arrive au moment où on me passe en salle de travail. Il prend le relais de mon amie qui restait jusqu’ici à mes cotés. Je suis semi allongée dans un lit avec le packaging regrettable d’un accouchement surmédicalisé. Je souhaitais pourtant un accouchement des plus naturels. On me pose un cathéter, sans m’expliquer à quoi servent les poches qui l’alimentent, je le regrette. Bien que je le sache déjà, j’aurais aimé que la sage femme fasse l’effort de m’expliquer ces gestes médicales alors même qu’un accouchement est un acte naturel, régit pas les lois de la nature où le corps médical de mon point de vue ne devrait intervenir qu’en cas de soucis.
On me laisse quelques temps avec la perfusion, le monito et le tensiomètre. Tout est normal, même le monito, j’ai bien des contractions mais le graphique montre clairement qu’elles sont de très faibles intensités. La sage-femme vérifie mon col, je suis dilaté à 6 il est un peu plus d’onze heure, du coup elle revient avec une longue aiguille et un bassinet. Elle me dit qu’elle va percer la poche des eaux. Là je commence à m’opposer, sans agressivité, je lui demande quelle nécessite de me la percer, elle va bien finir par rompre toute seule, sinon c’est que l’accouchement n’est pas pour maintenant. Elle insiste en me disant que cela va accélérer le travail. J’ai pas demandé à ce que ça aille plus vite, j’ai tout mon temps, je ne souffre pas de mes contractions. Elle persiste, prétextant une procédure habituelle, en me disant que l’anesthésiste va suivre. Bref, elle me perce la poche des eaux, je vois le liquide s’écouler, ça m’interpelle, je lui demande si c’est normal la couleur du liquide. Elle me réponds que oui, je me persuade que c’est elle la pro elle sait ce qu’elle fait. Mais le liquide amniotique est teinté marron. On persiste à me prendre pour une andouille, mais j’ai fait le choix de leur faire confiance et de me dire qu’ils savent ce qu’ils font, et je reste tout de même détendue. L’anesthésiste arrive, je lui dis que je ne souhaite pas de péridurale, que je ne vois pas l’intérêt, je ne souffre pas de mes contractions. La sage-femme est encore présente et soutient son collègue, je risque de beaucoup souffrir avec la poche des eaux percés les contractions sont plus douloureuses. Je reste septique, l’anesthésiste fini par me dire que les accouchements c’est pas comme au restaurant, c’est pas « à la carte ». J’abdique, alors que je connais mes capacités à encaisser la douleur, est-il si difficile que ça de respecter les choix des patients ? Il me pose sa péridurale, je suis consciente qu’il a galéré, pourtant j’ai prévenu lors du rdv anesthésiste que j’étais très sensible du dos à cause de ponctions lombaires pratiquées enfant sans anesthésie, mais l’ont-il seulement pris en compte, pris connaissance, noté sur mon dossier ?
La péridurale ne fait aucune différence, on attend, le travail s’est arrêté. Il est 16h maintenant. La sage-femme vient me voir. Elle me dit que si dans une heure la travail n’a pas avancé je passe en césarienne. Je suis surprise, pour un premier accouchement, on me laisse si peu de temps de travail, j’en ai lu des récits d’accouchement pendant ma grossesse. Je sais qu’un premier accouchement peut être très long, et là au bout de 6h de travail, on me passe au bloc. Je ne comprends pas, j’ai pas le temps d’acquiescer et qu’elle est déjà repartie. Les sentiments sont partagé, entre la sensation d’être une petite fille qu’on réprimande, « si t ‘as pas fait ton travail, on t’opère » et l’acceptation de devoir faire confiance au corps médical, se dire qu’ils ne font pas ça sans raison ? Oui mais alors pourquoi ? Une heure se passe, je conviens avec mon mari, que je veux qu’il suive notre enfant, pas question qu’il m’attende devant le bloc. Je veux que notre fils voit un de ses parents au moins.
Le travail n’a pas repris, finalement, ils m’ont laissé plus de temps, il est pas loin de 17h30 …
La sage-femme revient avec une tondeuse pour me couper les poils pubiens, elle n’y va pas en douceur, et elle me fait un mal de chien. Je réalise que ce n’est pas normal, mais là encore je n’ai pas le temps de lui dire, elle est déjà repartie. J’en fais part à mon mari, « c’est quand même pas normal de sentir le rasage avec une péri ? » Il essaye de me rassurer. On me passe sur un brancard, je demande la présence de mon mari dans le bloc, ils n’y voient aucune objection. Mon mari part se préparer. J’arrive au bloc, en scrutant la porte, j’ai froid, je claque des dents. On me badigeonne de bétadine. Ils respecte le protocole, sauf que la réponse n’est pas celle attendue :
« Madame, est ce que vous sentez du froid ?
Oui
A droite ou à gauche ?
Partout
Je lis sur leurs visages une certaine surprise. Ils s’affairent autour de moi, on me mets les bras en croix on me sangle les poignets, les jambes, le torse.
Ils commencent à basculer la table, dans le but de faire circuler le produit de la péridural, en vain. L’obstétricien demande une anesthésie générale que l’anesthésiste refuse. On ne me consulte pas je n’ai pas mon mot à dire, la sentence tombe : « on peut plus attendre, on doit commencer ».
Là, tout devient confus, heureusement la douleur trop fulgurante m’a laissé qu’un voile de souvenirs, juste de petites anecdotes. J’ai développé comme un syndrome de Stockholm vis à vis de mon bourreau, l’anesthésiste pourtant responsable de la mauvaise mise en place de ma péridurale, celui là même qui venait de refuser mon anesthésie générale est devenu mon point de repère, ma bouée de survie. Il me guide, me tend un masque pour m’aider à gérer la douleur, je me focalise sur lui parce que mon mari n’est pas là, je me reporte sur lui, le seul visage que je connais. Il me parle, me dit de respirer, car je suis plus capable de faire ça seule. Il doit s’absenter, comme il ne me dit plus de respirer j’ai arrêté de le faire. Une femme, une infirmière ? Me dit « respirez madame, respirez». C’est trop dure j’ai trop mal, ça dure trop longtemps. L’anesthésiste revient reprend sa liturgie : respirez, respirez, respirez … On vient de m’arracher les tripes, on m’interpelle, je tourne la tête, on me montre mon fils, je n’ai pas le temps de le voir, ni même l’honneur de le nommer. On m’a juste dis qu’il était très beau.
Je suis seule et vide, on est en train de me recoudre «  Arrêtez de bouger madame ! ». Cela semble durer une éternité, ça n’en était pas loin 1h30 de boucherie. Lorsqu’ils ont fini, je me mets à pleurer, l’anesthésiste me demande pourquoi ? POURQUOI !!
Quand je sors du bloc je suis mise en salle de réveil, le temps de me transférer dans ma chambre. Chambre qui n’aura pas été préparée pour une césarisée. Mon mari est là, semble soulagé, il n’a pas pu rentrer au bloc, ils lui ont juste dis que ça se passait mal et qu’il ne pouvait pas rentrer. Il a notre fils dans les bras, il le pose sur moi. Je suis incapable d’éprouver quoi que ce soit. Pourtant il me prend en photo, cette photo j’ai juste envie de la détruire.
J’aimerais dire que ça se finit là, mais le reste n’a était qu’un enchaînement de contrariétés dû au personnel médical, dû à l’incompétence de ressentir la moindre empathie. Je n’étais qu’une pauvre césarisée, rien de révolutionnaire la dedans.
Mercredi, matin, :« allez debout madame, faut se lever !
Je peux pas, j’ai trop mal.
Elles disent toute ça, mais votre douleur est psychologique. C’est juste que vous imaginez où a coupé le scalpel. ». J’avais juste envie de lui hurler dessus !
Je lui réclame mes cachets pour éviter la montée de lait, mais visiblement aucun de mes choix ne peut être respectés. Je les aurais 3 jours plus tard après les avoir réclamer de nombreuses fois. Avec des arguments bidons, du genre « ah mais vous auriez dû les apporter ». Oui mais voilà j’ai accouché avec 4 semaines d’avance donc les cachets je les ai pas…
Je leur ai signalé que je faisais une allergie, j’avais le dos en feu et il me démangeait énormément, ça n’a jamais été prise en compte. C’est ma mère qui a acheté un traitement en pharmacie et mon mari m’appliquait la crème pour soulager mon calvaire. Il existait également un psy envoyé lors des accouchement difficile, je ne l’ai jamais vu.
Lorsque j’ai été enceinte de mon deuxième, j’ai demandé mon dossier médicale. J’ai appris que je commençait une toxémie gravidique, que mon fils était en souffrance fœtal … Mais auparavant sur le carnet de santé de mon fils, j’ai appris que mon accouchement avait été déclenché, à aucun moment je n’ai été prévenue de ce déclenchement. J’avais bien compris qu’on m’avait décollé les membranes le lundi soir, mais cet acte également aurait dû mettre mentionné.
Aujourd’hui, 7 ans après, cette césarienne m’a laissé en héritage une adhérence, j’en ai fait part au gynéco mais là encore « c’est assez fréquent » fut sa seule réponse…

Hélène

#290 Lucie – Seine et Marne 2010 et 2013 accouchement respecté

24 Sep

je suis maman de 2 enfants.
Mon premier est né en 2010 en Seine et Marne (77), en France. J’ai d’abord été suivie par ma gynéco de ville jusqu’au 6ème mois puis par le gynéco de l’hôpital. On m’avait dit de téléphoner 1 mois avant pour fixer ce rendez vous mais quand j’ai appelé il était trop tard et on a basculé mon suivi sur des consultations privées au sein de l’hôpital. J’étais déçue parce que de mon côté j’avais fait ce qu’il fallait. Bref, rien de très grave mais ça laisse un goût amer. Je me suis inscrite au cours de préparation à l’accouchement proposés au sein de l’hopital. Nous étions une quinzaine de mamans à chaque fois et avec le recul, je me dis que je n’avais rien compris à l’utilité des cours ni àa ce qu’il s’y passait. Je n’ai donc pas réutilisé les exercices de respiration, les positions etc… pendant mon accouchement.
Je n’étais pas stressée par cet accouchement, la seule chose qui m’angoissait était que je risquais d’accoucher prématurément à 6 ,5 mois. J’ai finalement tenu jusqu’à 37 semaines. J’ai commencé par avoir des contractions à la maison pendant toute une journée puis j’ai perdu les eaux à la maison, nous sommes donc partit à la maternité. J’ai expliqué par l’interphone que je perdais les eaux mais la personne qui m’a accueilli n’écoutait pas ce que je lui disais. Elle m’a ouvert la porte et m’a fait patienter dans la salle d’attente. Ensuite une sage femme s’est occupée de moi (très agréable). Elle m’a prévenu qu’il y avait un changement d’équipe et que ce serait une collègue qui m’accoucherai. La collègue est venue quelques temps après et m’a proposé de prendre une douche, ce que j’ai fait. Ca m’a fait beaucoup de bien. Le col ne se dilatait pas, je suis restée allongée sur le dos tout ce temps. Quelques heures plus tard, on m’a posé la péridurale. Mon mari a dû patienter dans une salle et personne n’est revenu lui dire qu’il pouvait le rejoindre. Je suis restée près de 3h00 seule dans la salle d’accouchement ( sans mon mari ni visite du personnel de l’hopital). Quand mon marie m’a rejoint, j’étais toujours sur le dos, on m’a dit de dormir. Chose que je n’ai jamais pu faire, j’avais le tensiomètre qui se gonflait toutes les quelques minutes et me gênait vraiment. Après une nuit de veille, une nouvelle sage femme pas aimable du tout vient me voir et me dit de ne pas rester allongée mais refuse de m’aider à m’asseoir. J’avais une péridurale fortement dosée et ne sentait plus mes jambes. 2h00 plus tard elle revient me voir et insiste, elle a alors accepté de m’aider avec mon mari. En m’asseyant le cathéter de la péridurale a été déplacé, je me suis retrouvée pendant des heures encore à avoir mal du coté gauche car toute la péri partait à droite. L’anesthésiste ne me croyait et me remettait des doses de péridurale en me disant « ça fait mal un accouchement ma petite dame !!». Quelques heures plus tard il a compris que le cathéter était déplacé et me l’a remis en place. J’ai été soulagé. Il m’a aidé à me coucher sur le côté droit ( et non le gauche) ce qui m’a permis de dormir 45 minutes et la tête de mon bébé appuyant tellement bas, je me suis réveillée. Nous avons appelé la sage femme. J’ai commencé à pousser. 40 minutes se sont écoulés mais mon fils n’arrivait pas à sortir. La sage femme m’a dit,j’appelle l’obstétricien pour faire une expression. En réponse à ma question « qu’est ce que ça veut dire ? », je n’ai obtenu qu’un « on va chercher le bébé depuis le fond de l’utérus ». moi qui ne suis pas du tout du secteur médical, ça ne m’a pas évoqué grand-chose. Quand le médecin est entré et a dit à mon mari de sortir « sinon vous allez me peter la gueule monsieur ! » J’ai commencé a vraiment paniquer. Je me suis demander e qu’on allait me faire. L’obstétricien est monté sur la table d’accouchement et a appuyé sur mon ventre avec ses avant bras. Il était « mort de rire ». Je hurlais de douleur, je sentais mes cotes pliées et le sang qui me montait à la tête. J’ai cru tomber dans les pommes. J’ai perdu pied et j’ai demandé à tout arrêté. Le seul geste bien qu’il a eut a été de mettre ma main sur les cheveux de mon fils qui arrivait. J’ai eut le courage de pousser encore une fois mais rien mon fils n’arrivait pas à sortir. L’obstétricien a donc pris les forceps et la sage femme a coupé. Mon fils est né, il était magnifique et ce moment était très intense. L’obstétricien n’a pas attendu et a été chercher le placenta. Je ne sais pas s’il craignait une hémorragie ou s’il était pressé… Il a ensuite tenu à me recoudre l’épisiotomie lui-même. Il m’a fait des points trop serrés, 2 semaines après je ne pouvais toujours pas m’asseoir. J’ai fait de l’œdème et une infection. Quand je suis retournée aux urgences gynécologiques, il m’a reçu de façon inacceptable. On m’a fait patienter 20 minutes les pieds dans les étriers. Il est entré dans le bureau sans même me dire bonjour. Il a passé des coups de fils professionnels. 20 minutes après il a regardé ma cicatrice et m’a donné une bouteille de Daquin en me disant que c’était son jour de bonté !!! J’avais envie de l’insulter mais j’étais tétanisée par le souvenir de lui m’accouchant comme un sauvage. Mort de rire en pratiquant des gestes ressentis comme violents et non expliqués. J’ai vécu mon accouchement comme une agression. Je suis restée traumatisée pendant de longs mois. Je faisais des cauchemars. J’ai aussi dû subir une intervention à cause de cette épisio ratée.
Dans le service de maternité j’ai été plus tôt bien traitée mais j’ai été gênée du fait que le personnel n’a pas la même formation concernant l’allaitement, j’étais un peu perdue. De plus le pédiatre n’avait pas remarqué le filet de langue qui gênait la succion de mon fils. Il a dû subir une intervention sous anesthésie générale à 8 mois.
Bref tout ça a été traumatisant, invasif et hors de prix pour la sécurité sociale !!!!
Quand je suis retournée voir le gynéco qui m’avait suivie à l’hôpital et que je lui ai expliqué comment c’était passé mon accouchement, il m’a répondu qu’il ne fallait pas exagérer. Je lui ai dit que je ne reviendrais jamais accoucher chez eux. Il m’a répondu que je pouvais car l’obstétricien qui m’a accouché ne travaillait plus là. Que dois-je comprendre ???

Pour ma fille en 2013, j’ai choisi une clinique en Seine Saint Denis(93).J’ai été suivie dés le début de ma grossesse par un des gynécos de la clinique. Il était très sympathique mais a fait juste le suivi. Il ne m’a pas informé sur les cours de préparations etc… J’ai dû chercher les informations moi-même. Aux cours de préparation nous étions 3 à 6 mamans selon les séances et il y avait aussi un entretien individuel avec la sage femme. Ces cours ont été précieux pour moi. J’ai été rassurée, j’ai eu l’occasion de parler de mon 1er accouchement et avoir des explications sur ce qui c’était passé pour être mieux préparée et comprendre l’utilité des positions et de la respiration. Ma fille est née à 39 semaines, l’accouchement a duré 6h. J’ai géré le plus possible à la maison avec les différentes positions apprises et la respiration et je suis arrivée à la maternité avec un col dilaté à 5 cm. J’ai demandé à être sur le coté gauche pour le monitoring mais la sage femme n’arrivait pas à capter le cœur de ma fille donc je suis restée sur le dos. Les douleurs étaient très fortes mais les contractions étaient de moins en moins régulières. Quand l’anesthésiste est arrivée, j’étais à 8-9 cm. Je suppose qu’on m’avait injecté des hormones de synthèse pour accéléré le travail car les contractions n’étaient plus efficaces. J’aurais aimé qu’on m’explique ou du moins qu’on me le dise. J’ai pensé qu’on ne me mettrait pas la péridurale mais l’anesthésiste me l’a posé. J’ai perdu les eaux alors que l’anesthésiste allait me piquer. La douleur était très intense et au final la péri n’a eut aucun effet… Si c’était à refaire je ne prendrais pas la péridurale. Le moment de la pose de la péridurale a été le plus douloureux de tout cet accouchement. Ensuite j’ai accouché très facilement sans péridurale d’un joli bébé. Cet accouchement m’a permis de me sentir accomplie en tant que maman. J’ai accouché moi-même, bien que ce ne fût pas parfait, je suis très fière de moi. J’ai été actrice alors que pour le premier, j’ai subi.

Après mon premier accouchement je me suis longtemps demander comment je pouvais intervenir pour des futures mamans ne subissent pas d’accouchement similaires au mien. Alors j’en parle autour de moi aux copines, aux gens que je rencontre et faire ce témoignage a donc beaucoup de sens pour moi. En espérant que les choses bougent en France.
Une précision que je souhaite ajouter, pour les 2 maternités, on nous avait parlé de l’accouchement sur le côté lors de la préparation, hors les sages femmes qui accouchent dans ces maternités refusent de le faire car elles n’y sont pas formées.

#277 Coline, accouchement d’Elouenne en Juin 2011, dans l’Allier (03)

8 Mai

Je suit l’évènement Mon corps, mon bébé, mon accouchement – 1000 témoignages depuis le début, et je lis toujours chaque semaine les témoignages qui paraissent avec grand intérêt. Alors cette fois ci, je me lance, car je me rends compte combien c’est important de témoigner, pour peut être, permettre un changement vers un mieux.

Ma grossesse s’est plutôt bien passée dans l’ensemble, avec quelques désagréments « habituels » comme les nausées, mal de dos, etc…

Le lundi 6 juin 2011, je ressens les premières contractions, il est 17h. D’abord toutes les 10mn, puis après quelques heures toutes les 5mn. Avec mon homme on se met devant Mary Poppins, histoire de ne pas focaliser sur la douleur, de se détendre un peu. Je suis fébrile, je sens que bientôt, nous seront 4 !

Les deux heures de film se passent bien, les contractions sont toujours espacées de 5mn.

Vers 22h elles se rapprochent : je les ressens maintenant toutes les 3 minutes.

A 23h, on décide de partir pour la maternité. 30 minutes de routes à 50 à l’heure tant les contractions sont douloureuses…

Nous arrivons à la maternité vers 23h30 et sommes immédiatement pris en charge par une sage-femme (pose du monito et examen du col). Le bébé va bien, par contre, le col n’est pas ouvert….

Je prends un long bain chaud, mais les contractions ne me laissent plus en paix, j’ai si mal que l’eau ne me soulage plus. Il s’est écoulé environ deux heures depuis notre arrivée.

Vers 2h du matin, la sage femme examine à nouveau le col : toujours rien…

Elle m’explique qu’en fait, je fais du faux travail : les contractions sont bien là, et le col devrait normalement s’ouvrir, sauf que, ça bloque….

Vers 4h du matin, les contractions se sont arrêtées, et la sage femme me propose un produit (je ne me souviens plus le nom) qui apparemment permet de se détendre, et qui déclenche l’ouverture du col en le stimulant avec des contractions. Complètement perdue, j’accepte.

Après l’injection, je me sens drôle, comme « droguée »…je commence à somnoler, et à voir des images un peu « psychédéliques », la tête me tourne, je vomis, impossible de me détendre avec ce truc qui me fait perdre le sens de la réalité.

Vers 6h du matin, je suis épuisée, les hallucinations sont enfin parties et j’ai retrouvé « toute ma tête », pour la détente, par contre, c’est zéro…

Plus de contractions, pas de col ouvert, on me renvoi à la maison.

Mardi 7, à 14h, je ressens à nouveau les contractions, cette fois -ci elles sont intenses immédiatement, presque toutes les 3mn.

Je ne m’affole pas, et passe l’après midi et une partie de la soirée comme cela.

Quand les contractions deviennent plus rapprochées (toutes les 2minutes), on repart pour la maternité.

Le col n’est toujours pas ouvert. Ni à 23h, ni à 2h du matin, ni à 4h, ni à 5h… pourtant, la douleur est insupportable. Je suis complément épuisée, mon bébé aurait du naitre depuis longtemps !

La sage-femme me propose la péridurale (que je ne souhaitais pas), en me disant que vu mon état de faiblesse, elle a peur que je ne sois plus capable de pousser quand le col sera dilaté (ce qu’il ne s’est toujours pas décidé à faire d’ailleurs…)

Ne sachant pas quoi faire, ni à quoi m’attendre en ce qui concerne l’énergie nécessaire pour pousser mon bébé hors de mon ventre (c’est mon premier enfant), j’accepte.

La péridurale posée, les contractions deviennent plus indolore, on me tourne sur le coté pour faciliter la descente du bébé. Je dors un peu. Vers 7h du matin, la douleur est insupportable, surtout dans la région des reins. La péridurale est allée se ficher dans mon côté gauche, il n’y a plus que mes jambes que je ne ressens pas, tout le reste s’est réveillé !

La bonne nouvelle c’est que mon col s’est ouvert. Il faudra attendre encore jusqu’à 10h, pour que je ressente une envie irrépressible de pousser : me voici enfin prête.

Je pousse de toute mes forces, encore, et encore, et je tiens le plus longtemps possible.

Son papa est tout chamboulé, il me dit : « oh mon dieu, je vois sa tête ! »

9 minutes plus tard, à 10h09, mercredi 8 juin, je sens notre petite fille sortir, c’est le papa qui la rattrape et coupe le cordon. On la couvre avec une serviette et un bonnet, et on me la met contre moi.

Elle cherche le sein avec voracité, elle est en bonne santé, nous sommes très heureux !

Je suis assez contente de mon accouchement, car même si j’ai eu la péridurale, j’ai quand même le sentiment que j’ai « vraiment » accouché par moi-même, j’ai ressentis chaque contractions, j’ai ressenti mon bébé qui s’engageait puis l’atroce douleur qui déchire les entrailles lors du passage, et l’expulsion du placenta…

La seule partie de mon corps que je ne sentais pas, c’était mes jambes (toute une histoire pour les positionner dans les étriers !)

La mise en route de l’allaitement a été difficile, c’est un vrai parcours du combattant ! Que de douleurs et de pleurs les premières semaines, surtout le sein droit, je me crispe de douleur dès que je l’allaite. Finalement, au bout de quelques semaines, avec le sein droit tout va bien, avec le gauche je suis encore avec les bouts de seins, que j’abandonnerais définitivement quelques jours après.

Le discours des soignants sur l’allaitement est très contradictoire, je ne regrette pourtant pas de m’être accrochée, car au final, c’était 9 mois de bonheur, cet allaitement !

Le bémol, c’est aussi les défilé d’infirmières, pédiatres, internes, à longueur de journée… c’est usant…

Le quatrième jour, un interne rentre dans ma chambre, ma fille n’a pas dormi depuis 4 jours (elle crève de faim et attends la montée de lait), je suis donc vraiment épuisée -et seule-, il arrive donc avec sa mallette, l’ouvre, et me dit : je viens pour vacciner votre fille contre la coqueluche, la varicelle et blablabla…

Je refuse tout net : vacciner son enfant est un acte important, que je veux faire en conscience, avec un choix limité de vaccins (je refuse les vaccins pour les maladies infantiles, trop important à mon sens pour renforcer l’immunité).

Si je vaccine ma fille, je le ferai avec mon médecin traitant.

Il me dit que je suis une mère inconsciente, que si mon bébé meurt, ce sera entièrement ma faute…

Comme je reste inébranlable, il quitte la chambre, furieux…

Je me sens vidée après cette visite et complètement à plat psychologiquement.

Un tel discours dans la bouche d’un médecin, est tout à fait scandaleux, je l’ai d’ailleurs notifié à mon départ.

L’autre bémol, c’est l’injection de ce produit « hallucinogène », qui au final m’a fait perdre tous mes moyens, puis la pose de la péridurale, et enfin les antibiotiques perfusés pendant l’accouchement afin que mon bébé ne soit pas en contact avec mon streptocoque.

Au final, j’ai eu l’impression d’une surcharge de produits chimiques inutiles, et je me demande aujourd’hui encore ce que ma fille a absorbé de toutes ces substances.

Je suis convaincue qu’elles sont à l’origine de son comportement fébrile et extrêmement nerveux les premiers jours de sa vie (mais ce n’est qu’une intuition !)

En revanche, ce que j’ai appréciée, c’est qu’ils n’ont pas lavé mon bébé. Il était tout propre, et on m’a expliqué qu’à la naissance, la peau du bébé est recouverte d’une fine pellicule de graisse, qui est très bonne pour lui, et que si c’est possible, il faut laisser le temps à sa peau de l’absorber. je me souviens que mon bébé sentait vraiment bizarre, un peu comme une odeur de « vase », en fait, j’avais l’impression d’avoir un petit être « aquatique » contre moi.

J’avoue que j’ai été soulagée quand, le troisième jour, on l’a enfin lavée, même si je pense que cette phase était vraiment importante !

Pour mon prochain accouchement, je sais déjà que j’aimerais accoucher en maison de naissance (ici en Suisse, ou nous avons déménagé il y a peu, c’est assez répandu), sans tous ces produits, ni tous ces gens qui peuvent parfois être très culpabilisants, à un moment de notre vie ou nous sommes en état de grande fragilité.

#265 Camille, une naissance mouvementée

21 Avr

Camille à Mont******, une naissance mouvementée !

J’arrivais au terme de ma grossesse assez sereine, avec une seule hâte, faire la rencontre de mon fils et aussi un peu retrouver mon corps (faut dire que la coloc avait aussi été mouvementée).
Alors je cause à mon tout petit. Je lui dis en rigolant « allez coco, c’est l’heure maintenant…le bail est à son terme 🙂 ».

et toc me voilà à la mater pour cause de fissure de la poche des eaux. Vont me garder, ben oui c’est le moment. Il est 13h. On me pose un monito. C’est long et chiant mais j’ai pas mal. En bleue que je suis, j’me dis  » haha fastoche.. » Mouai…

A 17 h je commence à avoir mal mais bon. A 18h ça devient dur, je demande un antalgique mais personne ne veut rien me donner avant que la gyneco m’ausculte. 19h, elle m’ausculte et me fait super mal. Je souffre réellement et pleure dans la chambre de la mater, de 19h à 22h. Là on me conduit en salle d’accouchement, mais mon col est trop peu dilaté et rien n’est possible. Je demande le protoxyde, on me donne un masque. Je branche la Motown sur mon poste et c’est parti pour une heure de transe, entre shoot et douleur. Vive la Motown.
Mais la douleur prend le dessus et à minuit, on me pose la péridurale. OUF, je dors pendant 2 heures. Puis rebelote, super mal, je demande une aide. On me fait une piqûre de dérivés morphiniques je crois, rien n’y fait, 4h je douille, 2è piqûre. On me dit que je ne « devrais pas avoir mal car je suis encore sous péridurale » mais j’ai super mal. 7h du mat, bébé pousse. Mon compagnon sort prévenir la « sage-femme » qui lui répond ainsi « votre bébé ne tombera pas par terre, retournez dans la salle ». Je suis en colère et épuisée, ayant l’impression qu’on se fout de nous. La sage-femme et l’infirmière arrivent. La SF me demande bras croisés de pousser. J’essaie. Après plusieurs tentatives, elle me sort que ça ne marche pas. Porte de prison, elle me regarde comme si j’étais la dernière des débiles, moi, ne sachant pas mettre au monde un enfant. 30 minutes passent, bébé fatigue et elle se décourage, tant mieux. Elle fait appel à la gyneco obs et son staff, quel soulagement. Ils arrivent souriant et me motivent. La gynéco travaille le passage. On bosse ENSEMBLE, je retrouve des forces. 5 minutes plus tard, mon fils naît. Épuisée, je tourne de l’oeil puis reviens à moi. J’ai mis des mois à m’en remettre. Non pas de l’accouchement et de ses douleurs, mais du regard et du mépris de cette femme, pour qui je ne devais pas être un cas intéressant. Après renseignement, j’ai appris que cette personne était connue pour son attitude mais que l’hôpital la laisse à son poste… Cat

Pauline, dans le territoire de Belfort, Franche-Comté

5 Avr

J’ai accouché de mes jumeaux en 2007, j’étais jeune, c’était mes premiers, mais je savais déjà que je voulais essayer d’accoucher sans péridurale. Malheureusement, pour une grossesse gémellaire on ne nous laisse pas vraiment le choix. Le risque de césarienne est très important. Mais quand je suis arrivée en salle d’accouchement vers 14h après avoir eu un décollement des membranes la veille, et la perte du bouchon muqueux deux jours avant, suivie de contractions de plus en plus douloureuses, je voulais quand même résister aux personnels de l’hôpital. Je me sentais plutôt bien pourtant, j’avais mal mais la douleur était encore supportable. Mais la sage-femme, l’anesthésiste et le médecin m’ont fortement incitée à prendre la péridurale.

J’ai donc cédé, on m’a emmenée faire une radio pour voir comment les bébés étaient placés, et on m’a dit qu’à mon retour j’aurais la péridurale. Je suis partie avec une boule dans la gorge et les larmes aux yeux. Lorsque je suis revenue, l’anesthésiste m’a posé la péri avec bien du mal car j’avais le dos « plein d’eau ». J’ai commencé à ressentir les effets mais que du côté droit. Je dois avouer que ça m’a soulagée bien-sûr de mes contractions mais surtout des touchers vaginaux qui sont finalement le plus douloureux (enfin pour moi, et on ne s’y attend pas). Sans oublier que je suis restée au moins 20 minutes les jambes en l’air pendant qu’un interne cherchait à prélever du sang sur la tête du premier bébé pour mesurer son taux d’oxygène dans le sang. Je ne pense pas que j’aurais pu supporter ça sans anesthésie. Mais finalement le prélèvement n’était pas assez important pour être utilisé.

Les heures ont passé (assez vite d’ailleurs) et vers 18h/19h, on a commencé à me parler de la césarienne car mon fils commençait à avoir des soucis de rythme cardiaque. Les contractions ne faisaient pas effet, le travail n’avançait pas. L’anesthésiste est venu me voir à plusieurs reprises pour comprendre pourquoi la péri ne marchait qu’à droite, et moi qui lui faisais remarquer que de toute façon je savais que c’était pas toujours fiable (d’après d’autres témoignages), et que ça ne m’étonnait pas. Bref, c’est finalement le chef du service qui est venu, mais il n’a pas réussi à débloquer la situation. J’avais un peu l’impression que c’était de ma faute, à la façon dont il m’expliquait les choses…

A 19h30 environ on m’emmène au bloc pour la césarienne, je dis « à tout à l’heure » à mon homme, et je pars pour l’inconnu, mais j’avoue avec une pointe de soulagement car j’avais quand même une grosse appréhension d’accoucher de deux bébés… normal je pense. L’anesthésiste m’enlève alors le cathéter de la péri, et me pose une rachi-anesthésie puisque la péri ne fonctionne qu’à moitié. J’ai envie de faire remarquer que la péridurale n’est pas si indispensable que ça vu qu’on peut faire une rachis-anesthésie en peu de temps et qui fonctionne suffisamment longtemps pour la césarienne. Mais évidement je ne dis rien ce n’est pas le moment. On me perfuse les bras en croix. J’ai envie de vomir, j’appelle faiblement les infirmières ou autres qui papotent derrière moi et elles arrivent juste à temps pour me passer un haricot. Ensuite tout va très vite, je sens qu’on me badigeonne le ventre, je ne sens que des picotements. Mes bébés sont « sortis » l’un après l’autre, à 20h10 et 20h11. On me les montre vite-fait, et on les emmène pour s’occuper d’eux. On me dit que mon fils a des difficultés respiratoires et qu’il va passer la nuit en néo-nat, mais rien de grave. Une fois en salle de réveil, on m’amène ma fille, que je peux allaiter. Et mon mari est là, alors qu’il n’a pas le droit normalement. On me dit qu’on m’apportera une photo de mon fils dans la soirée. Je trouve que c’est une bonne idée, mon mari va de toute façon vers lui, alors je suis rassurée.

Quand je fais le bilan de cet accouchement, j’ai le sentiment de ne pas avoir fait grand-chose, je me suis laissée convaincre, conduire et accoucher, et je suis devenue mère sans vraiment réaliser.

La première nuit, on m’a laissée tranquille, je voulais allaiter, mais j’ai accepté les compléments, pour la première nuit car j’étais épuisée. On m’a emmené ma fille vers 5 heures du matin, et j’ai été voir mon fils à midi. Je l’ai vite récupéré après. La deuxième nuit, j’ai voulu qu’on m’apporte mes enfants au moment des tétées. Une auxiliaire de puériculture m’aide à mettre mes deux bébés aux seins en même temps, et me plante là, toute seule avec eux… Je précise que je suis en service gynécologie et que mes bébés sont en pouponnière en maternité, et que le personnel n’a pas le temps, la nuit, de rester ou revenir toutes les 5 minutes pour m’aider. Je le comprends maintenant, mais je leur en voulais beaucoup de me laisser seule, comme ça.

Je pensais que ça irait mieux arrivée en maternité, mais le baby-blues s’en est mêlé, et la difficulté d’allaiter deux bébés, ainsi que les douleurs dues à la césarienne ne m’ont pas aidée.

Il y a des puéricultrices qui m’aident et celles qui me proposent le biberon. Je cède en me disant que je vais continuer à tirer mon lait à côté, et qu’une fois à la maison je reprendrai l’allaitement. Mais je dois avouer que je me sens mieux psychologiquement. Mes bébés mangent enfin normalement, ils reprennent du poids, et je revis. Mais je suis quand même très fatiguée, et je demande tous les soirs à ce qu’on me les prenne pour la nuit. Les puéricultrices me font quand même la leçon, comment est-ce que je vais faire à la maison, je serai obligée de m’occuper d’eux la nuit. Je le sais bien, tout ce que je veux c’est me reposer, pour justement être en forme à la maison. Je reste à l’hôpital sept jours, et jusqu’au bout les puéricultrices ne me lâchent pas pour la nuit. Heureusement qu’une sage-femme me soutient, si bien que je ne garde mes bébés vers moi qu’une nuit, la dernière. Je vais quand même réussir à dormir trois heures…

Le retour à la maison s’est très bien passé, et j’ai pu m’épanouir en tant que maman de merveilleux jumeaux. J’avais abandonné l’allaitement, mais je savais que j’essaierais à nouveau pour mon troisième enfant.

Je dois avouer que malgré quelques fausses notes, j’ai été respectée, mais je garde tout de même un sentiment d’isolement, d’incompréhension.. Ma mère me disait que lorsqu’elle a accouché de moi, il y a une vingtaine d’années, elle avait adoré son séjour à la maternité. Elle y avait été en avance, il l’avaient gardé, elle n’avait pas eu de péridurale, elle avait réussi son allaitement. Et elle n’avait même pas envie de rentrer tant on s’occupait bien d’elle et de moi. La différence de témoignages est tout de même saisissante !

Je ne vais pas raconter dans les moindres détails mon deuxième accouchement, 4 ans plus tard. Mais je vais tout de même dire qu’il m’a réconciliée avec ce moment important de la vie d’une femme. Cette fois-ci j’attendais un seul bébé, une fille, et du coup tout était plus détendu. Je savais que je voulais « encore » essayer sans la péridurale mais que je la prendrais si c’était trop dur, je ne voulais pas vivre encore une déception. Je l’ai finalement prise car le travail avait eu beaucoup de mal à commencer, et j’avais déjà beaucoup souffert. Ensuite tout est allé très vite, et ma puce est arrivée sans problème, j’ai pu la sortir moi-même, et la poser sur mon ventre. J’ai allaité sans problème, et j’ai continué pendant 13 mois. Le séjour à la maternité a été beaucoup plus « cool » que le premier, je m’en sortais très bien, je dormais avec ma puce sur moi, mais j’avais quand même hâte de sortir.

Je pense un jour avoir un quatrième enfant, et cette fois j’espère réussir à ne pas prendre la péri, pour savoir réellement ce qu’est un accouchement, pouvoir sentir le bébé passer.

#222 Anonyme – Hérault

3 Mar

« Je suis rentrée à la maternité le 7 novembre pour déclencher l’accouchement suite à un dépassement du terme de 5 jours. N’étant pas prioritaire mon mari et moi avons attendu pendant 3h que quelqu’un s’occupe de nous. C’est pendant cette attente que contre toute attente, les contractions ont débuté et durant toutes la nuit elles se sont intensifiées et régularisées. Moi – qui m’étais préparée au déclenchement et à ses conséquences – étais heureuse, je prenais chaque contraction avec sérénité, le grand moment était venu.
Vers 6h du matin je me décide enfin à appeler une sage-femme lorsque l’intensité est telle (bien qu’aujourd’hui je n’ai pas le souvenir qu’elles étaient si fortes) que je m’évanouis et vomis le vide de mon estomac à chaque contraction. On m’installe alors en salle de travail et les heures passent tranquillement, j’ai droit au gaz pour soulager les douleurs et éviter vomissements et évanouissements. Le gaz me fait rigoler et mon mari se moque de moi. Nous sommes sereins et heureux. Vers 10h l’anesthésiste arrive enfin, maintenant je sens les contractions mais je n’ai pas mal, les effets du gaz disparaissent et je peux profiter un peu mieux de l’évènement. Toutes les heures la sage-femme vient vérifier l’avancée du travail. Il y a même une gynéco stagiaire qui l’accompagne. Elles sont très gentilles et sont de bons conseils. Le travail avance bien mais mon fils est trop haut et la poche des eaux ne se rompt pas. Seulement si la sage femme fissure la poche des eaux, le cordon risque d’être attiré vers le bas au moment où elle le ferait et mon fils ne pourrait plus sortir. Alors avec mon mari on parle à notre fils on lui demande de descendre et de venir nous rencontrer. Finalement lors d’un examen cette poche se rompt. Ça avance bien…
Et puis vient le moment où la sage-femme commence à m’interroger sur le poids estimé de montre bébé, sur le poids de mon frère et moi à la naissance et si ma mère a accouché par voie basse. Ces questions auraient du nous mettre un peu la puce à l’oreille ou du moins nous inquiéter un peu plus sur l’issue de ce travail. Puis soudain je commence à re-sentir douloureusement les contractions, la sage-femme tente alors de réinjecter de l’anesthésiant mais sans succès. On me redonne le gaz. Je recommence alors à perdre le fil de cet accouchement. Je sais que je crie, à plusieurs reprises je m’en excuse auprès de la sage-femme. Je commence aussi à raconter n’importe quoi… Sous l’effet du gaz j’entends les personnes parler « dilatation 6» depuis 3h le travail est arrêté. On me demande de pousser pour aider le bébé à descendre. Je change de position, une sage-femme vient me faire de l’acupuncture. L’anesthésiste revient et ne comprend pas pourquoi les nouvelles injections d’anesthésiant ne marchent pas, elle décide alors de me refaire une autre péridurale, qui marche. Il est surement vers les 16h30 et je reprends conscience de ce qui se passe autour de moi. C’est aussi le temps du changement d’équipe. Et là les choses se corsent, ils ne sont plus d’accord. La première équipe veut poursuivre l’accouchement par voie basse et me réinjecter de l’ocytocine. La deuxième ne veut pas car mon fils ne récupère pas assez bien. Consciente j’ai peur, mon mari aussi. Puis vient le gynéco en chef il m’ausculte, regarde le monito et demande qu’on prépare le bloc, si ça continue comme ça il ouvre. La sage-femme que j’ai eu toute la journée vient et me rase. Elle m’explique que s’est une précaution au cas où.
C’est la dernière fois où je la vois ce jour là, quelques minutes après le gynéco déclare qu’on va au bloc. Il est 17h45 environ. A ce moment il y a toute une nouvelle équipe autour de moi. Je ne saurais en reconnaître aucun. On me déplace sur un autre lit. On me demande de quitter mes lunettes et d’embrasser mon mari. On lui demande de sortir dans le couloir qu’on le préviendrait au moment venu. Dans ce lit roulant je traverse tout le service, les larmes aux yeux, je me sens si seule. Et je suis seule.
Seule. Plus personne ne s’occupe de moi, de moi en tant que personne. Je ne suis qu’un corps qu’on va ouvrir. On ne s’adresse plus à moi sauf pour me demander de tendre mon bras le droit puis le gauche. Autour de moi on s’agite dans tous les sens pour installer le matériel. Je ne sais pas ce qui se passe, on ne m’explique rien et je ne connais personne. Soudain je sens qu’on m’ouvre. Je demande si c’est normal que je « sente » la lame et les pressions exercées sur mon corps, pas de réponses. J’entends parler d’études de médecine, de centre de loisirs, des derniers achats d’une femme. Et moi je suis seule sur cette table, je ne vois rien, je sens des choses sur mon corps mais je ne sais pas ce qui se passe. Je pense alors à mon fils et à mon mari.
Et puis vient le moment de soulagement où j’entends mon fils pleurer. Je pleure aussi. En seulement 10 min il était né… On me le laisse apercevoir 2sd mais je n’aperçois qu’un infime bout de peau bleue. Aujourd’hui je me demande même si je l’ai réellement vu ou pas. Mais je l’ai entendu crier et je me raccroche à ça alors qu’on est déjà en train de me recoudre. Je ferme alors les yeux pour ne pas me concentrer sur ce qui se passe derrière ce tissu. Puis j’ai la nausée, on m’ordonne de me retenir que ce n’est pas le moment. Mais je n’y peux rien. Je me mets alors à fredonner un air inventé. Les femmes derrière moi rigolent, mais je n’ai trouvé que ça pour ne pas vomir ! Puis le chir’ se vantent de la rapidité du travail qu’avec deux stagiaires avec lui c’est trop rapide. Il quitte le bloc et je ne le revois plus. Il a fait son travail, il a sorti mon fils. Les femmes autour de moi s’affairent à ranger. Je reste les yeux fermés à attendre. Puis l’anesthésiste arrive au bloc et lance à l’assemblée « vous savez combien il pèse ce bébé ? 4kg 210 (alors qu’il était estimé à 3kg500)» je souris mais j’aurais aimé qu’on s’adresse à moi, qu’on me dise qu’il allait bien, qu’il était avec son père. Mais rien. Et puis je commence à avoir très froid. Je tremble. Je le dis. Mais on me répond que c’est normal. On continue de ranger. Puis j’ouvre un peu les yeux et dans un battement de porte, j’aperçois mon mari et mon fils dans la pièce en face du couloir. Je lui fais un signe de la main pour le rassurer. Je vais bien. Notre fils aussi va bien.
Il est 19h00 et je suis amenée auprès de mes deux hommes. Notre fils est en peau à peau avec son papa. Pendant qu’on me branche de partout, tremblante de froid, je les regarde tous les deux. Je suis apaisée. Mon mari me le présente je peux enfin le toucher du bout des doigts. Je suis faible et frigorifiée. Il me faudra bien une bonne heure pour ne plus trembler mais aussi pour reprendre mes esprits. J’appelle ma maman et je lui dis combien mon fils est beau et que je vais bien. Sa voix me fait du bien mais j’aimerai retourner dans ma chambre et ne plus avoir tous ces fils sur moi, pouvoir tenir mon fils contre moi.
Après 10h dans cette salle de réveil, on vient s’occuper de nous. On débranche une partie des fils, on me change, je me sens mieux. Et puis surtout on nous autorise à retourner dans notre chambre en famille.
La suite du séjour n’a pas été évidente non plus. D’un point de vue physique je n’avais pas à me plaindre, j’ai bien supporté l’opération. Le vendredi après midi, je me levais et marchais jusqu’aux toilettes. J’ai aussi pris une douche! Les sages-femmes étaient étonnées que je ne prenne pas de calmants. Mais je n’avais pas mal. J’avais du mal à faire les choses mais je n’avais pas mal. La première journée s’est bien passée, mon mari et moi tentions de nous reposer entre les visites du personnel. Et puis cette nuit là notre fils a fait de la température. On nous l’a prit pour des examens, on nous a parlé néonat’ et j’ai eu peur, je me suis dis pourquoi encore nous. Puis finalement au beau milieu de la nuit, le pédiatre est venu nous dire qu’il n’y avait pas de quoi s’alarmer mais qu’il fallait surveiller l’évolution d’une infection. Au final rien de grave puisque dans les jours suivants les analyses revenaient à la normale. Mais ce fut une nuit de plus de gâchée, une nuit de plus de fatigue. Le lendemain, la puéricultrice venue s’occupée de mon fils me reproche de ne pas mettre assez mon fils au sein. Elle est bien gentille mais seule je n’y arrive pas. Je ne peux pas le porter et le placer seule. Et lorsque quelqu’un le fait pour moi c’est toujours avec une position sur le ventre, merci pour la cicatrice ! Mais comme je tenais à allaiter – qu’au moins j’arrive à faire quelque chose – je m’accrochais. Mon mari m’aidait tant bien que mal. Les premières visites m’ont fait du bien, j’ai pu voir mes parents et cette présence était agréable. Mais le soir une fois seuls le cauchemar semblait revenir. Mon mari trop fatigué ne se réveillait pas aux pleurs ni à mes appels, j’appelais pour qu’on m’aide à la mise au sein, personne ne venait et mon fils pleurait de faim. Le lendemain épuisée, j’ai demandé qu’on amène des biberons que j’arrêtais. Seule je n’y arrivais pas, la montée de lait n’arrivait pas, j’avais envie de dormir. J’ai beaucoup regretté de faire ce choix mais plus personne ne me soutenait, même mon mari m’incitait au biberon. J’avais encore échoué dans la maternité que je voulais avoir. On a amené des biberons et mon fils s’est calmé. On m’a aussi donné des cachets contre la montée de lait. Je croyais qu’enfin nous allions être tranquille… si j’avais su. Le dimanche après midi, je me suis sentie comme aspirée vers le néant alors que je m’étais endormie. Puis malaise et vomissements sont venus s’ajouter à cette terrible sensation. Une sage-femme est venue, mais elle n’a rien pu faire. 2h après alors que j’étais toujours souffrante, elle revient et me parle de crise d’angoisse. Sur le coup je ne dis rien. La nuit rebelote. L’autre sage-femme me fait le même topo je fais des crises d’angoisse. Et je commence à y croire. Lendemain après midi à nouveau je ne suis pas bien. Maintenant je les crois. J’en viens à ne plus oser toucher mon fils de peur de lui faire du mal. Je me retranche dans la salle de bain et tente de penser à autre chose. Je veux partir de cet hôpital, il va me rendre folle. Je me crois folle et je le dis même à mon mari. J’ai la sensation de perdre la tête. Et puis on réfléchit car mon mari ne peut pas croire à des crises de panique. Et il s’aperçoit que j’ai été malade à chaque fois que j’ai pris le médicaments pour la montée de lait. Dans les 10min qui ont suivies. On en parle à la sage-femme qui nous assure que c’est impossible. On fait alors le test lundi soir. Je prends le cachet mais si je me sens mal on ne prévient personne car on a des chances de sortir le mardi matin. Evidemment je suis malade. Le mardi midi je ne prends pas le cachet – en plus nous avons l’accord pour sortir – je n’ai pas été malade. De retour à la maison et un détour à la pharmacie, nous achetons le produit en question car je dois continuer le traitement 15jours. On regarde la notice et en effets secondaires, il a tous les symptomes que j’ai eus pendant les derniers jours… Non, je ne fais pas des crises d’angoisse, je vais bien, je ne suis pas folle et je vais être une bonne mère… »

Anonyme – France, Hérault

#17 Deena – 2010 – Ottignies

29 Jan

Tout a commencé lors d’un simple monitoring de routine un vendredi après-midi, j’étais enceinte de 39 SA. Pendant le monitoring, la sage-femme vient me dire que j’ai trop de protéines dans les urines, mais elle ne m’explique pas ce que cela signifie et s’en va.
Après le monitoring, je vais chez mon gynécologue, qui lui commence à me poser un tas de questions: si je vois des étoiles devant les yeux, si mes pieds/jambes/mains sont gonflé(e)s depuis longtemps, … Il m’explique qu’il y à trop de protéines dans mes urines, mais que cela pourrait avoir plusieurs explications, donc je dois aller faire des examens supplémentaires.
Après une prise de sang, un test d’urines et un monitoring supplémentaire, le gynécologue m’annonce que j’ai une pré éclampsie et il m’explique ce que cela signifie.

Pendant ce temps, je remarque sur le monitoring que j’ai des contractions toutes les 10 minutes et je lui demande si la pré éclampsie pourrait déclencher le travail naturellement, ce qu’il confirme.
A partir de ce moment on me place dans une chambre à la maternité et on m’annonce qu’on déclenchera l’accouchement le matin suivant. Comme c’est le week-end, mon gynécologue me présente la l’obstétricienne de garde et me dit rapidement qu’il y aura une possibilité que l’accouchement finira par une césarienne.
Le matin suivant (je n’ai quasi pas dormi), j’ai des contractions toutes les 6 minutes et 2 cm d’ouverture, mais on décide quand même de m’injecter de l’ocytocine pour faire avancer le travail vu que le bébé doit sortir dans les 24 heures. On me fait immédiatement une péridurale parce que « les contractions seront insupportables à cause de l’ocytocine » et parce que « cela nous évitera de perdre du temps s’il faut pratiquer une césarienne en urgence ». C’est vraiment très rassurant ce que me disent ces gens… Lorsque l’on m’injecte l’ocytocine, on m’injecte aussi les antibiotiques pour le streptocoque contre lequel je n’étais pas immunisée et à partir de ce moment-là j’ai vomi pendant tout le travail et jusqu’à 2 jours après la naissance.

En effet, l’ocytocine fait bien son travail et les contractions deviennent de plus en plus insupportables, sauf que la péridurale ne suit pas et endort complètement mes jambes et pas mon ventre. Pendant tout le travail je suis accrochée à la machine de monitoring et à un tensiomètre qui se met en route toutes les 10 minutes. Je ne sais pas bouger, donc au revoir les exercices que j’ai appris pendant ces agréables séances d’haptonomie. Je reste constamment couchée sur le dos ou le côté.
Durant l’après-midi, une sage-femme vient rompre les eaux artificiellement pour faire avancer le travail.
Vers 20h, l’ouverture du col coince depuis 3 heures à 7cm et la tête du bébé présente une bosse et on estime qu’il ne passera pas.

A ce moment-là, la douleur a complètement pris l’emprise de mon corps et de mon esprit et je suis tellement dans un état second que je me laisse faire et je m’enfou de ce qui se passe, du moment qu’on me sorte ce bébé et que je ne souffre plus.

La gynécologue décide de faire une césarienne en urgence et lorsque j’apprends que mon compagnon ne peut y assister, je panique complètement. Il avait été d’un grand soutien pendant tout le travail et je m’imaginais mal vivre la naissance de notre premier enfant sans lui.

Les sages-femmes m’emmènent jusque dans une salle à côté du bloc opératoire et heureusement mon compagnon peut rester avec moi le temps d’entrer en salle d’opération.
Arrivée sur la table d’opération, on m’attache les deux bras. Cela prend une demi-heure avant que la péridurale prenne vraiment au niveau du ventre et on place un écran devant mon visage de sorte à ce que je ne vois rien de l’opération. La gyné explique un petit peu ce qu’elle fait pendant l’opération. On doit pousser sur mon ventre pour faire sortir le bébé parce qu’il est trop coincé dans mes intestins, une sensation des moins agréables. On me dit que mon fils est sorti de mon ventre, mais ils l’emmènent immédiatement faire les premiers soins. Je l’entends pleurer au loin, ce qui me rassure, mais je pourrais le voir que 10 minutes après.
Vu que mes deux bras sont attachés, je ne peux même pas le toucher. La sage-femme plaque sa joue contre la mienne, mais je suis tellement déçue par cette césarienne et son déroulement qu’après une minute je l’ordonne de l’amener chez son père faire le peau à peau vu que je ne peux rien faire pour lui. Elle avait l’air très étonnée de ma réaction, mais a respectée mon choix.
Après m’avoir « recousue », je suis encore restée 1h30 dans la salle d’éveil en observation. Je me sentais bien et j’ai demandée plusieurs fois de monter dans ma chambre parce que je ratais les premiers instants avec mon fils, j’étais pratiquement sûr qu’il serait déjà endormi lorsque j’arriverais dans ma chambre, mais ma demande à été ignorée à chaque fois. J’ai donc été séparée de mon fils pendant 2 heures.

Arrivée dans ma chambre, j’ai brièvement pu le mettre au sein, mais il était quasiment endormi.
En plus de la pré éclampsie et la césarienne, j’ai fait de l’anémie et étais très faible. Je suis restée 7 jours en total à la maternité.

Au niveau de l’allaitement, cela a été très difficile. La montée de lait s’est fait attendre et les avis différents des sages-femmes, infirmières, etc… ne m’ont pas aidée. Entre l’une qui me donne une téterelle parce que mon fils a soi-disant un menton trop renfoncé et l’autre qui me sermonne parce que je l’utilise, pas toujours facile de savoir qui il faut croire…

Au 5ième jour, mon compagnon et moi-même décidons de passer au biberon de LA, je suis épuisée, mon fils hurle de faim et la montée de lait ne s’est toujours pas manifestée.  Après avoir fait part de cette nouvelle à l’équipe, une infirmière entre dans ma chambre et me dit que le lait maternel est ce qu’il y à de meilleur pour mon enfant et qu’elle même ayant fait une prééclampsie pour des jumeaux à 36 SA a persévérée et qu’elle les a allaités 6 mois, ELLE. J’ai fondu en larmes, elle croyait vraiment que j’avais pris cette décision à la légère? Mon homme l’a ordonnée de sortir de ma chambre. Pour finir, je n’ai jamais eu de montée de lait, chose assez rare, mais pas exceptionnel dans mon cas selon le gynécologue…

Cette césarienne m’a laissée des séquelles psychologiques assez profondes. Jusqu’à aujourd’hui, je ne sais pas parler de la naissance de mon fils sans que les larmes me viennent aux yeux.
J’ai beaucoup souffert du fait que je n’ai pas vu mon fils « sortir » de moi, j’ai eu beaucoup de mal à établir un lien avec lui alors que son père n’avait aucune difficulté d’adaptation. Vu mon état après l’accouchement, il a été un peu « forcé » de s’occuper de notre fils jour et nuit le temps que je récupère. La césarienne et le fait que je n’ai pas pu l’allaiter ont fait que je sombrais de plus en plus, sans parler du fait que je ne savais même pas m’occuper de lui (le changer, lui donner son bain, le porter plus de 5 minutes, etc…) en rentrant à la maison. Une sage-femme à la maternité a remarquée que je faisais plus qu’un baby blues et a discrètement fait appel à une psychologue périnatale qui m’a un peu aidée à surmonter cette épreuve.

Par la suite, le gynécologue m’a conseillée de faire une pelvimétrie. Il s’est avéré que la sortie de mon bassin est un peu trop juste. Je suis assez fine et mon fils pesait 3kg780 pour 53cm à la naissance, sans parler de son tour de tête de 37cm. On m’a fait croire qu’il ne serait jamais passé, mais je n’en suis toujours pas convaincue…